Publié le 1 avril 2017 à 17:54

Simon Yates apprécie l’air espagnol

© Sirotti

Bien que classée 1.1 au calendrier de l’UCI, le Grand Prix Miguel Indurain bénéficie de l’attractivité du Tour du Pays Basque pour présenter une liste de départ prestigieuse. Il suffit d’ailleurs d’observer le palmarès pour s’en apercevoir : Joaquim Rodriguez, Samuel Sanchez, Alejandro Valverde ou encore Ion Izagirre se sont tous imposés à Estella ces dernières années.

Dans la lignée de ces grimpeurs d’exception, Simon Yates s’est offert un nouveau succès cette saison, quelques semaines après sa victoire à Fayence. Sur ces cinq victoires depuis son passage chez les professionnels, le Britannique en comptabilise trois en Espagne. De bon augure lorsque l’on se projette à la fin de l’été, lorsqu’il devra défendre les couleurs d’Orica-Scott aux côtés d’Esteban Chaves et de son frère Adam sur la Vuelta.

Movistar aux commandes 

Le scénario du jour dénote un petit peu avec ce que l’on observe habituellement sur les courses professionnelles. C’est d’abord un quatuor qui a ouvert la route, avant de laisser cette tâche rapidement à huit autre coureurs, eux aussi repris par le peloton loin de la ligne.

Bien armée, la Movistar avait tout simplement décidé de contrôler la course seule pour propulser ses leaders vers un nouveau succès. La formation ibérique avait parfaitement révisé sa tactique, Ruben Fernandez ayant été envoyé à l’avant une fois toutes les tentatives sous contrôle.

Simon Yates répond à l’appel 

Les hommes d’Eusebio Unzue ont ensuite pu exécuter leur plan : à la pédale, ils ont décroché une bonne partie du peloton, de manière à se retrouver en surnombre dans un groupe de tête réduit.

Malheureusement pour eux, leurs principaux rivaux ne sont pas tombés dans le piège. En effet, Orica-Scott est parvenue à placer plusieurs de ses hommes forts à l’avant, parmi lesquels Simon Yates. Le Britannique est même passé à l’attaque dans les ultimes kilomètres, s’adjugeant très vite une avance confortable.

Une fois la dernière difficulté passée, le jeune grimpeur n’a eu qu’à plonger dans la descente vers Estella pour décrocher une deuxième couronne cette saison. Trois semaines après son attaque fructueuse du côté de Fayence, lors de Paris-Nice, c’est encore une fois par son état d’esprit offensif que le leader d’Orica s’est démarqué.

Visiblement, le natif de Bury semble apprécier l’air espagnol, puisque trois de ces cinq victoires en tant que professionnel ont été acquises de l’autre côté des Pyrénées. Dès le Tour du Pays Basque, qui débute lundi, il faudra s’attendre à une nouvelle récidive de la part du grimpeur, qui aura peut-être davantage de facilités à jouer une victoire d’étape que le classement général.

Grand Prix Miguel Indurain
1Simon YATESOrica-Scott4h34'01"
2Michael WOODSCannondale-Drapac Pro Cycling Team+ 23"
3Sergio Luis HENAOTeam Skym.t.
4Carlos VERONAOrica-Scott+ 26"
5Marc SOLERMovistar+ 28"
6Vasil KIRYIENKATeam Sky+ 58"
7Rubén FERNÁNDEZMovistar+ 1'44"
8Gorka IZAGIRREMovistarm.t.
9Damien HOWSONOrica-Scott+ 2'56"
10Toms SKUJIŅŠCannondale-Drapac Pro Cycling Team+ 3'50"
À propos de Cyprien Bricout 226 Articles
Étudiant en histoire et science politique à Nice, Cyprien a pour ambition de devenir journaliste. Enrichi de diverses expériences dans des médias web et radio, il a co-fondé le Grand Plateau. En passionné de cyclisme - et plus généralement de sport - qu'il est, Cyprien a placé de grands espoirs dans ce projet, qui incarne sa vision de ce que doit être le journalisme sportif.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*