Publié le 10 mai 2017 à 14:52

Chris Froome, la discrétion volée

(c) Sirotti

Tel un oiseau de nuit, Chris Froome fond avec retenue dans le ciel du cyclisme mondial. Aucune victoire, aucun maillot jaune, le début de saison du Britannique pourrait être résumé à un échec.

Pourtant, avec Chris Froome, l’adage de la patience est devenu monnaie courante. Des routes australiennes à celles de Romandie, l’oiseau forge son nid. L’éclosion, elle, est prévue pour juillet. Voilà ses prédateurs avertis.

Car, si Chris Froome a évolué un ton en dessous de ses rivaux, il ne bat pas de l’aile pour autant. La dernière image en date remonte à l’ascension vers Leysin sur le Tour de Romandie. Au pied du Sepey, le leader du Team Sky cède sous le rythme de Simon Yates et Richie Porte.

Chris Froome termine néanmoins à une minute et quinze secondes. Pas de quoi s’affoler à deux mois de son -seul ?- objectif de la saison, le Tour. En comparaison, il obtenait une 38e place au général du Tour de Romandie 2016 (18e en 2017). Dans d’autres conditions, certes, après ses ennuis mécaniques, mais la condition manquait déjà à l’appel.

Depuis plusieurs saisons, Chris Froome pointe rarement le bout du nez avant juillet – (c) Sirotti

Le travail en silence

Nicolas Portal, le directeur du Team Sky, ne se cherchait pas d’excuses au soir de la défaillance de Froome à Leysin. Mais le Français relativisait dans des propos rapportés par Arcinfo.ch « Cette défaillance montre juste que Chris Froome n’est pas une machine. Maintenant, il va se concentrer sur le Tour de France ».

Décrit comme timide, le Britannique Chris Froome a peut-être volontairement fait le choix de fuir les podiums avant de monter sur le seul qui l’intéresse vraiment. Réduire le nombre de pics de forme ne pourrait pas aussi être une solution pour optimiser le seul à l’agenda de la saison ?

En de nombreux points, la saison 2017 de Froome suit les mêmes lignes que celle de son troisième sacre sur la Grande Boucle. Et, ce n’est plus une inconnue, le Kenyan blanc a besoin de certitudes, d’une forme de routine. Quand la recette marche, il s’applique à la suivre à la lettre. Chris Froome n’est peut-être pas une machine, mais il aime à s’y essayer.

Un retour fulgurant sur le devant de la scène

Le Britannique a perdu plus qu’un vélo dans son accident de la route – (c) @chrisfroome

L’oiseau de nuit a pourtant refait la Une des journaux ce mercredi matin. Sorti de son repaire pour son traditionnel entraînement, il a été frappé en plein vol. L’image pique aux yeux. Son vélo n’en a plus l’allure et Chris Froome s’en tire avec plus de peur que de mal.

Bien malgré lui, le fer de lance du Team Sky se retrouve projeté sur le devant de la scène médiatique. Celle-là même qu’il a tant fuie, s’envolant ainsi pour l’Australie au début de l’an.

Reparti dans son cocon après le Romandie, pour ne plus en ressortir jusqu’au Dauphiné, l’Anglais a perdu bien plus que ses pédales mardi sur le bord de mer à Beausoleil. Le choc de l’accident, mêlé à la rupture d’une tranquillité dont il est toujours en quête, sème un trouble malvenu dans la préparation de Chris Froome.

À 31 ans, le coureur du Team Sky n’en est pas à son premier accident. Il n’en demeure que celui-ci ne devrait pas rester sans suite. De par sa violence, de par son calendrier aussi.

Il a d’ailleurs repris l’entraînement dès ce mercredi, comme il l’a annoncé sur son compte Twitter. Pour Chris Froome, l’urgence de remonter en selle, de retrouver sérénité et discrétion, était une nécessité. Le Tour de France n’attend pas.

Nationalité :
Age : 32 ans
Equipe : Team Sky
À propos de Mathieu Roduit 220 Articles
Étudiant en licence d'information et de communication, Mathieu a déjà mis un pied dans le monde du journalisme. Pigiste sportif dans plusieurs quotidiens en Suisse, il possède de nombreuses cordes à son arc. Ce cycliste amateur a fait de la petite reine son domaine. Mathieu a cofondé Le Grand Plateau.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*