Publié le 16 février 2017 à 12:26

Søren Kragh Andersen s’offre sa première victoire chez les pros

(c) @tourofoman

Après une étape pour sprinteurs et une étape où ils n’ont pas pu se faire la guerre, les leaders avaient la rage de vaincre pour ce troisième jour de course au Tour d’Oman. Sur la première arrivée en côte de l’épreuve, c’est le jeune Søren Kragh Andersen qui a su tirer son épingle du jeu et qui a indiqué qu’il faudrait compter sur lui dans les années à venir.

Le grimpeur du Team Sunweb se paye le luxe de devancer des coureurs de renom tels que Rui Costa et Ben Hermans, qui complètent ce podium. Le Belge, une nouvelle fois au rendez-vous, conserve donc son maillot de leader après sa victoire sur la deuxième étape.

Une occasion à ne pas louper

Néanmoins, la difficulté de l’étape avait, semble-t-il, motivé de nombreux coureurs. Six d’entre eux se sont isolés à l’avant de la course, dans l’espoir de lever les bras à Quriyat. Mais hélas, le peloton ne leur laissa jamais plus de 4 minutes de marge, ce qui finit par causer la zizanie au sein de ce groupe.

Une fois la barre des vingt kilomètres passée, l’échappée implose en sentant qu’elle va bientôt être reprise. Les attaques de Frantisek Sisr (CCC Sprandi Polkowice) et de Kazushige Kuboki (Nippo – Vini Fantini) n’ont pas pesé lourd face au rythme puissant qu’imposait la BMC Racing Team. À 15 kilomètres de l’arrivée, tout le monde est revu.

Les grosses écuries engagent alors la bataille tant attendue et jouent des coudes pour tenir les rênes du peloton. Les équipes des deux premiers vainqueurs d’étapes, BMC et Katusha Alpecin, sont très solides et maintiennent un rythme très élevé.

Difficile de trouver une faille dans le fonctionnement de ces grosses formations, mais une option se dessine en entrant dans les dix derniers kilomètres de course. Un changement de direction s’effectue et le vent passe dans le dos des coureurs. Avis aux opportunistes.

Tout dans la dernière côte

Et bien que la course semble cadenassée, Julian Arredondo choisit d’en profiter et se dresse sur ses pédales au pied de l’ultime ascension. Le Colombien, plus revanchard que jamais, lance enfin les hostilités, et il est très vite imité par Laurens De Plus, peu de temps avant la flamme rouge.

Toujours pas de grands favoris à la victoire finale et ce n’est pas pour déplaire au Belge, qui reprend le coureur de la Nippo-Vini Fantini et se retrouve seul en tête. Mais ses espoirs seront vis revus à la baisse. De Plus est repris par un groupe de favoris d’où s’extirpent Rui Costa mais aussi le leader Ben Hermans.

Pourtant, les deux hommes sont suivis par le jeune grimpeur du Team Sunweb, Søren Kragh Andersen, qui surprend tout le monde en les devançant. À 22 ans, le Danois signe sa toute première victoire chez les professionnels et avec la manière. Le malheureux Laurens De Plus résiste au reste des favoris et termine quatrième de cette étape.

Contre-performance donc pour les Bardet, Kudus, Fuglsang, De La Cruz et surtout Aru, puisque le Sarde concède 4 petites secondes à ses concurrents directs au classement général. Rendez-vous à Green Moutain.

Sultan Qaboos University – Quriyat
1Søren Kragh ANDERSENTeam Sunweb3h53'11
2Rui COSTAUAE Team Emiratesm.t.
3Ben HERMANSBMC Racing Teamm.t.
4Laurens DE PLUSQuick-Step Floorsm.t.
5Jakob FUGLSANGAstana Pro Teamm.t.
6David DE LA CRUZQuick-Step Floorsm.t.
7Romain BARDETAG2R La Mondialem.t.
8Merhawi KUDUSDimension Datam.t.
9Fabio ARUAstana Pro Team+ 4"
10Lachlan MORTONDimension Datam.t.
À propos de Pierre Hertout 96 Articles
D'abord passé par les études d'économie, Pierre est maintenant dans les langues, tout en ambitionnant de devenir journaliste sportif. Voilà qui illustre à merveille son côté touche-à-tout. Parmi ses divers passe-temps, la rédaction d'articles a été élevée au rang de passion, et puisqu'il est gentil, il partage. C'est pour cela qu'il est venu à participer à la création du Grand Plateau après diverses expériences professionnelles, qui lui ont permis d'interroger Nicolas Portal, Lilian Calmejane, Thierry Adam, Jimmy Casper ou encore Sacha Modolo. Ce projet représente pour lui un nouveau défi à l'image d'une ligne de conduite : le culot.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*