DeFi résolvant les cinq défauts de la finance traditionnelle, critique de livre

Écrire un livre sur la finance décentralisée, c’est un peu comme décrire une énigme, enveloppée d’un mystère à l’intérieur d’une énigme, pour emprunter à Winston Churchill. Tout d’abord, il faut résumer les origines de la finance décentralisée moderne, puis la mécanique de la technologie blockchain qui constitue l’épine dorsale du secteur, et ce n’est qu’alors que vous arrivez à l’infrastructure de DeFi. Tout cela devrait également être fait en 191 pages, y compris le glossaire, les notes et l’index. Ce n’est pas une entreprise pour les âmes sensibles.

Heureusement, les auteurs de DeFi et l’avenir de la finance – Campbell Harvey, professeur de finance à l’Université Duke, Ashwin Ramachandran, associé général de Dragonfly Capital et Joey Santoro, fondateur de Fei Labs – étaient à la hauteur de la tâche. Après avoir récapitulé les «cinq défauts de la finance traditionnelle» – inefficacité, accès limité, opacité, contrôle centralisé et manque d’interopérabilité – ils expliquent comment DeFi améliore le statu quo.

Prenons le problème du contrôle centralisé. Les gouvernements et les grandes institutions détiennent un « monopole virtuel » sur la masse monétaire, le taux d’inflation, ainsi que « l’accès aux meilleures opportunités d’investissement », ont écrit les auteurs. DeFi avec ses protocoles ouverts et ses propriétés immuables « bouleverse ce contrôle centralisé ».

Quant à savoir comment DeFi répond au manque d’opacité de la finance traditionnelle : [DeFi] les parties connaissent la capitalisation de leurs contreparties et, dans la mesure nécessaire, peuvent voir comment les fonds seront déployés », ce qui atténue le risque de contrepartie. Tout comme l’inefficacité, « un utilisateur peut largement se servir en libre-service dans les paramètres du contrat intelligent » dans une application décentralisée en exerçant une option de vente, par exemple.

Qu’en est-il de l’échec de la finance traditionnelle dans l’accès limité ? DeFi donne aux groupes mal desservis comme la population mondiale non bancarisée un accès direct aux services financiers, ont écrit les auteurs, offrant à titre d’exemple l’agriculture de rendement, un processus DeFi où les utilisateurs sont récompensés pour la mise de capital sous la forme d’un jeton de gouvernance qui les rend, en effet, copropriétaires de la plateforme, « un fait rare en finance traditionnelle ».

Les auteurs ont également décrit les façons dont les protocoles DeFi peuvent être superposés (c’est-à-dire la composabilité de DeFi, parfois appelée « DeFi Legos »), ce qui aide à combler le déficit d’interopérabilité. Une fois une infrastructure de base établie (pour créer un actif synthétique, par exemple), « tout nouveau protocole permettant d’emprunter ou de prêter peut être appliqué. Un niveau plus élevé permettrait d’obtenir un effet de levier en plus des actifs empruntés.

Faire une plongée profonde

Le chapitre 6 explore en profondeur huit principaux protocoles DeFi : MakerDAO, Compound, Aave, Uniswap, Yield, dYdX, Synthetic et Set Protocol. Chaque section est accompagnée d’un tableau très utile, où la première colonne décrit comment la finance traditionnelle résout un problème particulier, et la deuxième colonne comment un protocole DeFi spécifique traite ce problème.

Par exemple, dans le tableau 6.3, « Problèmes résolus par Aave », la première ligne traite du « contrôle centralisé ». Dans le système financier en place, « les taux d’emprunt et de [are] contrôlés par les institutions », alors que dans l’approche DeFi, colonne 2, « les taux d’intérêt Aave sont contrôlés de manière algorithmique. »

Transformation technologique : critique du livre “Platform Revolution” de Don Tapscott

La finance traditionnelle ne fournit qu’un « accès limité » au sein de ses systèmes hérités. Autrement dit, « seuls des groupes sélectionnés ont accès à de grandes quantités d’argent pour l’arbitrage ou le refinancement » (ligne 2, colonne 1), tandis que dans le protocole Aave, « les prêts flash démocratisent l’accès à la liquidité pour les entreprises immédiatement rentables ».

La troisième ligne se concentre sur « l’inefficacité », en particulier sur les « taux d’emprunt et de prêt sous-optimaux en raison de coûts gonflés » dans la finance traditionnelle, tandis que la solution d’Aave (ligne 3, colonne 2) est « des taux d’intérêt mutualisés et optimisés de manière algorithmique ».

Nouveaux risques

Les auteurs ont pris soin de rappeler aux lecteurs que « toutes les technologies innovantes introduisent un nouvel ensemble de risques ». Dans le cas de DeFi, ceux-ci sont abondants, notamment les contrats intelligents, la gouvernance, l’oracle, la mise à l’échelle, la conservation DEX, les risques environnementaux et réglementaires.

“Le logiciel est particulièrement vulnérable aux piratages et aux fautes professionnelles des développeurs”, ont écrit les auteurs, tandis que les récents piratages de bZx et DForce “démontrent la fragilité de la programmation de contrats intelligents”.

Parmi ces nouvelles menaces, le « risque oracle » occupe une place particulièrement importante. Les protocoles DeFi nécessitent l’accès à des informations de prix précises et sécurisées pour garantir le bon fonctionnement des actions telles que les liquidations et les résolutions de marché de prédiction. « Fondamentalement, les oracles visent à répondre à la question simple : comment les données hors chaîne peuvent-elles être rapportées en toute sécurité sur la chaîne ? Pourtant, tous les oracles en ligne tels qu’ils sont actuellement constitués “sont vulnérables au front-running, et des millions de dollars ont été perdus pour les arbitragistes”, ont-ils écrit, ajoutant :

“Jusqu’à ce que les oracles soient natifs de la blockchain, durcis et prouvés résilients, ils représentent la plus grande menace systémique pour DeFi aujourd’hui.”

Relever les « groupes marginalisés »

“Ce livre traite fondamentalement de la démocratie financière”, a déclaré le co-auteur Harvey à Cointelegraph. La préface du livre, écrite par un personnage non moins important que le créateur d’Ethereum, Vitalik Buterin, rappelle aux lecteurs que « la censure financière continue d’être un problème pour les groupes marginalisés », en particulier dans les pays en développement – ​​c’est pourquoi DeFi est important.

Le lecteur moyen peut cependant trouver ce livre un peu lourd sur le plan technique. Les graphiques incluent des courbes de liaison superlinéaires et logistiques/sigmoïdes, par exemple, qui peuvent dépasser certaines têtes. Ceux qui veulent savoir comment fonctionne réellement un prêt flash le trouveront utile ; le glossaire du livre est complet et utile.

DeFi : un guide complet de la finance décentralisée

Il aurait été éclairant, cependant, d’en savoir plus sur la façon dont DeFi commençait à changer le monde, comme offrir des services bancaires aux personnes non bancarisées ou une assurance aux non assurés – bien que cela dépasse peut-être le cadre du livre.

On pourrait se demander quel pourcentage de la « population non bancarisée » du monde profite réellement de « l’agriculture de rendement », un processus DeFi encore ésotérique que les auteurs citent néanmoins comme exemple de la façon dont DeFi fournit un accès « à ceux qui ont besoin de services financiers. mais que la finance traditionnelle laisse derrière elle. Pas trop, on devine.

Malheureusement, le monde DeFi semble encore aujourd’hui se concentrer sur les moyens d’obtenir un effet de levier ou d’arbitrer entre les marchés plutôt que de résoudre les problèmes des pauvres dans le monde. Le livre ne consacre pas non plus beaucoup d’encre à la défense de DeFi contre les critiques de la presse économique générale telle que le Wall Street Journal., qui a noté en septembre que DeFi « apportait le capitalisme de casino aux masses crypto ».

Ce n’est pas la vision du futur des auteurs. Au contraire, ils voient dans DeFi « l’échafaudage d’une nouvelle ville rayonnante. […] La finance devient accessible à tous. Les idées de qualité sont financées, peu importe qui vous êtes. Une transaction de 10 $ est traitée de la même manière qu’une transaction de 100 millions de dollars. Les taux d’épargne augmentent et les coûts d’emprunt diminuent à mesure que les couches intermédiaires inutiles sont supprimées. En fin de compte, nous considérons DeFi comme la plus grande opportunité de la décennie à venir et attendons avec impatience la réinvention de la finance telle que nous la connaissons. »

Ce sont des objectifs louables, bien qu’il soit peu probable qu’ils soient atteints dans un avenir immédiat. Jusque-là, ce livre devrait intéresser tous ceux qui cherchent à démêler les rouages ​​​​de DeFi.

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page