Publié le 24 février 2017 à 19:58

Orica – Scott rime aussi avec pavés

(c) Sirotti

Esteban Chaves s’envole dans la dernière ascension ! Simon Gerrans s’impose dans un sprint pour costaud ! Quelle attaque d’Adam Yates ! La saison des Australiens d’Orica – Scott se résume souvent à cela. Pourtant, on oublie un maillon fort, voir très fort de cette équipe : Mathew Hayman.

Et oui, pour ceux qui ont la mémoire courte, il faut tout de même rappeler que Mathew Hayman est le vainqueur sortant de Paris-Roubaix. Donc on ne peut pas faire l’impasse sur ce coureur et cette formation avant le début des classiques.

Une formation discrète…

Il faut dire que les Australiens ont pour l’instant bien caché leur jeu. À l’exception du surprenant Magnus Cort Nielsen, auteur de deux victoires en Espagne, les Orica – Scott se sont montrés très discrets. Un groupe qui s’est préparé, pour la plupart, en Espagne en participant au triptyque Almeria – Murcie – Valence.

Là où les Boonen, Degenkolb ou encore Van Avermaet se sont exilés sur les terres chaudes de l’Asie ou de l’Amérique du Sud, les Australiens sont restés en Europe pour prendre du rythme et la température du Vieux Continent.

L’année dernière la bande, à Hayman avait fait presque la même chose, sauf que cette fois-ci, ils étaient restés en Australie. Choix pas vraiment payant, puisque sur la première épreuve du calendrier belge, le Circuit Omloop Het Nieuwsblad, Orica – Scott avait pris une honorable… 69ème place avec Magnus Cort Nielsen.

Changer pour mieux réussir. Laurenzo Lapage, le directeur sportif de l’équipe, sait qu’il a les moyens de faire un beau début de printemps et cela commence par un beau week-end (du moins sur le papier). « Le temps semble mauvais pour le week-end, ce qui peut rendre la course difficile. Mais nous nous attendons à ce type de course et nous avons une équipe capable de résister à cela », explique le Belge.

Mais solide autour de Hayman

De l’expérience et du sang neuf pour la saison 2017, tel sera le mot d’ordre pour le combat que s’apprête à mener Orica – Scott. Le dernier vainqueur de « L’Enfer du Nord » pourra compter sur la présence de l’expérimenté Svein Tuft (39 ans).

Mais auprès de ces deux vétérans, une jeune garde semble bien en jambes. Emmenés par un Magnus Cort Nielsen dans une forme étincelante, Jens Keukeleire, Chris Juul-Jensen et Luke Durbridge représentent des relais parfaits pour lancer leur leader.

Néanmoins, même si la formation Australienne s’est montrée discrète jusqu’à présent, on se méfiera tout de même des bleus foncés et verts cette saison. Histoire de ne pas se faire piéger une nouvelle fois. À l’annonce d’une attaque d’un certain Hayman dans les oreillettes, les gros leaders seront certainement beaucoup plus vigilants.

Cependant, Orica – Scott à l’avantage d’avancer dans l’ombre des autres grands favoris pour le moment. À ce petit jeu du chat et de la souris où chacun essaie de mettre la pression sur les épaules des autres, peut-être que les Australiens, en se cachant, optent pour la bonne stratégie. Mathew Hayman ne dira pas le contraire. (cf : Paris-Roubaix 2016).

L’équipe Orica-Scott pour le Circuit Het Nieuwsblad et pour Kuurne-Brussel-Kuurne : Mathew Hayman, Svein Tuft, Magnus Cort Nielsen, Luke Durbridge, Chris Juul-Jensen, Jens Keukeleire, Sam Bewley.

Manager : Shayne Bannan
Nationalité :
Site officiel : http://www.greenedgecycling.com
À propos de Florian Puche 80 Articles
Étudiant en histoire, Florian est passionné par le sport et en particulier le cyclisme et le rink-hockey. Ses semaines sont rythmées par les activités sportives en tout genre. Après des expériences de correspondant local sportif, il souhaite joindre l'utile à l'agréable en partageant les sujets qui lui tiennent à cœur sur Le Grand Plateau.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*