Publié le 1 mars 2017 à 08:23

André Greipel rentre bredouille

(c) ANSA/Matteo Bazzi

Tandis que Mark Cavendish, Marcel Kittel et Caleb Ewan se sont partagés les trois arrivées massives du Tour d’Abu Dhabi, André Greipel est le seul sprinteur du carré d’as à ne pas avoir levé les bras. Une contre-performance pour le coureur Lotto-Soudal qui se frottait pour la première fois de la saison à ses principaux adversaires.

Pourtant, l’Allemand avait débarqué au Moyen-Orient fort de deux succès acquis au Challenge de Majorque et au Tour de l’Algarve. Des victoires importantes en début de saison où l’important est de débloquer le compteur. Arrivé avec quelques certitudes sur les routes émiraties, le champion d’Allemagne repart avec certains doutes.

André Greipel reste optimiste

André Greipel n’a pas trouvé la faille sous la chaleur d’Abu Dhabi – (c) ANSA/Claudio Peri

Même s’il n’est apparu que légèrement en retrait, avec une deuxième et une troisième place, l’Allemand a perdu un premier affrontement.  Il ne peut que regarder ces rivaux engranger de la confiance. Le sprint se joue sur des détails et l’aspect psychologique prédomine dans cette spécificité du cyclisme. On le voit souvent sur le Tour de France, le sprinteur qui remporte le premier succès enchaîne par la suite.

Cependant, André Greipel n’est pas contrarié par sa semaine à Abu Dhabi. Comme il l’a expliqué à nos confrères de Cyclingnews : « Je pense que ce fut une belle semaine. Ce dimanche, nous avons même été à l’avant avec Rafael Valls et nous pouvons être heureux de ne pas avoir chuté. La semaine est assez réussie. D’accord, on n’a pas gagné une étape, mais nous avons tiré le meilleur parti de celle-ci, je pense. » Preuve de sa bonne condition, l’Allemand a mis un point d’honneur à ne pas terminer dans le gruppetto lors de l’arrivée à Jebel Hafeet.

Une attitude optimiste pour le Gorille de Rostock. Il est vrai que Greipel était parti dans le désert sans ses principales locomotives. En effet, Marcel Sieberg, Jurgen Roelandts, Jasper De Buyst ou encore Moreno Hofland n’étaient pas du voyage. Un manque de présence dans les derniers kilomètres qui n’a pas aidé l’Allemand à rivaliser face aux équipes organisées, telles que Quick-Step Floors ou encore Dimension Data. De plus, orienté vers les classiques, au contraire de Marcel Kittel, le coureur Lotto-Soudal a peut-être perdu de son mordant.

Paris – Nice dans le viseur

André Greipel visera une victoire d’étape sur la course au soleil – (c) ANSA/Claudio Peri

Le sprinteur de la Lotto-Soudal a désormais le regard rivé sur Paris-Nice. Greipel entend bien prendre sa revanche face à son compatriote Marcel Kittel. « Je suis venu à Abu Dhabi sans le soutien de mon train, mais nous étions là dans les sprints et je suis vraiment heureux avec l’équipe. Ensuite, je rentre à la maison, puis c’est Paris-Nice », explique l’Allemand, qui trouvera également sur sa route Arnaud Démare, Nacer Bouhanni, Michael Matthews, John Degenkolb, Bryan Coquard, Dylan Groenewegen ou encore Alexander Kristoff.

Une concurrence de choix pour retrouver le chemin de la gagne. Toujours amputé d’une partie de ses poissons pilotes, le coureur de 34 ans aura fort à faire. L’an dernier, le colosse allemand n’avait pas réussi à trouver la faille lors de la Course au Soleil. Cette année, les trois premières arrivées sont destinées aux sprinteurs. Des emballages dont Marcel Kittel sera le grand favori. Outsider, André Greipel tentera de sortir de l’ombre.

Nationalité :
Age : 35 ans
Equipe : Lotto Soudal
À propos de Romain Michel 140 Articles
Diplômé en Master Information et Communication à Lyon, Romain est un sportif accompli depuis la sortie du berceau. Il rejoint le Grand Plateau après plusieurs expériences dans les médias. Cycliste amateur, il pose un regard passionné et avisé sur le peloton.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*