Publié le 28 février 2017 à 18:57

Trente jours de suspension pour Pishgaman Cycling Team

© Tour of Japan / www.toj.co.jp

Début février, l’Union Cycliste International annonçait avoir suspendu à titre provisoire Rahim Emami pour une prise de stéroïdes anabolisants datée du 18 octobre 2016. Quelques jours plus tard, le verdict est tombé pour la Pishgaman Cycling Team dont fait partie le coureur iranien.

La formation de Rahim Emami sera écartée des pelotons pour une durée de trente jours, soit du 6 mars au 6 avril prochains, et ne pourra donc participer à aucune course durant cette période. Cette sanction collective s’est faite en application du règlement de l’UCI, puisqu’il s’agit du deuxième contrôle positif d’un membre de l’équipe en moins de douze mois.

Après que Naser Rezavi et Rahim Emami aient été rattrapés par la patrouille, nul doute que la Pishgaman Cycling Team sera surveillée de très près par les hautes instances du cyclisme. Si elle fera son retour à la compétition une fois la période de suspension achevée, elle n’aura néanmoins plus le droit à l’erreur.

Ce risque pourrait d’ailleurs entraîner une réaction en interne de la part de l’équipe. Comme cela a déjà été souvent le cas, la Pishgaman Cycling Team a la possibilité de licencier son coureur. Dans tous les cas, si jamais un troisième contrôle positif survient et que la formation y survit, elle n’aura alors plus le choix.

Enfin, cette décision de la part de la Commission Disciplinaire de l’UCI ne sera pas la dernière concernant cette affaire car Rahim Emami attend toujours son jugement. Ce dernier a de fortes chances de connaître à son tour une sanction exemplaire, puisque Naser Rezavi avait lui écopé de quatre ans de suspension.

À propos de Pierre Hertout 96 Articles
D'abord passé par les études d'économie, Pierre est maintenant dans les langues, tout en ambitionnant de devenir journaliste sportif. Voilà qui illustre à merveille son côté touche-à-tout. Parmi ses divers passe-temps, la rédaction d'articles a été élevée au rang de passion, et puisqu'il est gentil, il partage. C'est pour cela qu'il est venu à participer à la création du Grand Plateau après diverses expériences professionnelles, qui lui ont permis d'interroger Nicolas Portal, Lilian Calmejane, Thierry Adam, Jimmy Casper ou encore Sacha Modolo. Ce projet représente pour lui un nouveau défi à l'image d'une ligne de conduite : le culot.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*