Publié le 16 février 2017 à 19:59

Le yoga, une pratique qui tend à se développer au sein du peloton

© Spitalfields_E1

Que ce soit dans le cyclisme ou dans d’autres sports, les performances ne cessent de s’améliorer. Les records tombent, le niveau moyen augmente, si bien que les athlètes s’intéressent de plus en plus à de nouvelles pratiques susceptibles de les faire progresser dans leur discipline.

Pour beaucoup d’entre eux, cela passe d’ailleurs davantage par la connaissance de soi que par l’aspect physique de l’effort. Depuis quelques années, l’équipe BMC fait intervenir un professeur de yoga lors de ses stages de préparation hivernale. L’occasion pour les coureurs de casser la monotonie du pédalage, mais aussi d’apprendre à maîtriser son corps.

Un outil aux multiples bienfaits

Amaël Moinard est l’un des rares coureurs du peloton qui pratique le yoga – © Sirotti

« Le yoga est un tout », explique Amaël Moinard au Grand Plateau. Depuis quelques années, le coureur français, membre de l’équipe américaine, pratique le yoga de manière régulière. « Cela permet de prendre un moment pour soi, de retrouver les sensations de son corps », détaille-t-il.

Selon lui, les avantages sont nombreux, y compris sur le plan physique : de la récupération aux étirements, le yoga est une aide décisive pour réduire les douleurs musculaires. Mais il est aussi un moyen d’évacuer la pression pour le Tricolore : « Cela apporte pas mal de relâchement, à une époque où l’on est tellement connectés. Cela permet vraiment de prendre conscience de son corps, des tensions qui peuvent s’y trouver ».

Un avis que partage Julien Peron, ancien champion de France de kung-fu et fondateur de Neo-bienêtre, un institut qui consacre une partie de ces activités à cette pratique. « Le yoga permet de trouver un équilibre corps-esprit. Cela aide à mieux se connaître. C’est une introspection, cela aide à être à l’écoute de son corps, décrit-il. C’est un outil formidable, utilisé par beaucoup de professionnels de haut-niveau, tous sports confondus ».

Une influence relative sur les performances

Si Moinard est convaincu des effets de cette pratique sur son bien-être personnel, il l’est en revanche moins losqu’il s’agit de performances sportives. « Il est compliqué de percevoir des différences concrètes, je ne suis pas certain que le yoga améliore mes performances », nuance le Normand.

Avant de se blesser en 2016, Michael Schär pratiquait le yoga quotidiennement – © Sirotti

Son coéquipier Michael Schär le rejoint sur ce point, mais reste persuadé que certains aspects du yoga ont des effets sur tout ce qui entoure la performance en course.

« Si vous pouvez contrôler votre respiration, vous êtes évidemment meilleur sur le vélo. Je sens que j’ai également un meilleur équilibre grâce au yoga, confie-t-il au Grand Plateau. La méditation aide à garder son calme et à réguler sa respiration. Cela peut-être particulièrement utile pour le contre-la-montre, pour visualiser et se concentrer sur un effort spécifique ».

Une pratique qui tend à se développer

Les coureurs de BMC en pleine séance de yoga lors d’un stage de pré-saison en décembre 2015 – © @BMCProTeam

Selon Amaël Moinard, de plus en plus de coureurs cherchent des pratiques extérieures au monde du vélo, dans le but de progresser dans tous les domaines. Ceux qui choisissent le yoga restent néanmoins minoritaires, le stretching et des disciplines plus complètes étant favorisés par les plus jeunes.

« Tous les outils sont bons à prendre. Le yoga, mais aussi les étirements, le stretching, le gainage… ont pris de l’importance ces dernières années. Tous les jeunes arrivent avec cette mentalité, c’est une bonne chose », affirme-t-il.

Car le yoga n’a pas autant d’incidences physiques que mentales. Véritable « style de vie » pour Michael Schär, il est surtout « complémentaire au vélo, car le vélo procure une vraie sensation de liberté », détaille Julien Péron.

Bien qu’ils restent une proportion très faible du peloton, les deux compères de l’équipe BMC l’assurent, ils continueront de pratiquer le yoga, tant pour les effets perçus sur leur carrière sportive que pour l’état d’esprit qu’il apporte.

Le site internet de Neo-Bienêtre : www.neobienetre.fr

À propos de Cyprien Bricout 226 Articles
Étudiant en histoire et science politique à Nice, Cyprien a pour ambition de devenir journaliste. Enrichi de diverses expériences dans des médias web et radio, il a co-fondé le Grand Plateau. En passionné de cyclisme - et plus généralement de sport - qu'il est, Cyprien a placé de grands espoirs dans ce projet, qui incarne sa vision de ce que doit être le journalisme sportif.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*