Publié le 12 mai 2017 à 12:04

Amets Txurruka annonce sa retraite

(c) Sirotti

L’heure de la retraite a sonné pour Amets Txurruka. Ce vendredi, l’infatigable basque a annoncé mettre un terme à sa carrière via une lettre envoyée à Zikloland. Membre de la formation Orica-GreenEDGE la saison passée, il n’avait pas retrouvé d’équipe pour 2017.

Il y a un an, le grimpeur espagnol était sur les routes du Giro d’Italia. Comme souvent, le coureur endossait le rôle d’équipier de luxe pour son leader, Esteban Chaves. On le vit notamment mettre sur orbite le grimpeur colombien dans l’ascension du col Agnel.

Quatre victoires et un titre de super combatif

S’il a rarement lever les bras, Amets Txurruka a souvent été récompensé de sa combativité – (c) Sirotti

Le cycliste de 34 ans aura connu quatre équipes dans sa carrière. Tout d’abord, Barloworld pour sa première année. Dès la saison suivante, il rejoint Euskaltel-Euskadi. Il restera au sein de la formation basque jusqu’en 2012, avant de prendre la direction de la Caja Rural. Pour son ultime exercice, il portait les couleurs australiennes d’Orica-GreenEDGE.

Txurruka se retire fort de quatre victoires professionnelles au compteur, toutes acquises sous le maillot de la Caja Rural. Mais le coureur s’est surtout distingué pour ses échappées au long cours et son caractère d’attaquant. Un sens de l’offensive que le grimpeur basque a mis en lumière dès son premier grand Tour.

En effet, novice sur les courses de trois semaines, Txurruka effectue un Tour de France 2007 de haute volée. 22e au classement final, il partage les honneurs du podium sur les Champs-Elysées, grâce au prix de super combatif. Deuxième d’étape en 2009, il ne parviendra jamais à aller cueillir un succès d’envergure.

Équipier de luxe pour ses leaders

Equipier modèle, Amets Txurruka a travaillé dans l’ombre pour ses leaders – (c) Sirotti

L’Espagnol était devenu un spécialiste des grands Tours, avec seize départs. Il a notamment pris part aux trois épreuves de trois semaines en 2012. Malgré son CV, Txurruka n’a pas retrouvé d’équipe. Après de nombreuses recherches, il tire un trait sur sa carrière sportive.

« Je dois avouer que la dernière période n’a pas été facile. Je me suis battu pour continuer et j’ai travaillé, comme je l’ai toujours fait, pour être au plus haut niveau. Mais le monde professionnel exige le maximum et certains problèmes physiques m’ont conduit à prendre mon temps. Après une période de réflexion, je vous annonce que ma carrière prend fin et je commence une nouvelle étape dans ma vie », explique le désormais retraité dans son texte.

Avant de conclure : « J’ai appris que les victoires sont douces, mais il n’y a pas de plus grande victoire que de se sentir valorisé. » Une philosophie à l’image de cycliste. Altruiste, courageux dans l’effort, il n’a jamais rechigné à soutenir ses leaders. Un rôle d’équipier modèle qu’il a rempli à merveille.

À propos de Romain Michel 140 Articles
Diplômé en Master Information et Communication à Lyon, Romain est un sportif accompli depuis la sortie du berceau. Il rejoint le Grand Plateau après plusieurs expériences dans les médias. Cycliste amateur, il pose un regard passionné et avisé sur le peloton.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*