Décret d’injonction et opposition de la copropriété

La Cour de cassation, avec l’ordonnance n° 1502/2018, publiée le 22 janvier 2018, est revenue sur les raisons que la copropriété peut affirmer en cas d’opposition au décret d’injonction concernant le non-paiement de la copropriété charges.

Condominium : décret d’injonction et opposition

Une fois qu’une résolution de copropriété a été approuvée, en cas de non-exécution de l’un des condominiums, l’administrateur peut promouvoir une action en justice pour obtenir un décret d’injonction. Cela est nécessaire pour entamer une action exécutive, si la copropriété moroso ne s’est pas remplie malgré le précepte de paiement.

Appel aux résolutions de l’Assemblée

L’article 1137 du Code civil, modifié par la loi n° 220 du 11 décembre 2012, régit l’appel des résolutions adoptées par l’assemblée de copropriété. Il prévoit, en fait, que les copropriétés qui n’ont pas voté en faveur de la résolution adoptée par l’Assemblée, au-delà de ceux qui se sont abstenus ou étaient absents, peuvent faire appel de la même manière, s’ils sont contraires à la loi ou au règlement sur les copropriétés.

Toute copropriété absente, dissidente ou abstentionnée peut en fait contacter l’autorité judiciaire pour demander l’annulation de la résolution dans le délai impératif de trente jours. Cela commence à partir de la date de délibération des dissidents ou des abstentions et à la date de communication de la délibération pour les absents.

En ce qui concerne l’action en annulation, elle ne suspend pas l’exécution de la résolution, sauf si la suspension est ordonnée par l’autorité judiciaire. La règle continue en déclarant que : « La demande d’obtention de la suspension proposée avant le début de l’affaire du mérite ne suspend ni n’interrompt le délai d’appel de la délibération. Sauf disposition expresse, la suspension est régie par les règles énoncées dans le livre IV, titre I, chapitre III, section I [669 bis s. c.p.c.], à l’exclusion de l’article 669 octies, sixième alinéa, du Code de procédure civile. »

Défaut de payer les frais de copropriété : décret d’injonction et opposition

La Cour de cassation, par ordonnance no 1502/2018, s’est de nouveau récemment exprimée sur les raisons de l’invalidité des résolutions de l’Assemblée Générale. Celles-ci peuvent être adoptées exclusivement conformément aux procédures prévues à l’article 1137 de l’article 1137 précité du Code civil francen, par conséquent en contestant la résolution elle-même.

Par exemple, le cas est que, suite à l’appel de la résolution, le Tribunal suspend son exécution. Malgré cela, l’administrateur obtient toujours la publication du décret d’injonction. Que devra faire le candidat ? Il devra procéder par opposition également au décret d’injonction, notant à l’opposition au décret d’injonction ne sont toutefois pas éligibles. Son champ d’application est en fait limité à ne faire valoir que des questions liées aux effets de la résolution elle-même. Selon la Cour de cassation, la copropriété qui s’oppose au décret d’injonction concernant le non-paiement des frais de copropriété ne peut toutefois affirmer des questions concernant l’efficacité de la résolution Assemblée générale qui a approuvé les dépenses susmentionnées.

L’ÉTUI

Un condominium propose une action en opposition à un décret d’injonction obtenu contre lui d’une copropriété pour non-paiement des frais de copropriété, établi par une résolution adoptée par la copropriété de l’assemblée. Ces dépenses étaient liées à l’utilisation du système de chauffage central.

Le juge de la paix accueille favorablement l’opposition, car il considère que le détachement du système de chauffage central par la copropriété est légitime. Ce dernier avait en fait conçu l’erronéité, à son détriment, de la répartition des dépenses liées au chauffage.

La Cour confirme, dans un lieu d’appel, le jugement du juge de paix. Il rejette l’exception faite par le Condominium, qui affirmait que la copropriété aurait dû contester les résolutions. La légitimité du détachement du système de chauffage central par la copropriété est confirmée. Le Tribunal souligne également que le condominium absent des réunions de copropriété n’avait pas été mis dans la condition de proposer l’appel, car le procès-verbal ne lui avait pas été communiqué.

Le condominium propose donc un recours en Cour suprême, rappelant ce qui a été déclaré par la Cour de cassation elle-même avec l’arrêt n° 17486/2006. Il souligne qu’il incombait à la copropriété de contester, conformément à l’article 1137 du Code civil francen, les résolutions par lesquelles l’assemblée du condominium avait approuvé les dépenses examinées.

Comment vérifier si un décret d’injonction a été déposé

Le décret d’injonction est un type spécifique de préjudice enregistré auprès des bureaux de publicité immobilière. Une fois transcrit, le décret est basé sur la propriété appartenant à la copropriété moroso. Comment puis-je le vérifier ? Le condominium moroso qui croit avoir été injustement transcrit un décret d’injonction sur sa propriété peut nécessiter une créance hypothécaire. Le document est extrait en ligne de la base de données Sister de l’Agence Revenue et contient la liste de toutes les formalités, hypothèques, charges et préjudices préjudiciables liés au bien.

Pour en savoir plus sur la signification de toutes les inscriptions et transcriptions préjudiciables, téléchargez notre dispensation.

LA DÉCISION

La Cour de cassation a affirmé que la copropriété adverse ne peut pas poser de questions concernant l’efficacité de la résolution de l’Assemblée générale qui a approuvé les accusations, mais uniquement des questions relatives à l’efficacité de ces dernières. possibilité de contester la résolution dans les conditions prévues par l’article 1137, également pour des raisons attribuables à l’administrateur, comme en cas de non-communication du procès-verbal de l’Assemblée générale. Dans cette dernière hypothèse extrême, la copropriété ne peut s’opposer à l’exécution entreprise par l’administrateur, se tournant vers un avocat qu’une fois qu’il a reçu l’acte de précepte.

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page