Publié le 6 février 2017 à 15:31

Que les pavés se tiennent prêts, Ian Stannard arrive

© Sirotti

Ian Stannard fait désormais partie de ces coureurs qui ont fait le plein de confiance dès les premiers jours de course de la saison. Sur l’Herald Sun Tour, il a remporté la dernière étape en se glissant à l’avant de la course. Une performance qui arrive à point nommé, en pleine préparation des classiques.

Les classiques, l’objectif ultime

Ian Stannard fera son retour sur les pavés le 25 février, lors du Circuit Het Nieuwsblad, une course qu’il a déjà remportée en 2014 et en 2015. Avec aussi peu d’éléments, difficile de juger son niveau de forme actuel, mais son numéro en Australie n’annonce que du positif.

Ian Stannard devrait être un des principaux protagonistes sur les Flandriennes – (c) Sirotti

D’autant que le Britannique devrait être animé d’un esprit de revanche, car l’an passé, il n’avait pas triomphé une seule fois sur les pavés. Mais sur ce terrain, l’expérience s’engrange deux fois plus vite que sur le bitume, et le Team Sky a pour habitude de transformer les erreurs du passé en atouts pour l’avenir.

La Sky a d’ailleurs progressé et « pèse de plus en plus dans ce genre de courses », comme l’expliquait Nicolas Portal au Grand Plateau en janvier. Avec cette équipe, l’ancien champion de Grande-Bretagne débarquera avec un vrai statut de leader. Sur un terrain qu’il connaît et apprécie, Ian Stannard sera à coup sûr surveillé de très près par ses adversaires.

Surtout que cette année, l’écurie de Dave Brailsford semble armée pour les classiques. Elle disposera d’ailleurs de deux autres cartouches, avec Michal Kwiatkowski, vainqueur surprise du GP E3 Harelbeke, et Luke Rowe, qui est également en bonne forme. Une stratégie qui a souvent fonctionné pour les concurrents de Quick-Step Floors, une référence en la matière.

Des interrogations qui subsistent

En 2016, le Britannique a réussi à grimper sur le podium de Paris-Roubaix – © Sirotti

Alors, à quelques jours des premières Flandriennes de la saison, que faut-il attendre de Stannard ? S’il a déjà engrangé de très bons résultats, il serait temps pour lui d’aller chercher d’autres bouquets sur les nombreuses courses pavées du calendrier.

En 2016, le Britannique avait pris part aux grandes manœuvres pendant l’Enfer du Nord, avant de finir 3e, au sprint, sur le Vélodrome. La mythique course pavée est l’un des nouveaux objectifs de l’équipe, avant d’être celui du coureur.

« Nous espérons un jour – pourquoi pas en 2017 – gagner un Roubaix ou un Flandres, c’est possible », confiait Nicolas Portal avant le début de la saison. Néanmoins, avoir joué la gagne dans le final de Paris-Roubaix ne garantit pas d’être encore aux avants-postes la saison suivante.

Avant tout, Stannard devra s’assurer d’être toujours parmi les meilleurs Flandriens en 2017. Pour cela, il faudra qu’il soit régulier et que sa forme combine avec les progrès qu’il a pu faire pendant l’hiver. Et surtout, il devra faire parler son expérience des pavés. Car plus que partout ailleurs, sur les classiques, l’expérience est un atout capital.

Nationalité :
Age : 30 ans
Equipe : Team Sky
À propos de Pierre Hertout 96 Articles
D'abord passé par les études d'économie, Pierre est maintenant dans les langues, tout en ambitionnant de devenir journaliste sportif. Voilà qui illustre à merveille son côté touche-à-tout. Parmi ses divers passe-temps, la rédaction d'articles a été élevée au rang de passion, et puisqu'il est gentil, il partage. C'est pour cela qu'il est venu à participer à la création du Grand Plateau après diverses expériences professionnelles, qui lui ont permis d'interroger Nicolas Portal, Lilian Calmejane, Thierry Adam, Jimmy Casper ou encore Sacha Modolo. Ce projet représente pour lui un nouveau défi à l'image d'une ligne de conduite : le culot.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*