Publié le 19 février 2017 à 16:14

Rigoberto Uran de retour sur le Tour de France

(c) Sirotti

Habitué à se présenter au départ de la course au maillot rose, Rigoberto Uran change son fusil d’épaule pour la saison 2017. Le coureur âgé de trente ans prendra part à son quatrième Tour de France. Une profonde modification de programme pour le septième du dernier Giro d’Italia. En effet, il tentera sa chance sur les classiques ardennaises. Un changement de trajectoire pour un coureur adepte des grands Tours depuis le début de sa carrière.

En second rideau sur les grands Tours

Arrivé avec des ambitions sur le Giro d’Italia, Uran a vite déchanté – (c) Sirotti

Rigoberto Uran fait partie de ces coureurs prématurés. Arrivé dans le peloton professionnel très jeune, il ne met pas longtemps à se faire remarquer. Troisième du Tour de Lombardie, à seulement 21 ans, le Colombien est présenté comme un futur crack. Malgré des prestations honorables, le coureur Cannondale-Drapac stagne dans la hiérarchie mondiale des grands Tours depuis quelques années.

Deux fois deuxième du Giro d’Italia, derrière Vincenzo Nibali et Nairo Quintana, le Colombien n’a jamais pu franchir la dernière marche qui le sépare du titre. Parti de la Team Sky pour avoir plus de liberté, le cycliste aux cheveux longs a régulièrement déçu. A l’aube de sa douzième saison, Rigoberto Uran prend un virage dans sa carrière. En préparant les ardennaises, le coureur Cannondale-Drapac explore un nouveau terrain de jeu.

Un remède : les courses d’un jour

A l’avant sur le dernier Il Lombardia, Uran a conclu de belle manière sa saison 2017 – (c) Sirotti

Une expérience tardive pour le natif d’Urrao. A l’aise sur les courses d’un jour, Rigoberto Uran a toujours privilégié les courses par étapes. Un choix de carrière qui peut être remis en question. En effet, en regardant les résultats du Colombien, on s’aperçoit qu’il performe lors de rendez-vous sans lendemain.

En retrait sur le dernier Giro d’Italia, le coureur s’est consolé en fin de saison. Troisième de l’Il Lombardia, pour la troisième fois, de Milan-Turin et du Giro dell’ Emilia, il a enchaîné les grandes prestations sur les classiques italiennes. Vainqueur du Grand Prix Québec en 2015, après avoir fini dans le top 10 de la Clasica San Sebastian et des Strade Bianche, on pouvait déjà apercevoir les prémices de ces qualités de puncheur.

Les ardennaises dans le viseur

Sans leader désigné pour la campagne ardennaise, Cannondale-Drapac s’est trouvé un fer de lance de premier choix. Le médaillé d’argent des Jeux Olympiques de Londres ne fait pas une croix définitive sur les courses de trois semaines, mais leurs schémas de course stéréotypés n’avantagent pas les outsiders de son calibre. Plus ouvertes, les classiques lui permettent d’avoir une fenêtre de tir plus importante.

Auteur d’une bonne rentrée sur la Ruta del Sol, Rigoberto Uran tente un pari pour 2017. En sortant de sa zone de confort, le Colombien pourrait bien être l’une des belles surprises du mois d’Avril. A lui d’être attentif, de sentir le bon coup pour porter l’attaque décisive au moment opportun. Frustré sur les grands Tours, il espère retrouver l’appétit de la victoire.

Nationalité :
Age : 30 ans
Equipe : Cannondale-Drapac Pro Cycling Team
À propos de Romain Michel 140 Articles
Diplômé en Master Information et Communication à Lyon, Romain est un sportif accompli depuis la sortie du berceau. Il rejoint le Grand Plateau après plusieurs expériences dans les médias. Cycliste amateur, il pose un regard passionné et avisé sur le peloton.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*