Publié le 18 février 2017 à 09:03

Nelson Oliveira, ce rouleur qui ne perd pas de temps

(c) Sirotti

Profil : rouleur. Nationalité : portugaise. La seconde caractéristique détonne plus que la première. Hormis Rui Costa, l’ex-champion du monde, les cyclistes lusitaniens n’accourent pas au portillon du cyclisme mondial.

Nelson Oliveira, coureur chez Movistar depuis 2016, ferait presque figure d’exception. Il est ainsi l’un des coureurs les plus idolatrés sur ses routes de l’Algarve, où se dispute en ce moment une épreuve de classe 2.HC à l’UCI.

Fils de cycliste professionnel, Nelson Oliveira a, en toute logique, enfourché la bicyclette. Dès l’âge de 14 ans, le natif de Vilarinho do Bairro remportait ses premières kermesses locales. « Je commençais déjà à rêver de devenir un professionnel, se souvient-il auprès de ElcyclistaIl est difficile d’atteindre cet objectif au Portugal, car le milieu professionnel est assez petit ».

Entraîné par l’idole

Dès ses premiers Mondiaux, Nelson Oliveira a brillé sur le chrono – (c) Sirotti

Mais le jeune homme ne désespère pas. Doué, Nelson Oliveira ambitionne de suivre les traces de son idole José Azevedo, sixième du Tour de France en 2002. Ironie du sort, les deux vont finir par faire route commune.

Reconverti en entraîneur, Azevedo a pris le jeune poulain sous son aile dès sa retraite. Et l’actuel manager de Katusha ne s’y trompe pas : Nelson Oliveira connaît une progression fulgurante.

En 2009, à l’âge de 20 ans, il endosse pour la première fois les couleurs de l’équipe espoirs du Portugal. Pendant l’ensemble de la saison, il se fait encore discret. Mais, dès le mois de septembre, il participe aux Mondiaux de Mendrisio.

Et Nelson Oliveira a déjà un péché mignon : le contre-la-montre. Lors de ces joutes mondiales, il brille de mille feux dans l’exercice chronométré. Seul l’Australien Jack Bobridge parvint à le priver d’une couronne mondiale en espoirs.

Des retrouvailles chez les pros

Quand il n’excelle pas sur le contre-la-montre, le Portugais se mue en équipier – (c) Sirotti

L’essentiel est ailleurs. Nelson Oliveira a tapé dans l’oeil des recruteurs et, l’année suivante, il rejoint le monde professionnel dans la formation Xacobeo-Galicia. Ses premiers pas parmi l’élite sont encore timides. Mais ses résultats en espoirs trahissent un potentiel chez le Lusitanien.

En 2011, la formation RadioShack, managée par un certain José Azevedo, lui fait les yeux doux. Nelson y paraphe son premier contrat World Tour. Le duo ne se perd plus de vue et, ensemble, récoltent leurs premiers faits de gloire.

Champion du Portugal du contre-la-montre, Oliveira obtient l’essentiel de ses bonnes performances sur la discipline. Deux ans plus tard, avec le retrait du sponsor RadioShack, il doit pourtant déchanter. Lampre-Merida rattrapera finalement le coup en lui offrant un contrat de deux ans.

Une nouvelle envergure

Nelson Oliveira a remporté le titre national du contre-la-montre à trois reprises – (c) Sirotti

Nelson s’y sent si bien qu’il ne tarde pas à décrocher d’excellents résultats. Mais c’est chez lui, au Portugal, qu’il tire le mieux son épingle du jeu. En juin 2014, il glane les deux couronnes nationales sur le chrono et sur la course en ligne. L’occasion d’exhiber le tricot distinctif hors des chronos.

Une nouvelle visibilité qui lui donne du galon. En septembre de la même année, il termine septième des Mondiaux de contre-la-montre à Ponferrada, son meilleur résultat lors d’un rendez-vous mondial.

C’est en 2015 pourtant qu’il fit le grand saut. Sorti dans une échappée sur la 13e étape de la Vuelta, entre Calatayud et Tarazona, il quitte ses compagnons d’infortune pour glaner un succès de prestige en solitaire. Nelson Oliveira brandit un poing rageur en franchissant la ligne : il vient de signer le plus grand exploit de sa carrière.

L’équipe Movistar veut alors le ramener dans la province ibérique. Coup réussi. Début 2016, le coureur de 25 ans arbore le maillot de la formation au grand M. Même s’il ne gagnera pas cette saison-là, hormis sur son championnat national -où il court en extraterrestre-, il obtient des performances plus qu’intéressantes.

Ainsi, sur le chrono de La Caverne de Pont d’Arc, au Tour 2016, seuls Tom Dumoulin et Chris Froome réalisent un meilleur chrono que Portugais. 2017 commence discrètement pour Oliveira, bien qu’il obtint un premier top 10 sur son premier effort solitaire, à l’Algarve.

Mais, depuis ses débuts chez les pros, Nelson Oliveira, rouleur par excellence, a fait sien l’adage : rien ne sert de courir, il faut partir à point.

Nationalité :
Age : 28 ans
Equipe : Movistar
À propos de Mathieu Roduit 220 Articles
Étudiant en licence d'information et de communication, Mathieu a déjà mis un pied dans le monde du journalisme. Pigiste sportif dans plusieurs quotidiens en Suisse, il possède de nombreuses cordes à son arc. Ce cycliste amateur a fait de la petite reine son domaine. Mathieu a cofondé Le Grand Plateau.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*