Publié le 25 mars 2017 à 11:28

Le dernier défi de Tom Boonen

© Sirotti

Le compte à rebours est lancé. Le 9 Avril prochain, Tom Boonen mettra un terme à son impressionnante carrière sur le vélodrome de Roubaix. Dans ce lieu qu’il l’a révélé au public en 2002, puis consacré à quatre reprises, le coureur belge tirera sa révérence.

Le cycliste originaire de Mol entame deux semaines délicates sur le plan émotionnel. Concentré sur ses objectifs de victoire, Tom Boonen ne peut faire abstraction de ses sentiments. L’émotion sera présente pour le coureur qui foulera une dernière fois ces secteurs qui l’ont fait roi. Mais, Tommeke ne veut pas d’une tournée d’adieux insipide sur le bas-côté. Il entend partir sur le haut du pavé.

Sur le toit du monde à 25 ans

Dans sa carrière, Tom Boonen n’a pas réussi à dompter les pavés du Het Nieuwsblad – (c) Sirotti

Arrivé très tôt sur le devant de la scène, Tom Boonen éblouit de son talent la saison 2005. A 25 ans, le sprinteur à la gueule d’ange remporte le Tour des Flandres, Paris-Roubaix et le Championnat du Monde. La consécration pour le jeune belge, qui confirme dès l’année suivante en effectuant un exercice plein, couronné par un deuxième succès sur le Ronde, en arc-en-ciel.

Le Belge conserve une régularité à haut-niveau, marqué par un coup d’éclat par an : maillot vert sur le Tour de France en 2007, Paris-Roubaix en 2008 et 2009. Durant cette période, Boonen est rattrapé par ses problèmes de cocaïne. Contrôlé positif à deux reprises hors-compétition, le cycliste rétrograde dans la hiérarchie internationale. Sprinteur redoutable depuis ses débuts, le Flamand perd sa vélocité et se concentre sur les courses d’un jour.

A chaque période de classiques, Tom Boonen retrouve des couleurs. Mais son envie de briller sur les pavés contraste avec son manque de résultats le reste de la saison. Le recordman de victoire à Roubaix réussit un retour au premier plan splendide lors de l’année 2012. Débarrassé de son rival Cancellara, il enchaîne Gand-Wevelgem, Tour des Flandres et Paris-Roubaix. Un sursaut sans lendemain pour le coureur fidèle à Patrick Lefevere. En effet, souvent blessé et victime de chutes, le Belge ne parvient pas à retrouver l’ivresse de la victoire sur un monument.

Une seconde jeunesse sur les pavés de Roubaix

Sur Tirreno-Adriatico, Tom Boonen a peaufiné sa préparation, le regard fixé vers les classiques – (c) Sirotti

Alors que l’on craint une fin ordinaire pour ce coureur exceptionnel, Tom Boonen offre une démonstration lors du dernier Paris-Roubaix. Lançant la course à plus de cent kilomètres de la ligne d’arrivée, le cycliste se rappelle aux bons souvenirs des suiveurs. Durant deux heures, il captive la foule. Battu et deuxième, le Belge sort vainqueur dans l’esprit du public. Troisième des mondiaux en fin de saison, il confirme sa capacité à préparer les grands événements et nous donne rendez-vous à Roubaix pour une ultime émotion.

Depuis le début de l’année, Tom Boonen prépare sa sortie. Embêté par des chutes au Tour d’Oman et à Tirreno-Adriatico, puis malade lors du week-end d’ouverture, le coureur Quick-Step Floors a réalisé une entame discrète. Malgré cela, il s’est rassuré sur la Primavera, en travaillant pour ses leaders dans le final. Une attitude à la hauteur du personnage. Aimé de tous, il est une voix qui porte dans le peloton.

Son départ à la retraite, conjugué à celui de Fabian Cancellara, marque la fin d’un cycle sur les classiques. En effet, le Belge est le dernier de sa génération à résister, avec Filippo Pozzato. Thor Hushovd, Alessandro Ballan, Juan Antonio Flécha, ou encore George Hincapie, tous ont quitté le peloton. Avec la sortie de Boonen, c’est une page qui se tourne. Dans le sillage de Peter Sagan, une nouvelle cuvée reprend le flambeau. Un millésime qui a mûri avec les exploits répétés de ses champions. De quoi lui donner une saveur succulente pour les prochaines échéances.

A 36 ans, Tom Boonen n’a plus rien à prouver. Un palmarès long comme la Trouée d’Arenberg. Une réelle passion du cyclisme. Moins fort qu’auparavant, le Belge tente un dernier pari risqué. S’il va concentrer toute l’attention durant la prochaine quinzaine, le champion ne devra pas se laisser submerger par les sentiments. Entre excitation et tristesse, le public attend un dernier récital de son favori et espère vibrer avec lui.

Nationalité :
Age : 37 ans
Equipe : Quick-Step Floors
À propos de Romain Michel 140 Articles
Diplômé en Master Information et Communication à Lyon, Romain est un sportif accompli depuis la sortie du berceau. Il rejoint le Grand Plateau après plusieurs expériences dans les médias. Cycliste amateur, il pose un regard passionné et avisé sur le peloton.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*