Publié le 26 février 2017 à 13:11

Jonathan Hivert : « Lever les bras au moins une fois »

(c) Sirotti

De notre envoyé spécial à Livron-sur-Drôme.

Il est un des hommes en forme de ce début de saison. Jonathan Hivert se relance après une année 2016 gâchée par une opération au genou. Le nouveau pensionnaire de l’équipe Direct Energie s’est confié au Grand Plateau avant de prendre le départ de la Royal Bernard Drôme Classic. Le Tourangeau sera à surveiller dans le final de la course drômoise.

Huitième du Tour du Haut-Var et quatrième du Tour de la Provence, Jonathan Hivert n’a pas loupé ces premiers rendez-vous 2017. « J’avais commencé l’hiver un peu en retard, mais j’ai rattrapé le temps perdu. Maintenant, je suis dans les clous pour faire des résultats », explique le coureur Direct Energie.

Une saison blanche en 2016

Blessé en 2016, Jonathan Hivert a retrouvé des couleurs sous le maillot Direct Energie – (c) Sirotti

Pourtant, à la suite d’une opération au genou début mars, Hivert vit une  saison 2016 difficile. « L’année dernière, c’était très compliqué. J’ai très peu couru. J’ai été opéré au mois de mars, malgré cela j’ai fini la saison assez bien », nuance le Tourangeau.

« Je me suis refait opéré au mois de novembre, mais cette fois-ci de l’autre genou, pour ne pas être embêté et jouer la sécurité. C’est pour cela que j’étais en retard, mais maintenant je n’ai plus de soucis de ce côté-là », assure-t-il. Ses premières performances en attestent.

Pas de temps d’adaptation. Malgré une saison tronquée, il ne tarde pas à retrouver la tête de peloton. Une condition qui n’étonne pas le principal intéressé : « Les débuts de saison me réussissent plutôt bien, donc je ne m’inquiétais pas trop. Je sais que souvent, je reviens vite. Ç’aurait même pu être mieux niveau résultat, mais c’est déjà correct. Le début de saison n’est pas terminé », analyse le puncheur.

Retrouver le goût de la gagne

Passé pas loin sur le Tour du Haut-Var, Jonathan Hivert espère imiter Julien Simon – (c) Sirotti

Prochaine étape pour le coureur Direct Energie : lever les bras. Un objectif avoué pour Jonathan Hivert qui veut « aller chercher une victoire ». Les occasions se sont déjà présentées en ce début d’année.

« Ç’aurait pu le faire sur la dernière étape du Tour du Haut Var, mais j’ai lancé le sprint d’un peu loin. Petite erreur de ma part. Même sur la dernière étape du Tour de La Provence, où je fais troisième, je n’étais pas loin de gagner», commente le cycliste. Des signes encourageants.

Durant l’intersaison, le triple vainqueur d’étape sur la Ruta Del Sol a changé d’air. Un transfert qui semble avoir relancé le coureur. « C’est toujours un nouveau dynamisme. Ce n’est pas la première fois que je change de structure », sourit le Français.

« À chaque fois, c’est un nouveau défi, un nouveau challenge de convaincre les directeurs sportifs, les nouveaux coéquipiers, raconte Hivert. Je n’avais pas spécialement prévu de changer d’équipe, puis j’ai eu l’opportunité de retravailler avec des personnes comme Lylian Lebreton ou Jimmy Engoulvent que je connaissais bien, donc j’ai sauté le pas. » Un choix que ne doivent regretter ni le coureur, ni l’équipe Direct Energie.

Paris-Nice dans un coin de la tête

Après un mois de février plein, Hivert ne connaît pas encore la suite de son programme. « On saura ce dimanche soir, sans doute, la sélection de Paris-Nice », explique le coureur. Une course au soleil où les places sont chères chez les noir et jaune. « C’est compliqué. Il y a cinq ou six coureurs qui sont sûrs d’y participer, avec le train de Bryan Coquard, qui est notre meilleure carte. Il reste deux ou trois places, donc je suis prétendant », prévient le Tourangeau.

« Il faut voir comment je performe sur l’Ardèche, comment les autres coureurs marchent en Belgique aussi. Puis, suivant la configuration, s’il n’y a pas de blessés », explique Hivert. Un objectif mais pas une finalité pour le coureur de 31 ans, qui ajoute : « J’y crois, mais si je n’y vais pas, il y aura d’autres courses ».

D’autres courses et d’autres occasions d’accrocher une victoire, quatre ans après son dernier succès. « Lever les bras au moins une fois, ce serait un bon déclic. Puis, si je les lève une fois, ensuite je les relèverai sans doute », prévient le coureur Direct Energie. Dossard 45 ce dimanche, Jonathan Hivert a une belle carte à jouer. Après de solides performances, une victoire comblerait définitivement le cycliste.

Nationalité :
Age : 32 ans
Equipe : Direct Energie
À propos de Romain Michel 140 Articles
Diplômé en Master Information et Communication à Lyon, Romain est un sportif accompli depuis la sortie du berceau. Il rejoint le Grand Plateau après plusieurs expériences dans les médias. Cycliste amateur, il pose un regard passionné et avisé sur le peloton.

1 Commentaire

  1. Pour bien connaitre Jonathan,puisque je le connais depuis qu’il a débuté le cyclisme en école de vélo, et être licencié dans mon club, il serait dommage qu’il ne soit aligné sur Paris Nice car il est en forme et c’est sa course,n’oublions pas qu’il avait terminé 8éme de l’épreuve alors qu’il était sous les couleurs Skill Shimano.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*