Publié le 15 février 2017 à 19:36

Warren Barguil veut poursuivre son ascension

© Wouter Roosenboom | Team Sunweb

La Bretagne est une terre de grands champions depuis des années. Chacun dans son style : grimpeur, rouleur, puncheur… Même s’il n’a pas encore le palmarès des plus grands, à 25 ans, Warren Barguil veut suivre un destin similaire à ses illustres prédécesseurs.

Après avoir écumé les routes bretonnes et des courses réputées, le jeune Breton a tout de même réussi à franchir un premier cap en 2009 en remportant le titre de champion de France junior à Vendôme. Sur un circuit exigeant, le jeune cycliste de 17 ans avait impressionné tout le monde pour ravir le maillot bleu-blanc-rouge. Les portes de l’équipe de France étaient donc ouvertes.

Des débuts fracassants

Et autant dire que Barguil a tout de suite annoncé la couleur. Dès sa première participation au Tour de l’Avenir en 2011, il arrive à empocher une étape et la cinquième place du général. Le Breton a pris la température de la course pour revenir encore plus fort.
Warren Barguil a été l’un des rares coureurs français à décrocher un premier contrat pro à l’étranger – (c) Sirotti

C’est ce qu’il fera parfaitement en 2012, une année sans doute charnière pour lui. Il rafle presque tout sur son passage et notamment l’Essor Basque et le Tour de l’Avenir, sur lequel il impressionne encore une fois. Sans compter les nombreuses places d’honneur. C’est donc l’heure de passer à l’étage supérieur pour le « petit Barguil ».

C’est l’équipe néerlandaise Argos-Shimano qui va le prendre sous son aile. Un choix surprenant à une époque où les jeunes espoirs du cyclisme français prenaient souvent la direction des grosses écuries de l’Hexagone : « J’ai eu l’opportunité de passer pro chez eux. En plus, ils m’ont laissé le temps de faire une année supplémentaire chez les amateurs, donc j’ai saisi cette chance », avoue-t-il au Grand Plateau.

Une période de rodage

Et l’aventure ne pouvait pas mieux commencer. Lors de sa première saison parmi les grands, il s’aligne au départ de la Vuelta aux côtés des icônes que sont Vincenzo Nibali ou Alejandro Valverde. Sans complexe, le Breton va faire sa place et réussir à glaner deux victoires d’étapes en faisant parler son tempérament d’attaquant.

En 2016, le Français s’emparait du maillot de leader à Sölden sur le Tour de Suisse – (c) Sirotti

Warren Barguil fait partie de ces coureurs qui ne sont pas attentistes, adeptes des coups de panache. Le coureur d’Hennebont doit pourtant faire face à une période où les grosses écuries verrouillent les courses. « C’est comme ça, c’est le jeu. C’est un peu dommage pour moi. Car je n’ai pas forcément les meilleures qualités pour m’imposer sur une montée sèche ».

Le coureur du Team Sunweb affectionne plutôt un autre scénario de course. « Je préfère les courses d’usure qui commencent dès le départ. Cependant, je pense qu’il y a toujours moyen de surprendre en attaquant de loin », témoigne-t-il.

Après des débuts en fanfare, le Morbihannais est en route pour devenir le nouveau chouchou du public tricolore. Seulement, son équipe lui annonce sa non-participation au Tour de France 2014. Une déception, mais pas un achèvement pour Wawa. Ce dernier prend sa revanche sur la Vuelta et parvient à se hisser à la huitième place d’un classement général final remporté par Alberto Contador devant Chris Froome et Alejandro Valverde.

L’année suivante est la bonne pour Barguil, qui confirme sa force de caractère – normal pour un Breton – lors de la Grande Boucle, en terminant quatorzième. Il faudra donc compter sur lui pour les saisons à venir et cela commence par l’année 2016 où il était très attendu.

Nouvelle saison, nouveau départ ?

Cette saison encore, Warren Barguil devrait se retrouver sous le feu des projecteurs – © Wouter Roosenboom | Team Sunweb

2016 devait être l’année de la confirmation. Elle fut l’année des coups durs. Elle commence par une grave chute lors d’un stage de début de saison avec son équipe en Espagne. Warren Barguil accuse le coup.

Pourtant, il va réussir à faire de bonnes performances sur les Ardennaises, un type de parcours qui semble lui correspondre : « Ce sont des courses différentes des courses par étapes. Il faut être à 100% le jour J. C’est un type de course qui correspond super bien à mes qualités physiques. Il faut être concentré sur tous les aspects de la course du début à la fin : nutrition, hydratation, placement », livre-t-il.

Une sixième place sur La Doyenne, Liège-Bastogne-Liège, ainsi qu’une troisième place au général du Tour de Suisse viendront réconforter une saison ternie par un abandon sur la Vuelta et une 23e place sur le Tour. Après un exercice 2016 délicat, il fallait donc se reconcentrer sur de nouveaux objectifs pour 2017.

Et autant dire que le Breton aura de quoi faire : « Mon premier objectif, ce sera sur les classiques. Puis viendra le Tour où je viserai les étapes. Ensuite, je me tournerai peut-être vers les championnats du monde sur un circuit très usant. Et puis, il sera l’heure des classiques de fin de saison avec le Tour de Lombardie », confie-t-il au Grand Plateau.

Avant cela, « Wawa » sera tout au long de la semaine sur le Tour d’Andalousie pour une reprise plus ou moins en douceur tant le plateau est relevé. « J’ai passé un bon hiver dans l’ensemble. J’ai hâte de reprendre la course pour voir où je me situe », expliquait-il à l’orée de ses premiers tours de roue en compétition.

Warren Barguil souhaite prendre son temps et franchir les étapes sans la moindre précipitation. Cependant, cela ne signifie pas un manque d’ambition du Breton, qui garde précieusement dans un coin de sa tête ses objectifs de carrière. « L’objectif sur le long terme est de monter sur le podium d’une grande classique et d’intégrer le top 5 sur un grand Tour », conclut-t-il.

Nationalité :
Age : 26 ans
Equipe : Team Sunweb
À propos de Florian Puche 80 Articles
Étudiant en histoire, Florian est passionné par le sport et en particulier le cyclisme et le rink-hockey. Ses semaines sont rythmées par les activités sportives en tout genre. Après des expériences de correspondant local sportif, il souhaite joindre l'utile à l'agréable en partageant les sujets qui lui tiennent à cœur sur Le Grand Plateau.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*