Publié le 13 mars 2017 à 17:39

Rasmus Guldhammer, cet itinérant du cyclisme

(c) Wikipédia

Un après-midi d’avril 2009. Rasmus Guldhammer, la vingtaine étincelante, remportait avec démonstration Liège-Bastogne-Liège espoirs. Dès lors, les attentes sont nombreuses sur le jeune homme de Vejle.

La formation HTC – Columbia, l’une des plus grandes du circuit à l’époque, lui ouvre alors les bras du professionnalisme. Discret, il ne sortira de l’ombre qu’à domicile, lors du Tour du Danemark (6e au général).

Tout semble allait dans le meilleur des mondes pour le Danois. Du moins, de l’extérieur. En vérité, le blanc-bec n’a pas vraiment trouvé ses marques dans le monde professionnel. Sa motivation réduite à néant, Guldhammer veut revenir auprès des siens, le temps de grandir encore.

À la fin de la saison 2010, il choisit donc d’annuler son contrat avec HTC-Columbia et de tirer un trait -provisoirement- sur l’élite mondiale. L’ancien étudiant en école de commerce ne retourne pas pour autant à ses bouquins. L’année suivante, il porte les couleurs du Team Concordia Forsinkring, une modeste équipe danoise de niveau continental.

Une carrière mouvementée

En 2010, Rasmus Guldhammer avait rejoint les rangs du Team HTC – Columbia, en ProTour – (c) Wikipédia

Reculer pour mieux rebondir. Voilà toute l’ambition de Rasmus Guldhammer. Mais, manque de chance, le pari ne porte pas vraiment ses fruits. Son équipe fragilisée, le fan de Lance Armstrong la quitte fin 2011 pour celle de Christina Watches-Onfone.

Pourtant, Guldhammer ne s’épanouit toujours pas. En 2013, il continue sa tournée des formations continentales chez Blue Water. Toujours avec l’étiquette de grand espoir -sans confirmation néanmoins-, Rasmus Guldhammer va bénéficier d’une nouvelle opportunité au plus haut niveau chez Tinkoff, où il devient stagiaire en été 2014.

L’expérience n’est pas suffisante pour l’équipe du milliardaire russe et Guldhammer doit revoir ses plans à Cult Energy, une armada danoise de l’échelon inférieur. Pendant deux ans, le coureur de Vejle collectionne les places d’honneur.

Fâché avec la sélection danoise en 2011, il reviendra sous les couleurs rouges et blanches lors des Mondiaux de Richmond, en 2015.

Des espoirs gâchés

Le Danois court sous les couleurs du Team Veloconcept depuis le début de la saison – (c) @MBnordic

En 2016, Rasmus Guldhammer a déjà 27 ans et le temps presse. Il en a perdu assez et doit désormais confirmer. Ses résultats en dent de scie sont loin d’être à la hauteur des espoirs portés sur ses épaules. Coup de tonnerre de plus dans sa vie de cycliste professionnel : à la fin 2016, le Team Stölting, qui l’avait recruté au début de l’année, met pied à terre.

Au chômage, le Danois doit retrouver de l’embauche une fois de plus. Des arrêts d’équipe, des ruptures de contrat, il en a connu pléthore. Pas de quoi le décourager. Début 2017, il rejoint les rangs du Team Veloconcept.

Retour à la case départ. À 28 ans, il n’a plus les faveurs de la cote. Les équipes World Tour ont cessé de lui faire les yeux doux et Guldhammer a dû se faire une raison. Désormais, c’est du côté du niveau continental, la plus modeste des divisions de l’UCI, qu’il ronge son frein.

Qu’il lui semble loin le temps pendant lequel il concourait avec les Wout Poels et autre Edvald Boasson Hagen sur le Tour de Grande-Bretagne 2015 (4e rang final). Depuis le début de saison, Rasmus Guldhammer accroche un dossard sur de timides épreuves des côtes croates.

Loin des projecteurs, avec un salaire de misère, il a définitivement mis fin à ses rêves de grandeur. Un brin de malchance et des décisions pas toujours fructueuses auront fini par avoir raison de sa prometteuse carrière.

Nationalité :
Age : 28 ans
Equipe : Team Véloconcept
À propos de Mathieu Roduit 222 Articles
Étudiant en licence d'information et de communication, Mathieu a déjà mis un pied dans le monde du journalisme. Pigiste sportif dans plusieurs quotidiens en Suisse, il possède de nombreuses cordes à son arc. Ce cycliste amateur a fait de la petite reine son domaine. Mathieu a cofondé Le Grand Plateau.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*