Droit d’auteur : quels changements avec la directive européenne

Le Parlement européen a finalement approuvé la directive n° 2016/0280 sur le droit d’auteur dans le marché unique numérique, dite réforme du droit d’auteur. Le droit d’auteur doit également suivre le niveau du monde numérique, d’où la nécessité d’une réforme visant à protéger le droit d’auteur en ligne. Voyons comment il prévoit spécifiquement une réforme du droit d’auteur.

Directive sur le droit d’auteur approuvée par le Parlement

Nous allons clarifier deux aspects fondamentaux pour ceux qui lisent pour la première fois cette directive sur le droit d’auteur. Tout d’abord, qu’est-ce qu’une directive ? Il s’agit d’un acte législatif de l’Union européenne qui fixe un objectif que les États membres doivent atteindre, sans établir exactement comment. Il inviendra ensuite aux différents pays de s’occuper de l’adoption de la directive dans leur système juridique. En fait, ils devront définir par des dispositions nationales comment ces objectifs seront atteints, sanction d’une amende pour chaque violation commise.

Un autre aspect à clarifier est celui du droit d’auteur, c’est-à-dire du droit d’auteur. C’est l’institut qui protège les œuvres de nature créative et qui est obtenu avec la création de la même œuvre. Dans ce cas, on discute avant tout de ses droits économiques conférés par la loi.

Le Parlement européen approuve la directive sur le copyright

La directive sur le droit d’auteur dans le marché unique numérique est un nouveau projet de loi approuvé par le Parlement européen, en session plénière, le 12 septembre 2018. S’il est approuvé définitivement, il introduira de nouvelles règles pour protéger les droits d’auteur, tandis que dans le même temps, la libre circulation des informations en ligne changera considérablement. Toutefois, le processus législatif n’est pas encore terminé : la phase du dialogue entre le Parlement, la Commission et le Conseil commence à atteindre une règle effective. Un autre aspect qui devra être évalué après l’approbation finale est sa transposition en Italie et la façon dont la jurisprudence sera orientée dans les jugements ultérieurs.

Que signifie la réforme du droit d’auteur

La directive sur le droit d’auteur a été révisée en profondeur par rapport au texte original, mais elle a conservé les deux articles les plus controversés sans modification : 11 et 13. Si ces articles lus comme ça ne vous disent rien, vous les avez peut-être entendus respectivement « taxe de liaison » et « filtre de téléchargement ».

Art. 11 — Protection des publications journalistiques en cas d’utilisation numérique

L’article 11 prévoit que la publication de ces deux ou trois lignes copiées-collées qui apparaissent sous l’adresse de la page, ce que l’on appelle des extraits, est liée par une licence. Cela signifie qu’ils doivent être taxés et, par conséquent, les plateformes en ligne, telles que Facebook et Google, devront payer les droits d’auteur aux éditeurs afin de montrer cette anticipation de ou prévu à l’article 11 :

  1. Les États membres reconnaissent aux éditeurs de journaux les droits visés à l’article 2 et à l’article 3, paragraphe 2, de la directive 2001/29/CE pour l’utilisation numérique de leurs publications à caractère journalistique.
  2. Les droits visés au paragraphe 1 ne modifient pas et n’affectent en rien ceux prévus par le droit de l’Union pour les auteurs et autres détenteurs de droits en ce qui concerne les œuvres et autres détenteurs de droits. Ils ne peuvent pas être invoqués contre ces auteurs et autres détenteurs de droits et, en particulier, ils ne peuvent pas les priver du droit d’exploiter leurs œuvres et autres documents d’une manière, indépendamment de la publication de nature journalistique dans laquelle ils sont inclus.
  3. Les articles 5 à 8 de la directive 2001/29/CE et la directive 2012/28/UE s’appliquent mutatis mutandis aux droits visés au paragraphe 1.
  4. Les droits visés au paragraphe 1 expirent 20 ans après la publication de la publication à caractère journalistique. Ce délai est calculé à partir du 1er janvier de l’année suivant la date de publication.

Art. 13 — Utilisation de contenus protégés par les fournisseurs de services de la société de l’information qui stockent et donnent accès à de grandes quantités d’œuvres et autres documents téléchargés par les utilisateurs

L’article 13 établit plutôt des filtres pour les téléchargements, c’est-à-dire des systèmes qui empêchent les utilisateurs de télécharger du matériel protégé par le droit intellectuel sur des plateformes en ligne. Un système déjà adopté par YouTube pour éviter la publication de vidéos protégées précisément par le droit d’auteur. Le contenu téléchargé en ligne vers l’UE doit donc être vérifié avant d’être publié afin d’empêcher le contenu protégé par le droit d’auteur de se terminer en ligne sans les protections nécessaires.

Voici le texte de l’article 13 :

  1. Les fournisseurs de services de la société de l’information qui stockent et donnent accès au public à de grandes quantités d’œuvres ou d’autres documents téléchargés par les utilisateurs adoptent, en collaboration avec les droits des propriétaires, des mesures visant à assurer le fonctionnement des accords conclus avec eux pour l’utilisation de leurs œuvres ou d’autres matériels. ou pour empêcher que certains ouvrages ou autres documents identifiés par les titulaires de droits par le biais de la collaboration avec les mêmes fournisseurs soient mis à disposition sur leurs services. De telles mesures, telles que l’utilisation de technologies efficaces pour la reconnaissance du contenu, sont adéquates et proportionnées. Les fournisseurs de services fournissent aux titulaires de droits des informations adéquates sur le fonctionnement et l’activation des mesures et, le cas échéant, présentent des rapports adéquats sur la reconnaissance et l’utilisation des œuvres. Les États membres veillent à ce que les fournisseurs de services visés au paragraphe 1 établissent des mécanismes de plainte et de recours à mettre à la disposition des utilisateurs en cas de litige concernant l’application des mesures visées au paragraphe 1.
  2. Les États membres facilitent, le cas échéant, la coopération entre les fournisseurs de services de la société de l’information et les titulaires de droits par le biais de dialogues avec les parties prenantes, afin de définir les meilleures pratiques, par exemple l’utilisation de technologies appropriées et proportionnées pour la reconnaissance du contenu, en prenant en compte tiennent compte, entre autres, de la nature des services, de la disponibilité des
    technologies et de leur efficacité à la lumière des évolutions technologiques.

Téléchargez la directive du Parlement européen et du Conseil sur le droit d’auteur dans le marché unique numérique.

Source : Parlement européen

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page