Publié le 16 mars 2017 à 19:29

Vincenzo Nibali, le choix d’un programme frustrant

(c) Sirotti

Vincenzo Nibali est un champion d’exception. Vainqueur des trois grands Tours et double lauréat de Tirreno-Adriatico, il a fait ses preuves dans les courses par étapes. Également à l’aise sur les courses d’un jour, il a dompté le Tour de Lombardie et le Grand Prix de Plouay. À 32 ans, l’Italien a l’un des palmarès les plus prestigieux du peloton.

Pourtant, depuis quelques saisons, le Requin de Messine s’est spécialisé, au point de ne viser que deux à trois courses par an. Une stratégie reconduite en 2017. Le Transalpin vient de boucler Tirreno-Adriatico a une modeste 26e place, loin de son niveau. Une attitude frustrante lorsque l’on connait le talent du grimpeur transalpin.

Des défaillances programmées

Vincenzo Nibali a souffert sur les pentes du Terminillo – (c) Sirotti

Depuis le début de la saison, le leader de la formation Bahrain Merida évolue loin de ses standards habituels. Huitième du Tour de San Juan, seizième du Tour d’Abu Dhabi, encore plus loin sur la Course des deux mers, l’Italien n’a jamais pu se mêler à la lutte avec les meilleurs. Un comportement prémédité par Vincenzo Nibali. En effet, le Sicilien veut arriver frais et en forme pour son premier objectif de la saison : le Giro d’Italia.

Convaincu par son expérience de 2014, où le Requin de Messine avait enlevé le maillot jaune à Paris, le grimpeur cible ses priorités. Fini, l’infatigable attaquant qui renversait Christopher Froome sous la pluie de Tirreno-Adriatico en 2013. Terminés, les démarrages dans le Poggio pour tenter d’aller cueillir un succès sur la Via Roma. Nibali est devenu raisonnable, au grand regret du public.

Vincenzo Nibali échoue rarement

Le vainqueur du Giro 2016 a conclu le contre-la-montre de Tirreno-Adriatico à une anonyme 71ème place – (c) Sirotti

Pendant que ses adversaires monopolisent les premières positions tout au long de l’année, le Transalpin reste caché dans l’ombre. L’an dernier, le vainqueur du Tour de France 2014 s’était fixé trois objectifs.

Après être arrivé en grande condition en début de saison en remportant le Tour d’Oman, il avait renversé le Giro d’Italia au cours d’un dernier week-end épique. Après un Tour de France en guise de préparation, le coureur de la Botte filait en tête sur la course olympique, avant de chuter.

Vincenzo Nibali répond toujours présent lorsqu’il se fixe un rendez-vous. L’Italien se connait par cœur et sait géré ses périodes de forme. Cependant, le leader prend le risque de louper une partie de sa saison, si les circonstances de course ne lui sont pas favorables.

La centième édition du Giro d’Italia s’élance le 5 mai prochain. D’ici là, le vainqueur sortant ne devrait épingler un dossard que sur Tour de Croatie. Tandis que Nairo Quintana engrange les succès et la confiance, Nibali se préserve. Deux schémas opposés qui se retrouveront sur les routes italiennes. L’Italien ne pourra plus se cacher et exposera son véritable niveau.

Nationalité :
Age : 33 ans
Equipe : Bahrain Merida Pro Cycling Team
À propos de Romain Michel 140 Articles
Diplômé en Master Information et Communication à Lyon, Romain est un sportif accompli depuis la sortie du berceau. Il rejoint le Grand Plateau après plusieurs expériences dans les médias. Cycliste amateur, il pose un regard passionné et avisé sur le peloton.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*