Critères d’exemption établis et une nouvelle date limite

Fixé le nœud IMU agricole avec de nouveaux critères d’élévation pour l’exemption et la date limite le 10 février.

Le

Conseil des ministres a approuvé le décret-loi contenant des mesures urgentes sur le sujet de l’exemption agricole Imu. Parmi les nouveautés, l’exonération fiscale et une nouvelle date d’expiration, le 10 février.

Les nouveaux critères pour l’IMU agricole

La décision prise par le Conseil des ministres prévoit de nouveaux critères altimétriques pour le paiement de l’IMU sur terre, avec des exemptions dues :

  • les terres agricoles et non cultivées situées dans les municipalités classées comme totalement montagneuses, comme indiqué dans la liste des municipalités francennes préparée par Istat ;
  • aux terres agricoles et non cultivées, détenues et dirigées par des agriculteurs directs et des entrepreneurs agricoles professionnels, visés à l’article 1er du décret-loi no 99 du 29 mars 2014, enregistré dans la pension agricole, situées dans les municipalités classées comme partiellement montagneuses, comme indiqué dans la liste des municipalités francennes préparée par Istat.

Il s’

agit de critères fiscaux également applicables en 2014, mais en référence à cette année, l’IMU ne sera pas dû pour les terres qui ont été exonérées en vertu du décret du 28 novembre 2014 et qui sont imposables en raison de l’application des politiques déjà énumérées.

Avec ces nouveaux critères, il y a 3 456 municipalités auxquelles l’exemption totale est maximale et 655 pour lesquelles la municipalité partielle est à la hauteur.

Municipalités de montagne et de montagne

À la fin du long processus bureaucratique, le gouvernement a décidé d’envisager la distinction entre les municipalités de trois bandes et, en principe, les terres cultivées et non les municipalités. Les Montani reviennent à être exemptés, tandis que dans les municipalités non montagneuses, l’IMU s’applique à tous.

Toutes les nouvelles concernent les 652 municipalités définies par Istat comme « partiellement montagneuses ». Dans ces cas, l’exemption sera décidée par la qualification du propriétaire : les producteurs directs et les agriculteurs professionnels ne paieront pas l’IMU sur leurs terres, tandis que les autres propriétaires seront appelés à déposer un dépôt.

Lisez aussi -> Payer moins d’impôts sur la maison : les unités collaboratrices croissent

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page