Publié le 28 mars 2017 à 08:16

Une mise en route délicate : la faiblesse du Team Sky

(c) Sirotti

Depuis quelques saisons, le Team Sky est la référence absolue en termes d’épreuves par étapes. La formation britannique dicte le rythme de la course et impose sa loi en tête de peloton, avant de propulser son leader désigné vers la victoire. Une stratégie qui fonctionne à merveille, comme le prouvent ses quatre victoires sur le Tour de France depuis 2012.

Cependant, la belle machine anglaise s’est enrayée sur la route du Tour de Catalogne. Mis en échec par un Alejandro Valverde de gala sur la route de Lo Port, les noir et ciel ont sombré ce samedi. Surpris par un départ ultrarapide, les hommes de Dave Brailsford se sont retrouvés dans un deuxième groupe. Pris au piège, ils n’ont pas su renverser la situation.

Trente minutes de retard pour Christopher Froome

Abandonné par son équipe, Christopher Froome avait perdu La Vuelta 2016 sur l’étape de Formigal – (c) Sirotti

Au moment de franchir la ligne, Christopher Froome et ses lieutenants ont déboursé près d’une demi-heure ! Un retard indigne pour une équipe de la renommée du Team Sky.

Pourtant, ce n’est pas la première fois que les Britanniques sont pris au piège. En effet, sur la dernière Vuelta, Christopher Froome s’était fait surprendre par une attaque précoce d’Alberto Contador et de Nairo Quintana.

Visiblement, la leçon n’a pas été retenue par les hommes en noir. Au soir de cette déconvenue, le directeur sportif Nicolas Portal avait d’ailleurs décidé d’assumer : « Nous avons fait une grosse erreur. Je ne vais pas essayer de trouver une excuse, il n’y a aucune excuse. Les gars ont été brillants jusqu’à aujourd’hui. Il semble que c’était une question de positionnement ». 

Aux premières loges de ce coup de Trafalgar, le triple vainqueur du Tour de France exprimait quant à lui sa surprise : « Nous avons simplement été éjectés. Nous ne nous attendions pas à ce que la course se scinde à ce moment-là et que la principale cassure se produise sur une descente de deux kilomètres. Un coureur placé devant moi a laissé un trou. Sur une descente très technique comme celle-là, il n’y avait pas moyen de doubler pour combler l’écart ».

Une course peut basculer à tout moment

Dans un autre registre, le Team Sky est passé à-côté de son chrono lors du dernier Tirreno-Adriatico – (c) Sirotti

À deux reprises, Christopher Froome et ses hommes ont montré une faille dans leur dispositif sophistiqué. Piégés en début d’étape, sur des phases de course inattendues, ils n’ont pas su reprendre la situation en main.

Manque de vigilance ou abus de certitude pour les cyclistes du Team Sky ? Une chose est sûre, en ouvrant la porte à des attaques de grande ampleur, les Anglais donnent de l’espoir et des idées à leurs adversaires.

Prisonniers de leur approche scientifique, où tout est millimétré, les coureurs négligent certaines périodes de course et sont moins attentifs. Ces moments d’absences répétés, placés en début de compétition, les Britanniques les payent cher. Dominatrice dans les longues ascensions, impériale en contre-la-montre, le Team Sky laisse apparaître sa première faiblesse. Les manœuvres osées de Chris Froome sur le dernier Tour de France relevaient plus de sa domination que d’un comportement malicieux.

Distancée à deux reprises sur les routes espagnoles, l’équipe britannique peut-elle connaître une telle situation sur la Grande Boucle ? Cela paraît compliqué. Une équipe plus solide autour de Christopher Froome, un peloton plus homogène avec des intérêts décuplés, des scénarios stéréotypés et des parcours prévisibles… Les éléments plaident en faveur du triple vainqueur de l’épreuve.

Ses adversaires sont néanmoins prévenus : ils devront faire preuve d’imagination en juillet prochain pour déloger le roi anglais de son trône.

Manager : Dave Brailsford
Nationalité :
Site officiel : http://www.teamsky.com
À propos de Romain Michel 140 Articles
Diplômé en Master Information et Communication à Lyon, Romain est un sportif accompli depuis la sortie du berceau. Il rejoint le Grand Plateau après plusieurs expériences dans les médias. Cycliste amateur, il pose un regard passionné et avisé sur le peloton.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*