Publié le 15 février 2017 à 18:22

Fernando Gaviria décroche le premier maillot de leader au sprint

(c) @quickstepteam

En parallèle du Tour d’Oman, à l’autre bout du monde, le Tour de l’Algarve offrait aux sprinteurs une étape taillée pour eux dès le premier jour. Les spécialistes de ce type d’effort ne s’y étaient pas trompés et nombre d’entre eux étaient au rendez-vous. Bouhanni, Degenkolb, Démare, Gaviria ou encore Groenewegen ont par exemple fait le déplacement jusqu’en Espagne.

Mais comme dans une célèbre émission d’aventure, il ne pouvait en rester qu’un, et c’est Fernando Gaviria qui a été le plus rapide. Le Colombien devance André Greipel et Nacer Bouhanni, au sprint évidemment.

Tout pour le sprint

Cela ne dissuada pas quelques opportunistes, qui se sont échappés en début d’étape. Les cinq hommes, bien emmenés par Christoph Pfingsten, nouveau leader du classement par points, seront toutefois absorbés par le peloton à 26 kilomètres du but.

Le rythme connaît alors un ralentissement synonyme de tension, puisque les différentes équipes sont en protection de leur sprinteur, à l’image de la Cofidis pour Nacer Bouhanni ou de la Trek-Segafredo pour John Degenkolb.

La course est si calme qu’un chien peut se promener tranquillement sur la ligne d’arrivée. Mais celui-ci doit vite déguerpir lorsque les prédateurs aux grosses cuisses entrent dans les derniers kilomètres de l’étape. Car il ne faut pas se faire d’illusion, c’est un calme « avant la tempête », comme le dit le proverbe.

Le combat des chefs

Et comme souvent, la tension est de mise dans les dix derniers kilomètres, alors que la vitesse du peloton augmente considérablement. Plusieurs trains sont à la lutte pour obtenir les premières positions, et la Lotto Soudal tente même pendant quelques hectomètres de créer une cassure.

Les différentes formations se succèdent à l’avant de ce peloton en pleine ébullition, ce qui n’est pas sans conséquence pour les plus malchanceux. Dylan Groenewegen se retrouve sans équipier à deux kilomètres du sprint final.

Dans cet immense imbroglio, Fernando Gaviria est le premier à se découvrir mais il est très vite imité par Nacer Bouhanni. Le Colombien résiste au Français et décroche ainsi la onzième victoire de la Quick-Step Floors en 2017. André Greipel, très légèrement gêné par Gaviria sur la fin, s’intercale entre les deux hommes tandis que Dylan Groenewegen prend la quatrième place de ce sprint royal.

 

Albufeira – Lagos
1Fernando GAVIRIAQuick-Step Floors4h28'31"
2André GREIPELLotto Soudalm.t.
3Nacer BOUHANNICofidis, Solutions Créditsm.t.
4Dylan GROENEWEGENTeam LottoNL – Jumbom.t.
5John DEGENKOLBTrek – Segafredom.t.
6Baptiste PLANCKAERTTeam Katusha – Alpecinm.t.
7Matteo TRENTINQuick-Step Floorsm.t.
8Andrea PASQUALONWanty – Groupe Gobert+ 1"
9Łukasz WIŚNIOWSKITeam Skym.t.
10Edvald BOASSON HAGENDimension Datam.t.
À propos de Pierre Hertout 96 Articles
D'abord passé par les études d'économie, Pierre est maintenant dans les langues, tout en ambitionnant de devenir journaliste sportif. Voilà qui illustre à merveille son côté touche-à-tout. Parmi ses divers passe-temps, la rédaction d'articles a été élevée au rang de passion, et puisqu'il est gentil, il partage. C'est pour cela qu'il est venu à participer à la création du Grand Plateau après diverses expériences professionnelles, qui lui ont permis d'interroger Nicolas Portal, Lilian Calmejane, Thierry Adam, Jimmy Casper ou encore Sacha Modolo. Ce projet représente pour lui un nouveau défi à l'image d'une ligne de conduite : le culot.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*