Coûts des notaires de première maison : quels sont-ils ?

Vous ne vous souvenez peut-être pas de son visage, mais vous aurez sûrement à l’esprit les coûts du notaire pour acheter votre première maison. En fait, dans une vente immobilière, il est nécessaire de contacter un notaire public pour que tout se passe conformément à la loi. Dans cet article, nous allons résumer les frais de notaire.

Les coûts du notaire

Dans le cas d’un achat avec prestations de première maison, les coûts du notaire dépendront des taxes et taxes qu’il devra payer à l’État. Il ne s’agit pas seulement de préparer l’acte et de signer une signature au moment de l’acte. Le notaire garantit que l’achat se fait conformément à la loi et y répond à la première personne.

Il est en fait fortement obligé avec les parties contractantes de payer des impôts. La Cour de cassation, avec l’arrêt no 9440/2005, déclare que : le notaire correspond essentiellement à un « gestionnaire fiscal » en ce qui concerne l’impôt à payer, et est en tout état de cause tenu de payer la taxe de registre en solidarité avec les contribuables, auxquels il a alors le droit de se révoquer.

En résumé, le notaire est :

  • conjointement avec le contribuable de payer la taxe principale ;
  • exclusivement obligé d’appliquer des sanctions, en cas d’omission ou de retard de paiement de la même taxe.

Coûts du notaire de la première maison

Les notaires doivent déterminer leurs frais en fonction des tarifs. Nous avions déjà parlé des honoraires pour l’activité professionnelle du notaire, passons en revue les références de base relatives aux fourchettes de valeur immobilière :

  • de 5 000 à 25 000 euros (valeur de référence 15 000 euros) — pourcentage : 7,66 % de la valeur de référence — +16 %, -5,99 % ;
  • de 25 001 à 500 000 euros (valeur de référence : 262 500 euros) — pourcentage : 1,078 % de la valeur de référence — +5,990 %, -0,653 % ;
  • de 500 001,00 à 1 000 000 euros (valeur de référence : 750 000,00 euros) — pourcentage : 0,440 % de la valeur de référence — +0,653 %, -0,410 % ;
  • de 1 000 001,00 à 3 500 000,00 euros (valeur de référence : 2 250 000,00 euros) — pourcentage : 0,210 % de la valeur de référence — +0,410 %, -0,60 % ;
  • de 3 500 001,00 à 5 000 000 euros (valeur de référence : 4 250 000,00 euros) — pourcentage : 0,40 % de la valeur de référence — +0,60 %, -0,20 %.

Les

frais doivent être ajoutés à la taxe que le client devra anticiper au notaire afin que ces derniers soient ensuite les versets de l’Erario. Voyons concrètement ce qu’ils sont et combien ils représentent par rapport aux cas d’achat de la première maison chez le constructeur et par un particulier.

Achat auprès du fabricant

Dans le cas où le transfert concerne un bien et/ou sa pertinence par le fabricant, les dispositions suivantes s’appliqueront : >prêt hypothécaire de 200,00 euros ;

  • cadastral de 200,00 euros ;
  • timbre de 230,00 euros ;
  • des frais hypothécaires de 35,00 ;
  • volume cadastral égal à 55,00.
  • Le montant total des taxes à payer aux autorités fiscales sera de 920,00 euros. L’acheteur doit également payer la TVA égale à 4 % du prix de vente au fabricant.

    Achat privé

    Si, au lieu de cela, le transfert a lieu par des particuliers, la loi prévoit des taxes :

    • enregistrement égal à 2 % de la valeur fiscale du bien, avec un minimum de 1 000 euros ;
    • cadastral de 50,00 euros ;
    • hypothèque de 50,00 euros.

    Quel que soit le type de vendeur, en plus de ces taxes, d’autres taxes et dépenses mineures sont indirectement facturées aux parties. Ces derniers, bien qu’ils soient plus petits, ont toujours leur propre poids dans la détermination des coûts du notaire.

    Que faire avant l’acte notarié

    Avant de procéder à la signature de l’acte notarié d’achat et de vente, il est bon de mener une série d’enquêtes. Ceux-ci se font par la demande de documents spécifiques prouvant la propriété et la régularité urbanistique/cadastrale du bâtiment :

    • évaluation hypothécaire, document qui vérifie les données cadastrales sur le bien, l’acte d’origine et le statut des hypothèques ou des préjudices préjudiciables.
    • plan cadastral, c’est-à-dire la représentation graphique d’une seule unité immobilière avec indication de la disposition interne des pièces et de l’accès à l’unité. Il vous permet de vérifier si ce qui est indiqué dans le cadastre est conforme à ce que vous achetez.
    • rapport hypothécaire de vingt ans, un service qui consiste en une enquête sur l’historique du bien au cours des vingt ans précédant la date de demande de la mesure elle-même, avec vérification de la continuité des relevés de notes. Cette recherche porte sur les changements de propriété et les charges qui ont affecté le bien au cours des années 20. Le notaire s’occupera de la demande de ce document.

    Pour en savoir plus sur l’acte public de vente ou l’acte, nous vous recommandons de lire cet article rédigé par le Conseil national du notariat.

    Gaston Alexandre

    En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
    Bouton retour en haut de la page