Publié le 9 novembre 2017 à 09:57

Silvan Dillier a trahi le frère

(c) Cassandra Donne

25 juin 2017. Ce jour-là, Silvan Dillier prend la poudre d’escampette sur le circuit zurichois des championnats de Suisse, laissant pantois son jeune coéquipier Stefan Küng. Jamais rejoint, l’Argovien file cueillir un premier titre national. Une juste récompense pour Silvan Dillier, privé du titre de contre-la-montre par le « frère » Küng trois jours plus tôt.

Alors Silvan Dillier a beau emmener dans sa trace Stefan Küng, de quatre ans son cadet, des saisons durant, la tension devenait palpable dans le camp BMC. Se plier aux ordres du benjamin, au nom d’une sacro-sainte solidarité nationale, ne pouvait rentrer plus longtemps dans les plans d’un ambitieux comme Dillier.

Dillier-Küng, une relation de coéquipiers qui n’était plus faite pour durer – (c) Audrey Duval

Comme lors des championnats de Suisse 2017 à Affoltern am Albis, Silvan Dillier a pris son baluchon et a traversé la frontière. Direction la France. D’abord pour y retrouver un compatriote volontairement égaré, Mathias Frank. Puis pour y trouver un salut qu’il espère péremptoire.

Sous l’aile de Vincent Lavenu, le boss d’AG2R La Mondiale, Silvan Dillier a l’occasion de prendre un nouvel envol dans la fleur de l’âge (27 printemps). Sa victoire sur le Giro, arrachée d’un coup de pédale d’une arrogance folle, et son nouveau tricot à croix blanche lui ont redonné la confiance nécessaire pour jouer dans la cour des grands.

A tel point que la formation chambérienne lui confiera les reines de l’équipe sur plusieurs classiques flandriennes. Un rôle inimaginable dans une équipe BMC où Greg Van Avermaet a fini par succéder aux Hushovd et autres Ballan.

Un avenir à modeler

Silvan Dillier, surprenant vainqueur de la Route du Sud, n’est pas encore arrivé à maturité. Une petite aberration quand ses cadets Alaphilippe et Sagan ont depuis longtemps trouvé leur dada. Non, Silvan Dillier aime rouler, grimper, danser sur les pavés et flairer la bonne échappée.

Un profil multiforme qui lui ouvre de nombreuses portes. A Vincent Lavenu désormais de ne pas laisser le garçon bourriner dans tous les sens. Le diamant ne demande qu’à être poli. Et au printemps prochain, qui sait s’il pourra déjà briller de milles éclats dans son nouvel habit de leader?

Car, cette fois-ci, le frangin d’infortune Stefan Küng deviendra adversaire. Et une saine concurrence entre les deux hommes pourrait bien procurer à la Suisse, dès l’an prochain, de bonnes sueurs devant le petit écran, rempli de pavés.

Nationalité :
Age : 27 ans
Equipe : BMC Racing Team
À propos de Mathieu Roduit 220 Articles
Étudiant en licence d'information et de communication, Mathieu a déjà mis un pied dans le monde du journalisme. Pigiste sportif dans plusieurs quotidiens en Suisse, il possède de nombreuses cordes à son arc. Ce cycliste amateur a fait de la petite reine son domaine. Mathieu a cofondé Le Grand Plateau.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*