Publié le 17 mai 2017 à 20:04

Les tops et les flops de la 11e étape

(c) Sirotti

La course au maillot rose bat son plein. Chaque soir, Le Grand Plateau vous propose un retour sur l’étape du jour, à savoir les tops et les flops de la journée, pour vous permettre de suivre l’évolution du Giro d’Italia au quotidien.

LES TOPS

Omar Fraile

À l’avant toute la journée, l’Espagnol a conclu en beauté pour s’offrir un succès de prestige – (c) Sirotti

L’Espagnol était clairement le coureur le plus fort du jour. Présent à la pointe du combat dès la première difficulté, il a suivi l’offensive suicidaire de Mikel Landa à plus de cent kilomètres de la ligne d’arrivée. Après un Baracchi avec son compatriote, le coureur Dimension Data est contraint de voir revenir un groupe d’une quinzaine d’hommes. À quarante kilomètres du but, Fraile semble avoir laissé passer sa chance.

Pourtant, c’est sa carcasse que l’on voit apparaître derrière Pierre Rolland dans les plus forts pourcentages du jour. Après être passé en tête au sommet, il est repris par le Français, puis par Rui Costa et Tanel Kangert. Lucide, le meilleur grimpeur de la dernière Vuelta se concentre sur l’ancien champion du monde. Tactique payante puisqu’il prend le meilleur sur son adversaire au sprint. Une victoire méritée et qui confirme sa grande condition actuelle. Deuxième du classement de la montagne, il se pose en candidat pour le maillot bleu à Milan.

Tanel Kangert

On ne l’a presque pas vu de la journée, pourtant le coureur Astana réalise une excellente opération au classement général. Comme Andrey Amador, l’Estonien profite de son échappée pour gagner des places et du temps. Désormais huitième à moins de quatre minutes, Kangert peut viser son meilleur résultat sur un grand Tour.

Si tous les observateurs avaient les yeux rivés sur la remontée du coureur costaricien, Tanel Kangert est peut-être celui qui présente les meilleures garanties. Pendant qu’Andrey Amador devra composer avec Nairo Quintana, le coureur Astana est l’unique leader de sa formation. De plus, il a terminé septième au sommet du Blockhaus. Une performance qu’il lui faudra rééditer dans les prochains jours pour conserver sa place dans le top 10.

Team Sunweb

On leur promettait l’enfer, le Team Sunweb et Tom Dumoulin ont parfaitement négocié cette étape piège. Entouré d’un seul équipier après une petite heure de course, le maillot rose n’a pas paniqué. Contraint de laisser partir une échappée, il est parvenu à contrôler ses principaux adversaires, ne laissant du champ qu’aux seconds couteaux.

Andrey Amador, Tanel Kangert, Rui Costa, Dario Cataldo, Maxime Monfort. De solides coureurs, mais pas les rivaux premiers de Tom Dumoulin dans sa conquête du paletot rose. Bien aidé par une équipe qui a assuré son nouveau statut sur la totalité de la journée, le leader de la course a franchi une nouvelle étape vers son objectif. Désormais, les coureurs de l’équipe allemande vont tenter de récupérer, car ils devront répondre aux futures offensives dans la haute montagne.

LES FLOPS

Les adversaires de Tom Dumoulin

Thibaut Pinot et Vincenzo Nibali ont attendu la dernière ascension pour attaquer le maillot rose – (c) Sirotti

L’entame était idéale pour les rivaux du longiligne Néerlandais. Une course rythmée, des attaques incessantes et surtout un maillot rose isolé. Pourtant, aucun concurrent direct n’a tenté sa chance. En voulant replacer Amador, Movistar n’a t-elle pas perdu une occasion d’attaquer Tom Dumoulin avec Nairo Quintana ?

Bien sûr, le Colombien devrait pouvoir lâcher l’actuel maillot rose dans la haute montagne. On l’a vu au Blockhaus, Quintana est un ton au-dessus de ses adversaires lorsque la route s’élève. Cependant, le coureur de la Movistar n’a repris que trente secondes lors de la neuvième étape. Une marge infime comparée aux trois minutes concédées dès le contre-la-montre.

Si les arrivées en altitude se concluent par des duels, les différences sont faibles. En revanche, sur des étapes de moyenne montagne, où la course se lance de loin, les écarts peuvent se compter en minutes. C’est une occasion de ratée pour les adversaires de Tom Dumoulin.

Steven Kruijswijk

Le leader de la LottoNL-Jumbo a perdu le contact avec les favoris lors de la dernière ascension du jour. Steven Kruijswijk a confirmé les difficultés aperçues sur les pentes du Blockhaus, dimanche dernier. Alors qu’il pointait au dixième rang du classement général ce mercredi matin, le Néerlandais recule en douzième position en concédant une minute au groupe maillot rose.

Surtout, Kruijswijk a clairement tiré un trait sur son objectif de début de Giro d’Italia : le maillot rose. Jamais dans le coup depuis le départ en Sardaigne, le quatrième de la dernière édition semble condamné à jouer un top 10, loin de ses ambitions. Longtemps maillot rose l’an dernier, le Néerlandais n’a pas les mêmes jambes. Espérons pour lui qu’il n’ait pas laissé passer sa chance en 2016.

Tejay van Garderen

Décidément, l’Américain n’arrive plus à enchaîner les étapes. Sur une épreuve de trois semaines, c’est un problème. En effet, après une première semaine correcte, le coureur de la BMC a perdu pied dès l’entame de la deuxième semaine. Avec vingt minutes concédées ce mercredi, le cycliste de 28 ans a lâché dans la tête. Arrivé avec des ambitions élevées sur Giro d’Italia, Tejay van Garderen devra se remobiliser s’il veut peser sur la course d’ici Milan.

Bloqué par Richie Porte sur le Tour de France, l’Américain est venu en Italie pour se relancer. Comme depuis trois saisons, le cinquième de la Grande Boucle 2014 ne parvient plus à aller chercher un résultat sur un grand Tour. Le coureur de la BMC a touché ses limites actuelles sur les courses de trois semaines. Son avenir passe par les compétitions d’une semaine ou un rôle d’équipier de luxe pour son équipier australien.

À propos de Romain Michel 140 Articles
Diplômé en Master Information et Communication à Lyon, Romain est un sportif accompli depuis la sortie du berceau. Il rejoint le Grand Plateau après plusieurs expériences dans les médias. Cycliste amateur, il pose un regard passionné et avisé sur le peloton.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*