Publié le 9 mai 2017 à 18:50

Les tops et les flops de la 4e étape

(c) Sirotti

La course au maillot rose bat son plein. Chaque soir, Le Grand Plateau vous propose un retour sur l’étape du jour. Les tops et les flops de la journée pour vous permettre de suivre l’évolution du Giro d’Italia au quotidien.

LES TOPS

Jan Polanc

Parti dans l’échappée du jour, Jan Polanc a résisté au retour du groupe des favoris – (c) Sirotti

Vainqueur au sommet de l’Etna, Jan Polanc s’adjuge le plus beau succès de sa carrière. Déjà victorieux sur l’épreuve italienne en 2015, le Slovène confirme son statut de baroudeur des cimes. Parti dès les premiers kilomètres, le coureur de l’UAE Team Emirates a réalisé une superbe performance athlétique pour résister au retour des favoris dans l’ultime ascension.

Perdant seconde après seconde, Polanc a réussi à en conserver une poignée sur la ligne. Cerise sur le gâteau, il s’offre le maillot bleu de meilleur grimpeur. Un futur objectif pour le Slovène. Avant cela, le coureur va profiter des prochains jours, pauvres en difficultés, pour récupérer.

Ilnur Zakarin

Il était le leader qui avait le moins bien négocié les trois premières étapes en Sardaigne, où il avait perdu vingt secondes. Son approche de l’Etna a été chaotique. Projeté au sol au détour d’un virage, le coureur longiligne semblait poursuivi par la malchance.

Mais le cycliste de la Katusha a fait parler ses jambes pour revenir au contact des meilleurs dès les premières pentes. Il a suivi les rares escarmouches finales, puis a profité de l’apathie des cadors pour s’isoler dans les deux derniers kilomètres. Trop tard pour la victoire d’étape, mais il gomme son retard accumulé depuis le départ.

Pierre Rolland

Durant un gros quart d’heure, Pierre Rolland a précédé le peloton sans jamais prendre le large – © Sirotti

Bien sûr, le grimpeur français n’a pas réussi son objectif de victoire d’étape. Cependant, voir Pierre Rolland se dresser sur les pédales et prendre les devants est un signe encourageant.

L’Orléanais voulait anticiper les grandes manœuvres, mais voyant sa tentative vouée à l’échec, il a préféré gérer son ascension. Rejoint par les favoris de ce Giro d’Italia, le Français est parvenu à tenir les roues jusqu’à la ligne. On devrait revoir la silhouette de Pierre Rolland à la pointe du combat.

LES FLOPS

Le spectacle

On attendait une explication entre les favoris, la montée volcanique n’a pas donné lieu à la bataille annoncée. Placée dès le quatrième jour, la première arrivée en altitude a permis aux grands leaders de prendre leurs marques, mais aucun n’a souhaité se risquer à l’offensive. En second rideau, tout au long de l’ascension, chacun observait ses adversaires. Le Giro d’Italia n’est pas sorti de sa phase d’observation. Rendez-vous est pris dimanche prochain, avec le final au sommet du Blockhaus, où les leaders devraient bouger.

Sur ses terres, Vincenzo Nibali a placé une escarmouche dans le final de l’étape – (c) Sirotti

Vincenzo Nibali

Sur ses terres, le leader de la Bahrain Merida était attendu. Après avoir fait rouler ses hommes dès la banderole des quarante derniers kilomètres, me Requin de Messine a placé une banderille à trois kilomètres du terme. Une escarmouche forcée pour l’Italien, qui se sentait presque obligé de passer à l’attaque sur ses routes.

Après avoir fait plaisir aux tifosi, Nibali s’est sagement recalé dans les roues et a atteint la ligne d’arrivée sans encombre. Le vainqueur sortant a l’expérience. Il sait que le Giro d’Italia ne se gagne pas la première semaine.

Rui Costa

Malgré la passivité des leaders, le rythme a été trop soutenu pour l’ancien champion du monde. Arrivé à près de quarante secondes des leaders, Rui Costa n’a pas encore perdu le Giro d’Italia, mais la montée du Portugais témoigne d’une condition moyenne. Jamais à l’aise sur trois semaines, le vainqueur du dernier Tour d’Abu Dhabi devrait se rabattre sur les victoires d’étape. Un rôle dans lequel il excelle. De plus, son coéquipier Jan Polanc, lui a montré la voie à suivre.

À propos de Romain Michel 140 Articles
Diplômé en Master Information et Communication à Lyon, Romain est un sportif accompli depuis la sortie du berceau. Il rejoint le Grand Plateau après plusieurs expériences dans les médias. Cycliste amateur, il pose un regard passionné et avisé sur le peloton.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*