Publié le 3 mai 2017 à 19:06

Dorian Godon : « Un plaisir de courir à domicile »

© Le Grand Plateau

Quatrième volet du carnet de route de Dorian Godon, coureur néo-professionnel au sein de l’équipe Cofidis. Retour sur un mois d’avril chargé, où il a enchaîné les jours de course. De la Route Adélie au Tro Bro-Léon, en passant par le Circuit de la Sarthe, le Lyonnais a passé de nombreuses heures en compétition. Après une coupure bien méritée, le voilà reparti vers de nouvelles échéances, dès ce mercredi à l’occasion du Rhône-Alpes Isère Tour.

« Bonjour à tous,

Je reviens de coupure. En effet, j’ai profité de la deuxième partie du mois d’avril pour prendre un peu de repos après un éprouvant cycle de courses. Je n’ai pas touché au vélo pendant quatre jours. En reprenant, les sensations n’étaient pas excellentes, donc j’ai pris un peu plus de temps pour remettre la machine en route. Les jambes tournaient mieux ce week-end, donc j’espère continuer de m’améliorer.

Je sors satisfait de mon bloc de compétitions. Tout d’abord, l’équipe a réussi à l’emporter sur Paris-Camembert grâce à Nacer Bouhanni. Ensuite, j’ai pu me glisser dans une échappée lors d’une étape du Circuit de la Sarthe. Cette tentative n’était pas préparée. J’avais chuté la veille et j’étais courbaturé le matin. Mes sensations étaient mauvaises donc je me suis rassuré à l’avant de la course. Dommage qu’un seul coureur ait choisi de m’accompagner, car sur une demi-étape, les échappés peuvent parfois piéger le peloton. Mais cela fait toujours plaisir de prendre les devants.

Dorian Godon retrouve la compétition chez lui, à l’occasion du Rhône-Alpes Isère Tour – © Sirotti

Pour ma dernière épreuve, je prenais le départ Tro Bro-Léon, une course à part. Le parcours est varié et l’atmosphère est typique des classiques. Au départ, la fatigue était présente, mais j’avais à cœur de bien faire sur les ribines. La compétition s’est déroulée sans qu’aucun groupe ne prenne le champ. Le peloton était constamment tendu et nerveux à l’approche des secteurs.

Sur ce genre d’épreuves, il y a le facteur chance qui rentre en compte. Pour ma part, j’ai eu des soucis mécaniques au mauvais moment. Malheureusement, une fois que la course est lancée, chaque problème devient un handicap rédhibitoire. Lorsque Christophe Laporte a crevé, je lui ai donné ma roue et ma course s’est terminée. Malgré une course usante, j’ai envie de revenir l’année prochaine, avec plus d’expérience.

Après avoir récupéré, mon mois de mai sera moins dense que le précédent. En effet, je reprends la compétition avec le Rhône-Alpes Isère Tour, avant de participer au Tour de la Somme. Un programme léger en période d’examens. Je raccroche un dossard à domicile, sur mes routes d’entraînement. C’est un bonheur. Il est toujours plaisant de courir devant ma famille. De plus, je n’ai pas besoin de reconnaître le parcours, cela peut être un avantage.

J’aborde cette compétition sans objectif précis. Je ne connais pas encore mon rôle au sein de l’effectif, mais il est évident que la formation Cofidis vient pour gagner. On se doit de faire la course à l’avant. Il ne faudra pas se faire piéger lors de la première étape, car c’est la plus nerveuse et difficile. Je pars avec la même envie que les courses précédentes et j’espère profiter des opportunités. Par rapport à l’année dernière, j’ai pris de la caisse et de l’expérience. Je pourrai mesurer ma progression. »

Nationalité :
Age : 21 ans
Equipe : Cofidis, Solutions Crédits
À propos de Romain Michel 140 Articles
Diplômé en Master Information et Communication à Lyon, Romain est un sportif accompli depuis la sortie du berceau. Il rejoint le Grand Plateau après plusieurs expériences dans les médias. Cycliste amateur, il pose un regard passionné et avisé sur le peloton.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*