Publié le 29 mars 2017 à 20:44

Rudy Barbier négocie bien son virage vers un autre monde

© Sirotti

De notre envoyé spécial à la Haye-Fouassière.

Il l’avait senti. Interrogé par nos soins au départ de la Classic Loire-Atlantique, le sprinteur d’AG2R La Mondiale Rudy Barbier pensait qu’il lui serait délicat de s’exprimer dans les vastes plaines de la région nantaise : « Une arrivée massive, on a du mal à y croire », avouait-il avant de s’élancer.

Bien lui en a pris, puisque malgré un parcours plutôt plat, le vent et la folie étaient au menu de l’épreuve qui a sacré Laurent Pichon, en solitaire. Mais si Barbier brille aussi par son sens de la course, c’est surtout pour sa pointe de vitesse qu’AG2R La Mondiale a décidé de recruter le coureur de 24 ans.

Une adaptation rapide…

Rudy Barbier a frôlé l’exploit sur l’Étoile de Bessèges, devançant Démare mais échouant à une demi-roue de Kristoff – © Sirotti

Et si l’on regarde en détail le début de saison du sprinteur, on ne peut que féliciter la formation de Vincent Lavenu d’avoir fait confiance au Beauvaisien.

Deux tops 5 sur l’Étoile de Bessèges, dont une deuxième place sur l’étape de Rodilhan, devancé par le seul Alexander Kristoff, un top 10 à Istres à l’occasion du Tour La Provence, une vingtième position sur Kuurne-Bruxelles-Kuurne… Des résultats encourageants pour le transfuge de Roubaix-Lille Métropole.

Pas de doute, les jambes sont bonnes, et la recrue des ciel et terre le confirme : « Clairement, la forme est là. J’ai bien préparé les Classiques avec mon entraîneur, mais aussi grâce au stage avec les coéquipiers », affirme Barbier.

Des collègues qui ont donc changé durant l’intersaison, comme le décor, la fraîcheur de Chambéry remplaçant la grisaille du Nord où le Beauvaisien restait sur trois saisons avec les orange.

…malgré des bouleversements importants

Lorsqu’on le questionne sur les différences entre les deux formations, le vainqueur de Cholet-Pays de Loire 2016 insiste sur l’écart entre une structure World Tour et une équipe continentale : « Tout change. Pour moi, le principal changement viendra avec les épreuves du calendrier World Tour. Mais au niveau logistique, encadrement, tout est surdimensionné chez AG2R », déclare t-il.

Le Grand Prix de Cholet-Pays de Loire 2016 est le plus grande épreuve figurant au palmarès du Picard – © LNC / B.Bade

Exactement ce qu’espérait le troisième du dernier Paris-Bourges : « C’est ce que j’attendais. Ce transfert, je n’en tire que du positif, dans l’approche de la course, par exemple », explique t-il.

La participation a des épreuves de l’élite mondiale s’est produite entre temps pour le Picard qui a conclu À travers les Flandres dans un peloton contenant Michael Matthews, Edward Theuns ou Arnaud Démare, avant de se casser les dents sur Gand-Wevelgem, qu’il n’a pas terminé. Le jeune coureur demeure en phase d’apprentissage dans une des meilleures formations mondiales.

Pas question cependant pour Rudy Barbier de renier ce que son passage dans le Nord lui a apporté : « Ce sont les gars de Roubaix qui m’ont permis d’être aujourd’hui chez AG2R, ils m’ont formé et je leur dois beaucoup. Mais ils sont aussi contents que j’évolue, donc c’est une bonne chose », conclut-il en toute modestie.

Nul doute que le coéquipier et possible successeur de Samuel Dumoulin sera à surveiller cette année, sur les épreuves de Coupe de France notamment. Un sprinteur français de plus dans l’élite, et l’on ne va pas s’en plaindre.

Nationalité :
Age : 24 ans
Equipe : AG2R La Mondiale
À propos de Vincent Prono 87 Articles
Étudiant en licence d'Histoire à Rennes, Vincent est un grand passionné de sport et notamment de cyclisme. Après avoir vécu quelques expériences dans des médias sportifs, il prend part avec excitation à l'aventure du Grand Plateau, avant tout pour le plaisir de partager informations et analyses sur la petite reine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*