Comment puis-je calculer les taxes pour un numéro de TVA ?

Le calcul des taxes pour un numéro de TVA dépend du régime choisi. Voyons quelles taxes sont attribuées au régime forfaitaire, simplifié et ordinaire.

Le numéro de TVA est une séquence de 11 numéros émis par la Revenue Agency qui identifie une entreprise ou une personne physique. Ce code permet d’identifier les personnes qui exercent une activité pertinente à des fins de fiscalité indirecte. À tel point que grâce à une vérification du numéro de TVA, il est possible de revenir au propriétaire et de s’assurer de l’exactitude du numéro.

Les sujets obligés d’ouvrir un numéro de TVA sont des professionnels et des entreprises qui offrent un service ou un actif pour leur propre compte et ne sont pas détenteurs d’une relation de travail.

Comment prouver que j’ai un numéro de TVA ?

Vous pouvez prouver que vous possédez un numéro de TVA via :

Ce document est généralement requis en cas d’hypothèques ou de participation à des appels d’offres publics.

Combien cela coûte-t-il d’avoir le numéro de TVA ?

L’ouverture du numéro de TVA n’implique pas de coûts, sauf si vous souhaitez démarrer une activité commerciale.

L’ouverture du numéro de TVA s’effectue lors de la présentation, dans les 30 jours suivant la date de début de l’activité, d’un modèle spécifique. Les entreprises indépendantes et individuelles doivent utiliser le modèle AA9/12, tandis que les individus autres que les particuliers utilisent le modèle AA7/10. Ces modèles doivent également être utilisés si le numéro de TVA est fermé.

Quelles sont donc les taxes d’un numéro de TVA ? Ceux-ci dépendent du régime choisi et, de plus, nous devrions parler de taxes et non d’impôts.

Calcul de la taxe d’enregistrement de TVA

Le taux forfaitaire est l’un des régimes fiscaux subventionnés. Les détenteurs de TVA qui y souscrivent peuvent bénéficier d’importantes simplifications à des fins de TVA et de comptabilité. En fait, ils ne sont pas soumis au paiement de la TVA et des obligations connexes et, en outre, ils sont exonérés de l’obligation de facturation électronique.

Les personnes qui exercent une activité commerciale, artistique ou professionnelle peuvent y accéder sous une forme individuelle, à condition qu’elles aient les exigences établies par la loi et qu’elles ne se heurtent pas à l’une des causes de l’exclusion.

Ce type de régime permet la détermination forfaitaire du revenu, qui est ensuite soumis à un impôt unique à la place des impôts sur le revenu, des ajouts régionaux et municipaux et du PARI. En outre, la possibilité d’accéder à un régime est reconnue et.

La loi sur les états financiers de 2019 a introduit d’importantes innovations pour les titulaires d’un enregistrement à la TVA avec un taux forfaitaire.

Le seuil de revenu qui vous permet de bénéficier d’une taxe actualisée à 15 % (y compris un taux unique et de remplacement de l’IRPEF et de l’IRAP) a été étendu à 65 000 euros. Pour une utilisation illimitée du régime forfaitaire, il sera donc nécessaire de ne pas dépasser cette limite de revenu.
Au cours des cinq premières années d’activité, le taux de 5 % est appliqué si les conditions et les exigences sont satisfaites.

La détermination forfaitaire du revenu s’effectue en multipliant le montant des revenus ou des rémunérations reçus par le coefficient de rentabilité lié au code NACE qui distingue l’activité exercée. Un seul impôt doit être appliqué au revenu imposable obtenu, à hauteur de 15 % (ou 5 %), en remplacement de ceux normalement fournis.

Le régime simplifié et le régime ordinaire

Lorsque vous n’avez pas les exigences et les conditions requises pour accéder au régime forfaitaire, vous devrez opter pour le système comptable simplifié ou le régime ordinaire.

D’autre part, toutes les entreprises individuelles ou entreprises de personnes ou de sociétés assimilées qui ne dépassent pas l’année civile relèvent automatiquement du régime simplifié :

  • 400 000 revenus si l’entreprise consiste en la fourniture de services
  • 700 000 revenus si l’entreprise est différente de la prestation de services

Toutefois, en cas de dépassement de ces limites, le système ordinaire d’enregistrement à la TVA est appliqué. Cela est obligatoire pour les sociétés à responsabilité limitée, les sociétés à responsabilité limitée et les organismes publics.

Ce qui rend ces deux régimes complexes, ce n’est pas seulement l’imposition plus élevée par rapport au taux forfaitaire, mais également toutes les obligations à remplir pour être en règle auprès des autorités fiscales.

Calcul des taxes d’immatriculation à la TVA Schéma simplifié et régime ordinaire

Les taxes à payer sont similaires dans les deux régimes. Ce qui les différencie, ce sont les frais comptables les plus nombreux du régime ordinaire.

Parmi les impôts, il y a l’impôt sur le revenu, qui est déterminé progressivement sur la base des taux et échelles suivants :

  • 23 % pour un revenu allant jusqu’à 15 000 euros ;
  • 27 % pour un revenu compris entre 15 001 et 28 000 euros ;
  • 38 % pour un revenu compris entre 28 001 et 55 000 euros ;
  • 41 % pour la fourchette de revenus comprise entre 55 001 et 75 000 euros ;
  • 43 % pour les revenus supérieurs à 75 000 euros.

D’autres coûts s’ajoutent également à cette fiscalité. Les détenteurs de TVA qui relèvent du régime simplifié et ordinaire sont soumis au paiement de la TVA.

Ils doivent payer, sur les activités de production du PARI, dont le taux varie en fonction de la valeur de la production nette. Il s’applique à :

  • spa — société per azioni
  • srl — société à responsabilité limitée sapa
  • — société à responsabilité limitée pour actions
  • snc — société au nom collectif
  • sas.
  • les personnes physiques simples exerçant des activités commerciales ou des travailleurs indépendants (à l’exception de ceux qui relèvent du régime minimum)
  • producteurs agricoles.

L’impôt sur le revenu de la société IRES avec un taux fixe de 24 % s’ajoute également à :

  • spa — société par actions sapa
  • — société anonyme pour actions srl — société
  • à responsabilité limitée
  • sociétés coopératives
  • sociétés mutuelles d’assurance
  • institutions sociétés publiques et privées autres que les sociétés
  • de

  • fiducie, les sociétés et les entités de tout type avec ou sans personnalité juridique, pas des résidents sur le territoire de l’État.

Dans tous les régimes analysés, outre les impôts, des cotisations doivent également être versées. Ils varient en fonction du fonds de pension auquel appartient le détenteur de la TVA.

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page