Déductions fiscales immobilières. Récupération des actifs du bâtiment

Déductions fiscales immobilières, façades, efficacité énergétique… les disciplines fiscales expliquées (une par une) par les experts du notaire

Les interventions visant à améliorer les actifs de construction par des entités privées bénéficient d’allégements fiscaux importants.

Les événements de ces déductions présentent un intérêt significatif pour les notaires, les agents immobiliers, les consultants et, également, pour les particuliers lors du transfert des biens sur lesquels les interventions ont été réalisées. En particulier, les différents cas facilités seront examinés, le sort des déductions dans les actes à prendre en considération et gratuitement et successivement avec la facilité d’utilisation qui en découle ou non par les héritiers et les légatoires.

Dans les prochains articles, que nous publierons au cours des prochaines semaines, nous analyserons les déductions suivantes une par une :

  • déductions pour la récupération des biens immobiliers
  • ,

  • déductions pour économies d’énergie
  • ,

  • déductions pour interventions antisismiques
  • ,

  • déductions pour refaire les façades
  • ,

  • déductions pour les frais d’intérêts des hypothèques.

La déduction des dépenses engagées pour la récupération des biens du bâtiment

Le premier avantage considéré est celui prévu à l’article 16-bis du texte consolidé sur l’impôt sur le revenu, en vertu duquel l’impôt brut (IRPEF) déduit un montant égal à 36 % de l’impôt brut (IRPEF) les coûts documentés, jusqu’à concurrence d’un montant total égal ne dépassant pas 48 000 euros par propriété. , a encouru et demeuré aux dépens des contribuables qu’ils possèdent ou détiennent, sur la base d’un titre approprié, les biens sur lesquels les interventions ont été effectuées.

À partir de 2012, la mesure du pourcentage (36 %) et du plafond maximal de franchise (48 000 euros) a été augmenté d’année en année respectivement à 50 % et à 96 000 euros avec les lois budgétaires ultérieures au fil du temps. Cette mesure de faveur a été confirmée pour l’année 2020 également par la dernière loi budgétaire (art. 1, paragraphe 175, loi 160 du 27 décembre 2019).

Quels sont les sujets admis à l’avantage fiscal de la déduction pour le recouvrement des biens immobiliers ?

Tous les contribuables assujettis à l’impôt sur le revenu des particuliers (IRPEF) résidant ou non sur le territoire de l’État peuvent bénéficier de cette déduction.

La facilitation ne s’adresse pas seulement aux propriétaires de la propriété faisant l’objet d’une intervention, mais également aux détenteurs de droits réels ou personnels de jouissance sur le même propriétaire des dépenses connexes.

Ils peuvent profiter de la déduction fiscale

  • les propriétaires et les propriétaires nus
  • , détenteurs d’un véritable droit de jouissance
  • Interventions pour récupérer des biens immobiliers (ion ou surface),
  • locataires et comédiatoires
  • ,

  • entrepreneurs individuels pour des biens qui ne tombent pas parmi les biens d’équipement ou les biens
  • de biens, personnes qui produisent des revenus sous une forme associée (société simple, sous un nom collectif, dans une simple convention) à condition que, comme pour l’entrepreneur individuel, il ne s’agit pas de biens d’équipement ou de produits de base

    ,

  • membre de la famille cohabitant du propriétaire du droit sur la propriété (conjoint, parents de troisième année et apparentés dans la deuxième année)
  • ,

  • le conjoint qui, pendant la séparation, devient le cessionnaire du bien payable à l’autre conjoint
  • ,

  • membre de l’union civile
  • ,

  • le cohabitant plus uxorio, non propriétaire du bien faisant l’objet d’interventions ni titulaire d’un contrat de prêt.

Dans ces derniers cas, selon le guide publié par la Revenue Agency, la déduction de l’impôt foncier se situe même si les qualifications municipales sont attribuées au sujet qui se vante d’un droit réel sur l’immeuble alors que le sujet qui réclame la dépense est l’un des autres sujets admis. au bénéfice.

Dans le cas de plusieurs copropriétaires d’un même bien, si la facture et le virement bancaire attestant le paiement ne sont payables qu’à l’un d’entre eux, mais que les dépenses ont été engagées par tous les copropriétaires, la déduction revient également au sujet qui n’a pas été indiqué dans le documents susmentionnés.

L’Agence du revenu indique clairement que, dans ces cas, le pourcentage des dépenses engagées par cette dernière personne doit être noté sur la facture. Cette situation, qui présente quelques difficultés (même si elle peut être surmontée) si la facture a été émise en vigueur du système de facturation électronique.

Dans le cas où un contrat préliminaire a été conclu pour la vente de la propriété, l’acheteur promis bénéficiera immédiatement du régime de déduction à condition que le bien lui ait été livré (et cette circonstance résulte de l’préliminaire) et qu’il effectue les interventions à ses propres frais. Dans ces cas, la déclaration préliminaire doit être enregistrée avant la date de présentation de la déclaration de revenus sur laquelle la déduction est invoquée.

Quels travaux comptent parmi ceux financés par des déductions d’impôt immobilier pour la récupération d’immeubles ?

Les interventions relevant des installations et donc financières sont les suivantes :

  • interventions visées aux lettres a), b), c et d) de l’art. 3 du décret-loi 6/6/2001 n. 380 effectuées sur les parties communes des bâtiments résidentiels
  • interventions visées aux lettres b), c et d) de l’article 3 du RDP 6/6/2001 n. 380 effectuées sur des unités immobilières résidentielles individuelles catégorie cadastrale, y compris les
  • interventions rurales et sur leur pertinence, nécessaires à la reconstruction ou à la restauration , même s’ils ne relèvent pas des catégories d’interventions mentionnées ci-dessus, à condition que certaines conditions soient remplies
  • ,

  • interventions destinées à la réalisation de garages ou de places de stationnement pertinentes pour les interventions de propriété commune
  • . visant à éliminer les barrières architecturales
  • , à

  • adopter des mesures visant à prévenir le risque de commettre des actes illégaux par des tiers = réalisation de travaux visant à câbler des bâtiments et à réduire la pollution sonore
  • ,

  • réalisation d’œuvres visant à réaliser des économies d’énergie
  • ,

  • adoption des mesures antisismiques (sur des bâtiments entiers et non sur des unités immobilières individuelles)
  • , la

  • récupération de l’amiante et l’exécution de travaux visant à éviter les accidents domestiques.

Les limites de la déduction et sa ventilation au cours des années d’imposition

La loi sur le budget 2020 a également étendu le régime subsidiaire spécial des années précédentes pour cette année : 50 % des dépenses engagées avec la limite maximale de 96 000€.

Cette dernière limite est annuelle et concerne l’unité immobilière individuelle et sa pertinence uniquement prise en compte, même si elle est empilée séparément.

En fait, les interventions effectuées sur la pertinence n’ont pas de limite de dépenses autonomes, mais se situent dans la limite fixée pour le logement principal. Lorsque des interventions sont effectuées sur des propriétés résidentielles qui sont utilisées de façon promiscuité comme maison et pour l’exercice d’une activité commerciale ou professionnelle, la déduction est réduite de 50 % par rapport à la mesure ordinaire (la déduction représente donc jusqu’à 25 % des dépenses engagées).

La déduction doit être divisée en 10 parts annuelles égales, à partir de l’année au cours de laquelle les dépenses ont été engagées et des actions suivantes.

Le contribuable qui, bien qu’il y ait droit, n’a pas bénéficié de l’avantage depuis une année ou plusieurs années, peut toujours bénéficier de la déduction, en indiquant dans la déclaration de revenus le numéro de la tranche correspondante.

Comment faire la déduction

Il suffit d’indiquer dans la déclaration de revenus les données cadastrales du bien concerné par l’intervention et, si les travaux ont été réalisés par le titulaire (par exemple locataire ou invité), les détails d’enregistrement du contrat qui constitue son titre et les autres documents nécessaires à la vérification. la déduction.

Moyens de paiement des travaux

Pour bénéficier de la déduction, il est nécessaire que les paiements soient effectués par virement bancaire ou postal (également en ligne) dont ils résultent :

  • le motif du paiement en référence à l’article 16 bis du DPR 917/1986
  • ,

  • le code fiscal du bénéficiaire de et/ou du numéro de TVA du bénéficiaire du paiement

Les documents à conserver et à remettre à l’acheteur qui prend en charge la déduction restante sont les suivants :

  • la réception du virement bancaire
  • ,

  • des factures ou des reçus fiscaux liés aux dépenses effectuées pour l’achèvement des travaux.

Pour les interventions effectuées sur les parties communes, le contribuable peut utiliser une certification délivrée par l’administrateur de la copropriété dans laquelle il certifie qu’il a rempli toutes les obligations envisagées et indiquer le montant déductible par le contribuable individuel.

Il

conviendra donc, lors du transfert du bien en intervention, si l’acheteur prend part à la déduction résiduelle, que les parties réglementent la transmission des documents à l’acheteur.

Source. Notaire

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page