Accidents de la circulation et médicaments

08/08/2016 11:49 Mots clés : Alcool, Conduite

, médicaments Bien que, en général, les médicaments puissent améliorer la capacité de conduite du fait de l’amélioration de la situation clinique du patient, il ne faut pas perdre de vue le fait que, en raison de leurs effets thérapeutiques, leurs effets secondaires ou en raison d’une interaction avec d’autres produits, les médicaments peuvent également avoir de graves conséquences non seulement pour le patient médicamenté, mais également pour les autres personnes impliquées dans un accident.

Bien que l’effet d’un médicament soit conditionné par diverses circonstances (notamment l’état de santé antérieur de l’individu, ses habitudes de conduite, sa susceptibilité individuelle aux effets secondaires, la polypharmacie, l’automédication et la consommation simultanée d’alcool), en règle générale, le patient et son Les proches doivent toujours être informés des médicaments prescrits.

Dans certaines études menées par la Direction générale de la circulation (DGT), il a été constaté qu’en cas d’accident, le patient n’est généralement pas conscient du risque potentiel lié à la consommation d’un certain médicament au volant ou n’a pas reçu d’informations spécifiques de la part des professionnels de santé sur l’effet du traitement sur l’aptitude à conduire.

Selon la réglementation européenne, l’influence possible des drogues sur la conduite des véhicules constitue l’un des aspects obligatoires de l’inclusion dans la fiche technique des médicaments. Il est possible, en ce sens, de différencier trois groupes de médicaments :

  1. ceux qui ne produisent pas d’effets connus.
  2. Ceux qui peuvent avoir des effets indésirables mineurs ou modérés.
  3. Ceux qui peuvent entraîner des effets indésirables graves ou être potentiellement dangereux.

Il ne faut pas oublier que 25 à 30 % des patients pratiquent l’automédication et, dans de nombreux cas, ignorent les risques que présentent les médicaments pour la capacité de conduire. La consommation injustifiée, la consommation incorrecte des doses ou la durée excessive du traitement sont des facteurs qui facilitent les effets toxiques possibles des médicaments.

Médicaments qui interfèrent avec la capacité de conduire

Parmi les médicaments ayant le plus grand effet négatif sur la conduite automobile figurent les benzodiazépines (utilisées pour traiter l’anxiété, l’insomnie et d’autres états affectifs), prises juste après avoir bu de l’alcool.

Les principaux groupes de médicaments qui interfèrent avec la capacité de conduire sont les suivants : Les

  • tranquillisants et les hypnotiques
  • Les

  • antiépileptiques Les
  • agents hypoglycémiants (ceux utilisés pour réduire le taux de sucre
  • Antidépresseurs

Conseils à garder à l’esprit avant de conduire

  1. Suivez toujours les instructions du médecin et du pharmacien sur la façon d’utiliser le médicament : utilisez-le à la dose et aussi longtemps qu’on vous l’a indiqué.
  2. La

  3. prise simultanée d’alcool et de médicaments peut augmenter leurs effets indésirables (augmentation de la sédation et de la somnolence, perte des réflexes…) et avoir un effet plus négatif sur la capacité de conduire.
  4. Si vous devez conduire régulièrement, prévenez votre médecin. Il essaiera de trouver le médicament qui interférera le moins avec votre conduite.
  5. Si vous avez des questions concernant le médicament que vous prenez et remarquez qu’il nuit à votre capacité de conduire, parlez-en à votre médecin.
  6. Essayez de savoir comment vous réagissez aux médicaments que vous prenez. S’il influence vos réflexes et votre capacité de concentration, provoque une somnolence excessive, etc., parlez-en à votre médecin et évitez de conduire.
  7. La réaction aux médicaments est plus évidente au cours des premiers jours de traitement, en particulier au cours des premières heures suivant la prise.
  8. N’oubliez pas que les médicaments qui peuvent nuire à la conduite automobile portent un symbole sur l’emballage. Avec ce symbole représentant une voiture dans un triangle de présignalisation, vous êtes averti des risques potentiels. Le message est « Conduite : voir le prospectus ».

Plus d’informations

Yseult Daigle

Les sources de mes articles sont recueillies non seulement à travers mes recherches, mais aussi mes expériences personnelles en tant qu'homme. J’ai la chance de pouvoir m’intéresser aux dernières tendances en termes de style ou d'allure. Mais j'ai tout de même un penchant pour les articles généralistes.
Bouton retour en haut de la page