Avocats et facturation électronique : comment cela fonctionne-t-il ?

Il y a encore un peu de confusion quant à la nouvelle facture électronique introduite. Les avocats sont-ils obligés de le délivrer ? Quelles sont les sanctions qui ne sont pas conformes à la nouvelle obligation encourue ? Pour clarifier tout doute, le National Forensic Council est intervenu en répondant à certaines des questions les plus fréquemment posées concernant les obligations à mettre en place. Voyons les principales clarifications fournies par la FAQ préparée par la CNF.

Cela fait déjà un mois que l’obligation d’émettre une facture électronique pour toutes les personnes résidant ou établies en Italie qui effectuent des livraisons de biens et de services effectuées à la fois contre les administrations publiques et contre d’autres opérateurs économiques et citoyens privés résidant ou établis dans Italie.

Le CNF sur la facturation électronique pour les avocats

Les avocats sont également tenus d’émettre une facture électronique contre toutes les rémunérations reçues et recevront une facture électronique des fournisseurs visés par le régime.

Compte tenu de l’ampleur de cette nouveauté et des nombreux doutes qui l’entourent, le Conseil national médico-légal a donc jugé nécessaire de préparer des réponses à certaines des questions les plus fréquemment posées à ce sujet. faciliter ou rendre la nouvelle obligation plus compréhensible. Pour ce faire, il a utilisé la collaboration du groupe de travail de la FIIF — Fondation francenne pour l’innovation médico-légale. Voici quelques-uns des points abordés.

Avocats à taux forfaitaire : la facturation électronique est-elle obligatoire ?

Le CNF répond par un NON décisif. Toutefois, les avocats qui adoptent le régime forfaitaire peuvent éventuellement émettre des factures électroniques à des sujets privés conformément aux dispositions de la disposition n° 89757/2018.

L’obligation d’émettre des factures électroniques pour cette catégorie d’avocats ne s’applique qu’aux relations avec les administrations publiques.

Par exclusion, la facture électronique est obligatoire pour toutes les personnes qui ne peuvent pas accéder au régime forfaitaire, c’est-à-dire pour celles qui :

  • ils détiennent des actions dans des associations professionnelles ;
  • ils participent en même temps à l’exercice de l’activité, dans des sociétés de particuliers ou dans des entreprises familiales ;
  • ils sont titulaires d’un enregistrement à la TVA et contrôlent directement ou indirectement les sociétés à responsabilité limitée ou les associations dans participation, qui exerce des activités économiques directement ou indirectement attribuables à celles réalisées par des activités commerciales, artistiques ou professions.

Client privé sans PEC : comment émettre une facture électronique ?

La facture électronique doit être émise même si un client édition du 30 avril 2018 de la Revenue Agency, l’avocat doit remettre un ordinateur ou une copie analogique de la facture électronique directement au client, en communiquant en même temps que le document est mis à disposition par le système Exchange dans la zone réservée du site Web de l’Agence Revenue Agency. Dans ce cas, le code SDI à saisir est composé de sept zéros (0000000).

En ce qui concerne le client privé, l’obligation de livrer le document fiscal sous une forme autre que XML demeure.

Comment les factures datées de 2018 mais reçues en 2019 doivent-elles être traitées ?

L’obligation de facturation électronique commence, conformément à l’art. 1er, c. 916, de la loi de 2018 sur les états financiers (loi n° 205 du 27 décembre 2017), pour les factures émises à partir du 1er janvier 2019.

Si la facture a une date d’émission et de transmission en mode papier en 2018 et qu’elle a été reçue par le transférateur/client en 2019, la même facture ne sera pas soumise à l’obligation de facturation électronique.

Toutefois, si le contribuable émet une note de modification en 2019 d’une facture reçue en 2018, la facture doit être émise par voie électronique.

Quelles sont les pénalités pour ne pas émettre de facture électronique ?

Dans le cas d’une facture, entre des sujets résidant ou établis sur le territoire de l’État, d’une manière autre que celle prévue à l’art. 1, c. 3, du décret législatif 127/2015, le document est compris comme non délivré. Les sanctions prévues par l’art. 6 du décret-loi n° 471 du 18 décembre 1997 sont appliquées, ou une sanction administrative comprise entre 90 et 180 pour cent de la taxe relative à l’impôt non imposable correctement documentée ou enregistrée au cours de l’année.

Cependant, avec la conversion du décret fiscal, un moratoire pour la première moitié de la période fiscale 2019 a été accordé. Cela prévoit que les sanctions, dans des situations particulières, doivent être appliquées avec précision ou sont appliquées de manière réduite.

Pour la lecture complète de la FAQ de la CNF, cliquez ICI.

SOURCE : CONSEIL MÉDICO-LÉGAL NATIONAL

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page