Publié le 25 février 2017 à 08:28

Peter Sagan doute de sa forme

(c) Sirotti

Peter Sagan est l’une des têtes d’affiche du Circuit Het Nieuwsblad qui lance la campagne des Classiques, ce samedi. Plus d’un mois après avoir épinglé son dernier dossard, le champion du monde retrouve l’atmosphère du peloton. Deuxième l’an dernier, le Slovaque est un candidat logique pour la victoire, même s’il reste évasif sur sa forme du moment.

Le revoilà. Le maillot arc-en-ciel sera présent sur la ligne de départ du Circuit Het Nieuwsblad. Malgré sa présence sur le Tour Down Under, qui s’apparentait plutôt à une course d’entraînement, Peter Sagan débute réellement sa saison 2017 en Belgique. Comme l’an dernier, l’extraterrestre slovaque a effectué un début de saison calme. Loin des premiers affrontements, il s’est préparé en Sierra Nevada. Un camp d’entraînement où il construit ses futurs succès.

Peter Sagan retrouve un terrain qu’il affectionne

L’an dernier, Sagan avait attendu Gand-Wevelgem pour débloquer son compteur – (c) Sirotti

L’an dernier, Peter Sagan n’avait pas eu de retard à l’allumage. En effet, l’extravagant cycliste avait joué les premiers rôles dès le week-end d’ouverture et n’avait plus quitté le top 15 jusqu’à Paris-Roubaix. Une régularité impressionnante que le coureur Bora-hansgrohe espère rééditer cette année. La course de samedi donnera le ton sur la suite de la saison du numéro un mondial.

Les futures grandes échéances sont déjà présentes dans la tête du champion du monde, comme il l’a confié à Cyclingnews : « Comme tout le monde le sait dans le milieu du cyclisme, la vraie saison commence avec Paris-Nice et Tirreno-Adriatico,  puis Milan-San Remo ouvre la saison des Classiques. » Une vision historique du cyclisme. Un sport qui a bien évolué et nul doute que Sagan ne cracherait pas sur une belle performance du côté de Gand, ce samedi.

Le Slovaque a tenu à préciser ses objectifs pour ce week-end d’ouverture. « C’est une course importante pour moi parce que je peux prendre le rythme de la course et sentir l’ambiance. Il est nécessaire de terminer les deux courses, alors j’augmenterai mon niveau de forme peut-être. Il est capital de ne pas tomber. C’est indispensable parce que la course est le meilleur entraînement, non ? », a conclu Sagan dans son habituel sourire malicieux.

Une rentrée sous pression pour le champion du monde

Le champion du monde semble douter de sa forme, réponse ce samedi – (c) Sirotti

Bien entendu, on ne peut donner tort au champion du monde. Mais rabaisser sa participation sur ce week-end d’ouverture à un simple entraînement est réducteur. Fini la préparation pour le numéro un mondial. Derrière son apparente décontraction, le coureur Bora-hansgrohe doit sentir une petite pointe de pression.

Tout d’abord, d’un point de vue personnel. Le Circuit Het Nieuwsblad permettra à Peter Sagan de connaître sa réelle condition du moment. A moins d’un mois de ses principaux objectifs, un mauvais résultat viendrait troubler le moral du meilleur coureur de la saison passée.

Ensuite, d’un point de vue collectif. En effet, la formation Bora-hansgrohe n’a pas encore levé les bras cette année. Une panne de résultat pesante pour la nouvelle venue en World Tour. Recruté à l’intersaison pour être le fer de lance de l’équipe allemande, Peter Sagan porte de lourdes responsabilités sur ses épaules de leader. A lui de débloquer le compteur. Il serait bien inspiré de le faire rapidement.

Nationalité :
Age : 27 ans
Equipe : Bora-hansgrohe
À propos de Romain Michel 140 Articles
Diplômé en Master Information et Communication à Lyon, Romain est un sportif accompli depuis la sortie du berceau. Il rejoint le Grand Plateau après plusieurs expériences dans les médias. Cycliste amateur, il pose un regard passionné et avisé sur le peloton.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*