Différence entre le recouvrement de créances extrajudiciaire et judiciaire

L’activité de recouvrement de créances peut se dérouler selon deux voies différentes. La première est extrajudiciaire, c’est-à-dire une « solution amicale » avec laquelle le débiteur est invité à payer spontanément. Le second consiste en le recouvrement de crédits judiciaires qui sont nécessairement passés par les procédures judiciaires classiques. Quel est donc le meilleur moyen de récupérer un crédit ? Nous répondons à cette question en analysant les différences entre le recouvrement de créances extrajudiciaire et judiciaire.

Recouvrement de créances extrajudiciaires et judiciaires

Le recouvrement de créances est un actif qui vise à obtenir le paiement, en totalité ou en partie, d’un crédit auprès du débiteur. Ceux qui souhaitent récupérer un crédit peuvent agir seuls en contactant le débiteur ou contacter un avocat ou une entreprise spécialisée dans ce type de transaction.

L’activité de recouvrement de créances extrajudiciaire et judiciaire peut donc être effectuée par des avocats qualifiés pour la profession médico-légale et inscrits au registre de l’Ordre d’adhésion concerné. Les sociétés de recouvrement de créances, en revanche, doivent être autorisées par le poste de police du lieu où l’entreprise elle-même est basée.

Recouvrement de crédit : comment procéder ?

La première chose à faire lorsque vous souhaitez lancer une action de recouvrement de créance est de vérifier que la dette est certaine, définie et payable. Il doit donc être prouvé par la documentation, quantifié et non lié. Il y a deux façons de procéder pour le recouvrement de créances : l’extrajudiciaire et l’autre devant les tribunaux.

Le recouvrement de créances extrajudiciaire consiste en un ensemble d’activités qui peuvent être configurées par des rappels écrits, des visites téléphoniques et à domicile effectuées par des fonctionnaires autorisés. Leur objectif, comme nous l’avions prévu, est d’inviter le débiteur à verser spontanément le montant dû. La dernière tentative de règlement du différend est la fin du litige, communiquée par lettre recommandée, et le débiteur est informé que s’il ne paie pas sa dette avant la date à laquelle le recouvrement de créances sera établi par une base judiciaire. À cet égard, nous vous recommandons de lire l’article consacré à l’acte de précepte.

Le recouvrement judiciaire de créances vise en fait à obtenir une peine de paiement et pour cela, il sera nécessaire de contacter le Tribunal. En cas de non-exécution, malgré l’ordre de paiement, il peut être possible de demander la saisie des actifs du débiteur insolvable pour s’en assurer. Dans ce cas, il sera nécessaire de s’assurer qu’il y a des biens ou des biens à attaquer.

Les types de crédit

Si vous êtes dans est due à l’échec contractuel du débiteur. Le recouvrement de crédit peut résulter d’un retard de paiement aux délais convenus ou du non-paiement d’un ou de plusieurs versements ou du solde dû. Mais quels sont les types de crédit ? Ils se distinguent en fonction de la nature de la relation contractuelle dans :

  • crédits commerciaux, issus de relations commerciales entre particuliers et personnes morales (p. ex. fourniture de biens, fourniture de services ou de services publics et de services publics,…)
  • crédits financiers, principalement liés aux relations avec les établissements de crédit et les sociétés financières (p. ex. hypothèques, prêts hypothécaires, prêts personnels, avances courantes, crédit-bail immobilier et biens d’équipement,…)
  • non rémunéré, se référant principalement aux relations entre particuliers (par exemple, contrats de location, achat et vente de biens immobiliers et de biens mobiliers enregistrés, prestation de services
  • dettes, envers l’administration publique, les organismes de recouvrement, les entités juridiques

Une fois que l’origine du crédit a été vérifiée, avant de prendre une action de recouvrement de créance, il est essentiel de s’assurer que la dette est :

  • bien sûr, en se référant à un contrat ou à la rédaction privée
  • défini, c’est-à-dire quantifié en termes économiques
  • payable, sur la base des actifs disponibles du débiteur susceptibles d’être attaqués

Lequel choisir entre le recouvrement de créances extrajudiciaires et judiciaires ?

Le choix entre le recouvrement de créances extrajudiciaire et judiciaire dépend des circonstances et des objectifs que vous souhaitez atteindre.

Le recouvrement de créances judiciaires est généralement utilisé lorsque les tentatives de recouvrement des sommes d’une manière amicale échouent. Cependant, il existe certaines situations dans lesquelles il est inévitable de recourir directement à une action en justice, évissant ainsi la récupération hors cour. Prenons, par exemple, si vous voulez éviter qu’un crédit ne tombe sur ordonnance.

À l’exception de ces cas particuliers, il est donc habituel de préférer une solution amicale comme première étape. Pourquoi ? Pour les avantages d’un recouvrement de créances extrajudiciaire par rapport au recouvrement judiciaire. La conduite de cette pratique est, par exemple, plus rapide car elle procède à des rappels écrits ou téléphoniques et permet également de réduire les coûts par rapport aux poursuites judiciaires.

La phase de recouvrement de crédit extrajudiciaire

Le recouvrement extrajudiciaire de créances correspond donc à une approche « de bonne humeur » de la procédure de recouvrement. Le créancier a vérifié que son crédit est en détresse et a l’intention de minimiser les coûts et de réduire le temps. L’objectif est donc de trouver une solution optimale qui satisfasse le créancier. permet au débiteur de s’acquitter de l’obligation.

1. Suivi des débiteurs

La première phase consiste à repérer la résidence et le domicile du débiteur. Il s’agit d’une activité préparatoire pour la prochaine. De cette façon, vous aurez connaissance de l’adresse personnelle de résidence, du domicile fiscal d’une éventuelle entreprise et des services de téléphonie.

2. Rappel écrit et téléphonique

Il s’agit d’une lettre appelant au paiement plutôt qu’un avertissement à remplir. Il est pratique d’envoyer différents rappels avec des contenus et des tons différents. Vous pouvez télécharger ici les modèles de lettres de rappel utiles pour toutes les phases. Le rappel téléphonique est bon d’être confié à une entreprise spécialisée pour éviter les litiges téléphoniques. Il est rare que vous obteniez une solution grâce à un seul contact téléphonique.

3. Contact via collecteur

L’envoi du collecteur chez le débiteur est un premier contact utile pour vérifier la disponibilité du débiteur ainsi que les possibilités et les méthodes de règlement du litige. Le collecteur, lors de la cession expresse du créancier, sera en mesure de proposer des solutions de paiement par tranches, de faire signer des factures ou des attributions de créances.

4. Formation en mise en demeure

Si les étapes précédentes n’ont pas donné de résultats concrets, le créancier peut envoyer par lettre recommandée un acte formel d’incorporation du débiteur sous mise en demeure. Dans la lettre, le créancier amorce le paiement de la dette dans un délai impératif spécifique, après quoi, en l’absence de paiement, suivra le recouvrement des créances judiciaires. Dans l’avis de préavis, le créancier peut également ordonner le paiement des intérêts et des dépenses courus. Les objectifs sont doubles. D’une part, la procédure de recouvrement des créances judiciaires est engagée. D’autre part, la limitation de la dette est évitée.

5. Suivi des actifs du débiteur

Avant d’entreprendre une action de recouvrement de créances, il est bon de s’assurer que le crédit est toujours payable. Comment ? Vérification de la cohérence des actifs, des titres et des biens immobiliers détenus par le débiteur. À cette fin, il sera nécessaire de vérifier :

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page