Publié le 23 février 2017 à 19:26

Leopold König et Rafal Majka sautent ensemble dans l’inconnu

© Bora-hansgrohe / VeloImages

À 29 et 27 ans, Leopold König et Rafal Majka n’ont plus rien à prouver. Grimpeurs d’exception, ils sont aux côtés de Peter Sagan les fers de lance de la formation Bora-hansgrohe, nouvelle venue au sein du World Tour. Ils s’y partageront le leadership dès que la route s’élèvera. Un pari à risque.

C’est une sorte de promotion pour eux, puisqu’en 2016 ils évoluaient tous dans l’ombre d’un cador : Froome pour l’un et Contador pour l’autre. L’un était désireux de liberté et de responsabilités, l’autre a profité de l’arrêt de la Tinkoff pour tracer sa propre route.

La formation allemande est alors apparue comme un messie et a fait là l’acquisition de deux valeurs sûres, après celle du prophète Peter Sagan. Car le Tchèque et le Polonais ont quasiment toujours répondu présent. Un Tour de Pologne, un podium et des tops 10 en grands Tours, agrémentés de victoires d’étapes, honorent ainsi le palmarès de ces deux hommes.

Se fixer de nouveaux objectifs

Dans l’ombre de ses leaders, Leopold König a engrangé de l’expérience pour revenir plus fort dans son ancienne équipe – © Sirotti

Mais puisque la trentaine approche, il était temps pour eux de prendre enfin leur envol. Il était temps de défier en face-à-face les coureurs qu’ils côtoient dans les grandes ascensions depuis quelques années. Il était temps de ne plus être le joker de luxe de l’équipe.

Ainsi, les deux coureurs se partageront en 2017 les nombreuses courses du calendrier sous les couleurs de la Bora-hansgrohe. Un pari qui pourrait bien s’avérer gagnant, car ils ont déjà montré qu’ils avaient les moyens d’accrocher un beau classement général sur un grand Tour grâce à leurs grandes qualités.

En témoignent par exemple la 3e place de Majka sur la Vuelta et la 6e place sur le Giro de König, en 2015. D’autant plus que depuis ces résultats, déjà meilleurs que ceux des essais précédents, les deux hommes ont encore progressé et ont surtout engrangé de l’expérience.

Quelle meilleure formation pour apprendre à gérer une course de trois semaines, qu’être le garde du corps de Froome, ou d’alterner entre échappées victorieuses et protection de Contador, sur le Tour ? Ils y ont sans aucun doute appris un facteur capital, savoir gérer au mieux une course de trois semaines.

Ça passe ou ça casse

Rafal Majka fait l’objet de grands espoirs au sein de sa nouvelle formation – © Sirotti

Pourtant, si le scénario semble parfait, tout reste encore à faire pour les coureurs de Ralph Denk. D’autres ont déjà tenté de changer de statut avant eux, avec plus ou moins de réussite. C’est le cas par exemple de Janez Brajkovic, qui fait cette année son retour en World Tour avec l’équipe Bahrain Merida.

Équipier de Contador, puis Horner, Armstrong, Klöden ou encore Leipheimer, les ambitions du Slovène avaient décidé vers ses 28 ans, qu’était venue l’heure de s’émanciper. Mais les résultats de Brajkovic se mirent à chuter, et il fut relégué du rang de grand espoir à celui d’équipier, avant de quitter finalement la 1ère division en 2015.

Cette expérience ratée au sein de l’équipe Astana n’est pas le seul exemple. D’autres nouveaux leaders n’ont jamais réussi à confirmer avec leur nouveau statut, à l’image de Roman Kreuziger, Igor Anton, Mathias Frank ou encore Daniel Navarro.

Si nul n’a le droit de critiquer leur carrière, ces coureurs ont eux aussi fait un jour le pari de franchir le Rubicon. Néanmoins, beaucoup d’autres ont réussi à s’imposer et tous les espoirs sont donc permis pour Leopold König et Rafal Majka. Il faudra pour cela qu’ils fassent preuve de maturité et ne misent pas que sur leurs jambes mais également sur leur mental.

Manager : Ralph Denk
Nationalité :
Site officiel : http://www.bora-argon18.com/en
À propos de Pierre Hertout 96 Articles
D'abord passé par les études d'économie, Pierre est maintenant dans les langues, tout en ambitionnant de devenir journaliste sportif. Voilà qui illustre à merveille son côté touche-à-tout. Parmi ses divers passe-temps, la rédaction d'articles a été élevée au rang de passion, et puisqu'il est gentil, il partage. C'est pour cela qu'il est venu à participer à la création du Grand Plateau après diverses expériences professionnelles, qui lui ont permis d'interroger Nicolas Portal, Lilian Calmejane, Thierry Adam, Jimmy Casper ou encore Sacha Modolo. Ce projet représente pour lui un nouveau défi à l'image d'une ligne de conduite : le culot.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*