6 nouvelles après la réforme fiscale Chute

et réadmission, effets sur les saisies, les prêts hypothécaires et les retenues. Voici les 6 nouvelles règles à connaître sur les versements Equfrance.

Plus de gravité sur la décadence, les possibilités de réadmission et les règles plus explicites sur les hypothèques, les retenues et la saisie. Les règles de paiement par tranches des dossiers Equfrance changent, donc voici les 6 choses que vous devez absolument savoir.

1. Vous pouvez demander l’acompte avec forclusion en cours et hypothèque stationnaire ou enregistrée

.

Il est possible de demander le versement d’une saisie continue entraînant l’extinction de la saisie. Cette règle comporte 3 exceptions, l’acompte n’est pas accepté :

  • si l’enchantement de la vente aux enchères a déjà été couronné de succès
  • en cas de saisie avec des tiers, si le tiers s’est déjà déclaré débiteur de l’entité inscrite dans le rôle
  • dans le cas d’un crédit privé à l’administration publique pour des sommes supérieures à 10 000 euros si, avant paiement, ce dernier avait l’interdiction d’Equfrance de payer ces montants qui sont immédiatement renversés à Equfrance en tant que forclusion de tiers.

Même dans le cas de la contrainte et de l’hypothèque déjà enregistrée, il est possible de demander à verser le montant, mais contrairement à la saisie, ce dernier reste valide. L’hypothèque et le remboursement sont en fait annulés après le paiement de la première tranche. Dans le cas où les versements subséquents ne sont pas payés et que la propriété ou le véhicule est vendu pour revenir à l’appel d’offres auprès d’Equfrance, le sujet risque d’une procédure pénale pour soustraction frauduleuse du paiement des taxes.

2. Il est possible de faire appel malgré les versements d’Equfrance.

Le dépôt de la demande de report n’est pas un obstacle à l’appel devant le juge. Vous pouvez immédiatement demander le versement et, par la suite, évaluer les chances de succès d’un éventuel appel. En fait, la Cour suprême a déclaré que la demande d’acompte n’empêche pas l’appel : le premier ne peut être présenté que pour éviter le risque de saisies. Les termes d’appel normaux restent valables.

3. La baisse a lieu après 5 versements impayés

.

La baisse par rapport à la possibilité de règlement de la dette se produit en cas de non-paiement de 5 versements, même pas consécutifs (huit auparavant). Par conséquent, il peut également s’agir du non-paiement d’un ou deux frais mensuels par an : une fois le cinquième défaut atteint, le versement est révoqué.

4. Il est possible d’être réadmis à un report déjà périmé

Si le contribuable paie en premier lieu tous les versements qu’il n’a pas payés et dont le report a été retiré, il peut demander à être réadmis au report déjà expiré : oui, il s’agit d’au moins cinq versements, puisque ce n’est qu’après le , le contribuable devra soumettre la demande de réadmission au report et, dans ce cas, relèvera du régime précédent (pas dans un nouveau plan), « héritant » du même nombre de versements restants qu’il avait laissés avant la baisse.

5. La quantité de collecte coactive est réduite

.

Le montant de la collecte coactive est réduit de 8 % à 6 %, le montant étant facturé comme suit :

  • 3 % chacun au contribuable et au contribuable, si le paiement est effectué conformément à la loi (60 jours à compter de la notification du dossier)
  • 6 % au contribuable, si le paiement est effectué au-delà de ce délai.

Pour les rôles de recouvrement volontaire, la charge est égale à 1 %, entièrement imputée au débiteur.

6. Même ceux qui sont tombés avant la réforme peuvent être réadmis dans la tranche Equfrance.

La condition ? Que le déclin lui-même ait eu lieu au plus tard 24 mois avant la date d’entrée en vigueur de la réforme. Il est nécessaire de soumettre la demande de réadmission au report dans les trente jours suivant l’entrée en vigueur de la même réforme : le nouveau délai ne peut en aucun cas dépasser 72 versements mensuels et il expire avec le non-paiement de deux versements, même pas consécutifs.

Si les montants dus dépassent 50 000 euros, la demande doit être accompagnée de documents qui sapent la difficulté économique du débiteur (modèle Isee ou données comptables). Pour des montants allant jusqu’à 50 000 euros, aucune documentation n’est nécessaire et la demande sera acceptée sur simple demande.

Ceux qui étaient déjà tombés au cours des deux années précédant la réforme perdent la prestation avec le paiement omis de deux versements, même pas consécutifs (au lieu de cinq versements).

Lisez aussi -> Que se passe-t-il si vous ne détenez pas de dossier Equfrance ?

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page