Comment fonctionne le transfert d’entreprise ?

Succession de contrats, de crédits et de dettes : tout ce que vous devez savoir sur le transfert de l’entreprise, avec des liens vers des documents utiles à obtenir en ligne.

Comment fonctionne le transfert d’entreprise ? Comment se passe la succession de contrats, de crédits et de dettes et quels sont les documents qui peuvent être demandés en ligne pour enquêter sur la société cédante ? Voici tout ce que vous devez savoir pour procéder au transfert d’entreprise… sans risquer de tomber dans la fraude.

Transfert d’entreprise : comment cela fonctionne-t-il ?

Tout d’abord, il est bon d’approfondir les mécanismes permettant à un entrepreneur de transférer l’ensemble de l’entreprise ou des éléments individuels à un tiers. En principe, le propriétaire de l’entreprise peut transférer à la fois les éléments individuels de l’entreprise et la société dans son ensemble à des tiers. Il est possible de transférer l’entreprise dans son ensemble grâce à un acte parmi les vivants selon les règles générales de la société de don, d’échange ou de transfert.

L’entreprise peut être accordée pour l’usufruitier et le loyer : l’usufruitier et le locataire doivent maintenir la destination et la capacité de production de l’entreprise. Si l’usufruitier ne remplit pas ses obligations, le juge peut intervenir, ordonner la cession de l’usufruitier ou, selon les circonstances ou sur la base d’abus moindres, le même juge peut disposer d’autres mesures visant à protéger les intérêts du propriétaire.

Dans le cas où le transfert réel a lieu après le décès du propriétaire, les règles générales relatives à l’héritage sont appliquées :

  • si l’héritier continue d’exploiter l’entreprise sur la base de la société achetée par héritage, toutes les relations existantes sont transmises à l’héritier lui-même ;
  • Si l’héritier, au contraire, ne veut pas continuer l’entreprise et l’étranger à des tiers, les règles relatives aux transferts par intervivos s’appliquent.

Cependant, il est nécessaire que la forme écrite de l’acte n’existe qu’aux fins du test et uniquement pour les entreprises assujetties à l’enregistrement, conformément aux formulaires établis par la loi pour le transfert des actifs individuels qui composent la société (la nécessité du formulaire écrit) aux fins de la validité de l’acte, s’il s’agit d’un bien immobilier, etc.).

Il s’ensuit qu’en réalité, la société ne dispose pas de moyens particuliers de transfert, mais elle circule sous les formes propres des actifs qui la composent : vendre ou louer l’entreprise, c’est-à-dire transférer ou louer un ensemble de biens. En fait, dans l’acte de vente, il n’est pas nécessaire d’indiquer tous les actifs de l’entreprise qui se déplace (il suffit, en fait, pour l’art. 1346 du Code civil francen, que ces biens sont déterminables), alors qu’il est nécessaire d’indiquer nécessairement les biens qui ne sont pas transférés.

Le cessionnaire achète l’entreprise comme base dérivée, Il s’ensuit que le cessionnaire n’exerce pas le même engagement qu’il a acheté, mais exerce plutôt une nouvelle entreprise qui lui correspond (il est donc inexact de parler, dans ce cas, de succession au sein de l’entreprise).

Évaluation de la fiabilité d’une entreprise : documents en ligne

Mais comment pouvons-nous nous assurer que l’entreprise qui est sur le point de transférer des contrats et des crédits est vraiment digne de confiance ? Pour évaluer le statut de l’entreprise, la présence de tout événement préjudiciable et sa fiabilité ou ses risques, il est possible de demander un rapport Extra-Large Enterprise Report en ligne sur Visure Italia.

Les rapports d’entreprise sont des documents agrégés qui complètent les données recueillies auprès de diverses sources officielles : la Chambre de commerce, la Cour de commerce et le Conservatoire. Ils représentent un outil fondamental d’analyse client, à la fois clients consolidés et nouveaux, fournisseurs et partenaires commerciaux. Les rapports d’entreprise indiquent également la notation, c’est-à-dire le degré de fiabilité d’une entreprise, telle qu’enregistrée par les analystes du CRIF.

En particulier, l’Extra Large Company Report conclut le Groupe of Business Reports avec le plus haut niveau d’analyse approfondie basée sur des données extraites de sources publiques (Chambre de commerce, Cour et Conservatoire RR.II.) dans toute l’Italie. Essentiel pour l’évaluation de l’octroi d’une fiducie ou de la confiation à une entreprise.

En résumé, les données extraites et contenues dans le rapport Extra Large Enterprise sont les suivantes :

  • Informations présentes dans la vision historique
  • Codes RAE et SAE
  • Détail de la protestation contre le siège social et les représentants des entreprises
  • Signaler des événements préjudiciables sur le siège social et les représentants des entreprises
  • Résumé des données du bilan (trois dernières années)
  • Détails des positions et des qualifications des exposants dans d’autres entreprises
  • Liste des membres
  • Actualités presse
  • Entreprises investies par l’entreprise et ses représentants
  • Non. Requêtes faites sur le poste
  • Évaluation.

Les rapports d’entreprise peuvent être demandés par nom, code fiscal, numéro de TVA ou numéro d’enregistrement auprès de la R.E.A. (Annuaire administratif économique) de l’entreprise. En cas de demande de déclaration d’entreprise par nom, il est nécessaire d’indiquer la province dans laquelle l’entreprise est enregistrée afin de limiter le nombre d’homonymies possibles.

Outre le transfert d’une entreprise ou d’une partie de celle-ci, la demande de rapports d’entreprise est particulièrement utile lorsque vous devez acquérir des informations sur un nouveau client, sur un partenaire commercial ou un fournisseur, lorsque vous devez évaluer un locataire dans le cadre d’un bail commercial, lorsque vous devez évaluer un entreprise de construction auprès de laquelle vous êtes sur le point d’acheter une propriété. Les rapports de l’entreprise contiennent en fait des données objectives à venir ils sont destinés à la recherche et à l’évaluation des entreprises francennes.

Succession de contrats d’entreprise

Selon l’article 2558 c.c., en cas de transfert, l’acheteur de la société reprend les contrats conclus pour l’exploitation de la société elle-même à caractère personnel, s’ils ne sont pas convenus différemment. Essentiellement, la succession du cessionnaire dans les contrats est un effet naturel de la cession elle-même.

Les contrats couverts par la disposition sont ceux qui ont des avantages en considération, en cours au moment du transfert, c’est-à-dire qu’au moment du transfert, aucune des parties n’a pleinement accompli leurs performances respectives. Les contrats dans lesquels le cessionnaire se produit sont ceux conclus pour l’exercice de l’entreprise elle-même et, par conséquent, tout contrat conclu par l’entrepreneur pour l’exercice de l’entreprise.

En outre, l’acheteur prend en charge les contrats de location pour les bâtiments dans lesquels l’entreprise opère, les contrats d’administration des matières premières et ceux avec les fournisseurs habituels, les contrats d’assurance et de consortium.

Comme prévu, les contrats à caractère personnel sont exclus de la cession automatique, dans laquelle les qualités personnelles et professionnelles de la contrepartie ont une importance fondamentale précisément parce qu’elles sont fondées sur une relation de confiance avec l’entrepreneur.

Crédits et dettes de la société vendue

Malgré la discipline de la succession dans les contrats, elle s’applique aux contrats non encore exécutés par les deux parties contractuelles (entrepreneur et entrepreneur tiers), car au moment du transfert de la société, il peut y avoir des contrats en cours de définition, c’est-à-dire des contrats exécutés uniquement par l’entrepreneur transférant et les contrats exécutés uniquement par le tiers contractant.

Que se passe-t-il dans ces cas ? Ces contrats correspondent à autant de positions de crédit ou de créance que l’entrepreneur, postes dans lesquels l’acheteur est destiné à prendre le relais. Les crédits et les dettes liés à la société vendue sont réglementés par les articles 2559 et 2560 du Code civil francen.

En ce qui concerne la succession de créances en faveur de l’acheteur (art. 2559 du Code civil francen), elle prend effet, à l’égard des tiers (débiteurs), à compter du jour de la notification au débiteur ou de son acceptation (selon des règles communes sur la cession de crédits). Toutefois, le débiteur qui paie de bonne foi à l’étranger est libéré.

En

revanche, pour la succession des dettes, on s’attend à ce que les dettes de la société soient celles liées à l’entreprise et à l’organisation, contractuelles et non contractuelles, survenaient avant le déménagement de la société, même si elles ont une date d’expiration ultérieure. Pour eux, la règle générale s’applique à laquelle le cédant ne peut être libéré de ses dettes que si les créanciers le font. commercial, c’est le principe général selon lequel chacun ne répond qu’aux obligations qu’il assume. Il est prévu, en fait, que lors du transfert d’une société commerciale, l’acheteur de la société décharge également les dettes susmentionnées, si elles résultent des livres comptables obligatoires.

Interdiction de la concurrence

La vente de l’unité de société considérée produit toute une série d’effets qui sont spécifiquement régis par la loi. L’article 2557 du Code civil francen stipule que « quiconque étranger l’entreprise doit s’abstenir, pour une période de cinq ans à compter du transfert, de créer une nouvelle société qui, pour l’objet, le lieu ou d’autres circonstances, peut induire en erreur les clients de la société vendue […]. Dans le cas de l’usufruit ou de la location de l’entreprise, l’interdiction de la concurrence […] s’applique […] pendant la durée de l’usufruit ou du loyer. »

Il s’agit d’une interdiction de la protection de la bonne volonté et n’est qu’un effet naturel du magasin : les parties, en fait, conformément à l’article 2557 précité du Code civil francen, peuvent l’exclure, la limiter ou même établir une interdiction plus large, à condition que, dans ce dernier cas, cela n’empêche aucun professionnel activité pour l’aliénant. Le pacte d’abstention de la compétition ne peut durer plus de cinq ans.

Lisez aussi -> 4 Visures de membres qui peuvent être obtenues en ligne

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page