Publié le 11 mai 2017 à 11:47

Les enjeux du Giro d’Italia 2017

(c) Sirotti

Après la première arrivée en altitude, tour d’horizon des principales questions de la course au maillot rose. Réponse dans un peu moins de trois semaines à Milan.

Quintana va-t-il réussir la première étape de son pari ?

Vainqueur de la dernière Vuelta, Nairo Quintana vise le Giro d’Italia et le Tour de France – (c) Sirotti

Il est la principale attraction de ce centième Giro d’Italia. Nairo Quintana suscite admiration et interrogation. Le grimpeur s’est lancé un objectif fou : remporter le maillot rose et le maillot jaune en moins de trois mois. Une performance réalisée pour la dernière fois par Marco Pantani en 1998. Un autre temps.

S’il s’avance en favori annoncé au départ de Sardaigne, le Colombien devra rester vigilant et concentré face à la concurrence. Physiquement, le coureur de la Movistar apparaît un niveau au-dessus de ses adversaires. Cependant, en trois semaines, les occasions de faire vaciller Quintana seront présentes.

Pronostic : 80% de chance

Un Français va-t-il terminer sur le podium final ?

Thibaut Pinot se présente en outsider légitime au départ de Sardaigne – (c) Sirotti

Le dernier Français sur le podium du Giro d’Italia se nomme John Gadret. Le grimpeur avait profité du déclassement d’Alberto Contador pour se hisser sur la troisième marche en 2011, au terme d’un grand Tour de haute volée.

Avant cela, il faut remonter à 1990 et la deuxième place de Charly Mottet pour trouver trace d’un Tricolore dans le trio de tête. Une année auparavant, Laurent Fignon avait enlevé le maillot rose final. Il reste le dernier tricolore victorieux.

Au départ, les chances françaises reposent entièrement sur les épaules de Thibaut Pinot. Le Franc-Comtois a fait du Giro d’Italia son principal objectif de la saison. À la vue de son début d’année, il apparaît comme un protagoniste légitime pour le classement général. En grande condition, le coureur de la FDJ peut monter sur la boîte à Milan.

Pronostic : 60% de chance

Le Team Sky va-t-il remporter son premier grand Tour hors de France ?

Geraint Thomas et Mikel Landa tenteront de mener le Team Sky vers le maillot rose – (c) Sirotti

L’équipe de Dave Brailsford a pris l’habitude de faire main basse sur le rendez-vous de juillet, avec quatre succès lors des cinq dernières éditions ! Un chiffre hallucinant. Pourtant, les hommes au maillot noir sont toujours à la recherche ourse de trois semaines en dehors du territoire français. Une statistique paradoxale.

Déjà deuxième de la Vuelta et deuxième du Giro d’Italia, via Rigoberto Uran, les Britanniques arrivent avec une forte artillerie. En effet, c’est avec deux armes que le Team Sky se présente : Geraint Thomas et Mikel Landa. Cependant, le premier semble encore trop limité sur trois semaines pour jouer la victoire, tandis que l’Espagnol alterne le très bon comme le très mauvais.

Pronostic : 10% de chance

Les coureurs belges vont-ils remporter une étape ?

Après une campagne de classiques en demi-teinte, Jasper Stuyven vise une victoire d’étape – (c) Sirotti

Ces dernières années, les coureurs du plat pays ont pris l’habitude de remporter des bouquets sur la course au maillot rose. Tim Wellens s’était illustré la saison passée, tandis que Philippe Gilbert et Iljo Keisse l’avaient précédé en 2015. C’est un contingent de treize coureurs qui s’est élancé de Sardaigne pour trois semaines de compétition.

Les meilleures chances semblent se diriger vers Jasper Stuyven, déjà troisième à Tortoli, et qui a les coudées franches pour jouer sa carte personnelle. Les prochaines étapes peuvent lui correspondre. Sinon, la plupart des cyclistes belges engagés jouent un rôle d’équipier au sein de leur formation. De Ben Hermans à Jurgen Van den Broeck, en passant par les formationsQuick Step ou Lotto Soudal, la principale chance de voir un de ses coureurs lever les bras réside dans une échappée au long cours.

Pronostic : 40% de chance

Tom Dumoulin va-t-il tenir trois semaines ?

Tom Dumoulin veut tester ses limites sur trois semaines – (c) Sirotti

C’est l’inconnu de ce Giro d’Italia : Tom Dumoulin. Personne ne sait à quel niveau va évoluer le longiligne coureur néerlandais. Sixième de la Vuelta en 2015, le coureur du Team Sunweb revient pour la première fois sur un grand Tour dans la peau d’un leader, après une saison 2016 tournée vers le contre-la-montre olympique.

Cette saison, Dumoulin a peu couru, quatorze jours, mais est apparu en condition. Le fort kilométrage chronométré l’avantage et il ne serait pas étonnant de le retrouver en rose après dix jours de course. Mais, malgré un régime drastique, les pourcentages des cols italiens semblent encore trop rudes pour le rouleur face aux purs grimpeurs. Néanmoins, il sera intéressant de suivre son comportement.

Pronostic : 50% de chance

À propos de Romain Michel 140 Articles
Diplômé en Master Information et Communication à Lyon, Romain est un sportif accompli depuis la sortie du berceau. Il rejoint le Grand Plateau après plusieurs expériences dans les médias. Cycliste amateur, il pose un regard passionné et avisé sur le peloton.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*