Publié le 9 mai 2017 à 16:45

Jens Debusschere s’impose dans le chaos

© Sirotti

Il n’y a pas que le maglia rosa italien qui est en jeu en ce mois de mai. La tunique rose des réputés Quatre Jours de Dunkerque constitue aussi un objectif pour de nombreux membres du peloton professionnel. Parmi eux, Sylvain Chavanel, Adrien Petit, Oliver Naesen, Arnaud Démare ou encore Jens Debusschere souhaitaient ouvertement succéder à Bryan Coquard.

Premier acte de la course aussi appelée Tour des Hauts-de-France, une étape entre Dunkerque et la localité d’Iwuy, longue de 197 kilomètres et plutôt propice à un sprint, même si les attaquants pouvaient espérer une issue qui leur serait favorable, notamment avec les quelques secteurs pavés présents sur le tracé.

Le peloton joue avec les échappés

Trois hommes animent la première partie de course : l’Irlandais Martyn Irvine (Aqua Blue Sport), Jérémy Cabot (Roubaix-Lille Métropole) et un habitué des barouds, Loic Chetout, pour la Cofidis. Les trois mousquetaires abordent ainsi les principales difficultés en tête, et évitent le stress du peloton à l’approche des pavés.

Mais les chances des attaquants sont minces. À cinquante kilomètres de l’arrivée, ceux-ci sont déjà à la merci du peloton, et l’écart diminue dangereusement à l’approche du dernier secteur. Le regroupement s’effectue dans celui-ci, sous l’impulsion des FDJ.

À l’instar du Giro, les Bahrain-Merida se montrent à l’avant de la course. Heinrich Haussler démontre notamment sa condition à une trentaine de kilomètres du terme en positionnant sa carcasse en tête sur les pavés mais rentre vite dans le rang.

Jens Debusschere passe entre les gouttes

Les attaques se multiplient, sur les longues lignes droites du Nord, mais les équipiers veillent. Sur le circuit final, une énorme chute secoue le peloton. Celle-ci ayant eu lieu dans les premières positions, c’est toute une moitié de peloton qui se retrouve, soit à terre, soit retardée.

Les écarts étant importants, c’est une quarantaine de coureurs qui se présentent en tête sur la dernière portion pavée. Les Direct Energie y mènent la barque, alors que les FDJ et Arnaud Démare ont été piégés dans l’incident.

La situation est difficilement lisible dans les derniers kilomètres. Les coureurs eux-mêmes semblent douter de la présence ou non de leurs leaders à l’avant et personne n’ose prendre les choses en main, sous un vent défavorable. Un sprint en petit comité s’annonce.

AG2R, Lotto Soudal et Cofidis, surreprésentées à l’avant, se mettent en place. Adrien Petit tente d’anticiper le sprint, mais Jens Debusschere (Lotto Soudal) se lance à sa poursuite, le dépasse et ne faiblit pas malgré un sprint lancé de loin. Il devance Marc Sarreau, seul rescapé FDJ et Clément Venturini, et s’empare du premier maillot rose de la course.

Dunkerque – Iwuy
1Jens DEBUSSCHERELotto Soudal4h34'40''
2Marc SARREAUFDJm.t.
3Clément VENTURINICofidis, Solutions Créditsm.t.
4Danilo NAPOLITANOWanty – Groupe Gobertm.t.
5Adrien PETITDirect Energiem.t.
6Coen VERMELTFOORTRoompot – Nederlandse Loterijm.t.
7Roy JANSWB Veranclassic Aquality Protectm.t.
8Romain CARDISDirect Energiem.t.
9Marco BENFATTOAndroni Giocatolli – Sidermecm.t.
10Rudy BARBIERAG2R La Mondialem.t.
À propos de Vincent Prono 87 Articles
Étudiant en licence d'Histoire à Rennes, Vincent est un grand passionné de sport et notamment de cyclisme. Après avoir vécu quelques expériences dans des médias sportifs, il prend part avec excitation à l'aventure du Grand Plateau, avant tout pour le plaisir de partager informations et analyses sur la petite reine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*