Acte de précepte pour la libération de biens. Validité et calendrier.

Avec l’entrée en vigueur du DL 83/2015, des changements majeurs ont été apportés aux procédures d’exécution forcées. En particulier, la formule et le libellé à indiquer dans l’acte de précepte 2019 ont été modifiés pour demander au débiteur de libérer le bien. Le créancier doit d’abord rechercher avec le débiteur un accord de règlement ou un plan de consommation par l’intermédiaire d’un organisme de composition.

L’acte de précepte est une intimation à remplir qui est envoyée par écrit par le créancier au débiteur. Elle résulte du non-respect, partiel ou total, d’une obligation d’une personne, qu’elle soit physique ou légale. Dans le cas des baux, le défaut typique est le non-paiement des frais de location ou la libération du bien à l’expiration du contrat ou en raison d’un retrait ou d’une annulation. L’acte de précepte représente donc le dernier acte avant l’exécution forcée visant la libération du bien. Quels changements apportent la réforme des procédures d’exécution ?

Act of Precect 2019, la nouvelle formule

Le décret-loi n° 83 du 27 juin 2015 contient « des mesures urgentes en matière de faillite, de procédure civile et civile, ainsi que sur l’organisation et le fonctionnement de l’administration judiciaire ». Également connu sous le nom de décret anti-crédit, il a introduit des changements majeurs dans les procédures d’exécution. Le décret vise à accélérer les délais de recouvrement du crédit mais aussi à réduire les conséquences négatives pour le débiteur en raison de l’exécution forcée.

Avant la réforme, la procédure, conformément à l’article 480 du Code civil francen, stipulait que le créancier, par précepte, avait ordonné au débiteur de s’acquitter dans les 10 jours suivant la date de notification. Le précepte devait contenir, sous peine de nullité, les données suivantes :

  • données personnelles de la déclaration de résidence du créancier
  • et du domicile du créancier dans la municipalité dans laquelle se trouve le tribunal compétent
  • Date de notification du décret d’injonction exécutive
  • Données personnelles du débiteur
  • transcription du décret, le cas échéant en vertu de la loi,
  • la signature du défenseur du créancier de l’avocat
  • notifie le débiteur en personne

La nouvelle formule de l’acte de précepte, introduite par DL 83/2015, exige que le créancier avise le débiteur de la possibilité de conclure un accord de règlement. Grâce à l’aide d’un organisme de composition ou d’un professionnel désigné par le juge, le créancier et le débiteur peuvent convenir du plan d’un consommateur visant à éviter l’exécution forcée. La formule doit être obligatoirement contenue dans l’acte de précepte.

Expulsion immobilière : de la méfiante à l’acte de précepte

En cas de préjudice persistant du débiteur, de paiement, envoyez une lettre d’avertissement à remplir. Dans la lettre, en plus de demander le paiement des frais de location antérieurs, y compris les intérêts de défaut, le propriétaire demande la libération de la propriété « de personnes et d’objets » dans un délai impératif.

Face au refus de s’acquitter, le propriétaire incite le chef d’orchestre à l’expulsion contre paiement avec la citation simultanée à la Cour pour validation. La disposition pour valider l’expulsion émise par le tribunal constitue le titre d’exécution valide aux fins de l’acte de précepte subséquent.

L’acte de précepte représente donc le dernier avis adressé au débiteur avant l’exécution forcée. Il doit être notifié personnellement au débiteur à sa résidence ou à son domicile. À compter de la date de notification, le débiteur dispose de 10 jours pour libérer le bien. Si le chef d’orchestre décide de ne pas s’acquitter, le propriétaire peut procéder à l’exécution forcée dans les 90 jours suivant la notification.

La procédure d’exécution forcée prévoit l’intervention de l’huissier de justice. Le premier acte sera un acte de notification au chef d’orchestre contenant un avis de libération du bien avec la date prévue d’accès et la remise simultanée des clés. Habituellement, le résultat de l’avis de libération est infructueux et l’huissier de justice peut demander une intervention de la force publique en cas de résistance de la part du locataire. L’huissier de justice, pour accéder à la propriété, peut demander l’intervention d’un technicien pour ouvrir la porte et remplacer la serrure. Une fois que l’état des lieux a été trouvé et qu’un rapport sur la livraison du bâtiment ainsi que le mobilier et les kits présents ont été établis, la procédure est terminée.

Acte similaire de précepte 2019 pour la libération de biens immobiliers

ACTE DE PRÉCEPTE POUR LA LIBÉRATION DE BIENS

M. ______________________________, C.F. _______________________ est né en _________________________ le ______________________________ est né dans le ____________________________, qui vient d’être prolongé en chaux de cette loi, par l’adv. ________________________________ du Forum de ______________________________ , C.F. __________________________________________________________________________________________________________________ via _____________________________ à l’adresse CEP (______________________) et le numéro de télécopieur (__________________________) peuvent être envoyés du Greffe les communications de rite au cours de la procédure actuelle

PRÉMISSE

— que la Cour de ________________________________, avec le jugement n° _____________ publié le __________________, a fourni une formule exécutoire datée du ____________________________ ____ comme celle-ci ___-________ ‘;

— que, par conséquent, M. ________________________________________________________, doit libérer la propriété située dans le plan _________________________________________________________ prêté au cadastre __________ à la feuille ________ particule subordonnée ________ ______ ______ catégorie cadastrale _ ______ ;

— que le titre susmentionné est notifié en même temps que cette loi ; – que la personne obligée n’a pas fourni le bien pour libérer le bien à ce jour.
Tout cela étant dit, M. ___________________________________ supra a représenté, défendu et domicilié

ci-dessus.

INTIME ET PRÉCEPTE

un __________________________________________ résidant à ____________________________ via ________________________________________________________ pour libérer la propriété libre de personnes et d’objets de personnes et d’objets ________________ dans la rue ______________________________ le ________________ particule subordonnée ____________ subordonnée _________ catégorie cadastrale _______ en faveur de ________________________________ au plus tard 10 jours après la notification de la présente loi, puisque la date d’exécution fixée est déjà expirée.
Avec un avertissement qu’en faute, nous procéderons à une exécution forcée.
Conformément aux dispositions de l’article 480, paragraphe 2, du Code civil francen, M. _____________________ est averti qu’avec l’aide d’un organe de règlement de crise ou d’un professionnel désigné par le juge, il peut remédier à la situation de surendettement en concluant un accord de règlement de crise avec le créancier ou ou proposer un plan de consommation à la même chose.

_____________, là
___________________________________________________

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page