Droit héréditaire : Le notariat présente la réforme

Les questions non résolues concernant le droit des successions trouveront-elles bientôt des réponses ? Il semblerait que cela se fonde sur ce que le Conseil national du notariat a déclaré lors du 53e Congrès national des notaires.

Le Conseil national des notaires travaille en fait sur le projet de réforme du droit des successions, dont les résultats financiers comprennent des procédures plus sûres pour les dons de biens immobiliers et l’élargissement des accords familiaux.

Pourquoi une réforme du droit des successions est-elle mise en œuvre ?

Le projet de réforme du droit successoral abordera des problèmes bien connus liés à la circulation des biens immobiliers donnés. En particulier, les difficultés rencontrées dans la vente d’une maison donnée, peut-être à distance de la date à laquelle le don a eu lieu et de la raison pour laquelle le donateur est toujours en vie.

Il s’agit en fait d’une étude de cas très répandue en Italie. Cela est démontré par le rapport de données statistiques du notaire qui a enregistré, en référence à 2017, la stipulation de plus de 135 000 dons immobiliers, tandis qu’au premier semestre 2018, une augmentation de 5 % pour les dons de bâtiments et de 4 % pour les dons de propriété nue de bâtiments.

Les lignes de la proposition du notaire

Comme le rapporte le communiqué de presse du Conseil national du notariat, le projet de réforme sur lequel il travaille à un stade avancé suivra les lignes suivantes :

  1. Révision de la qualification légitime. La discipline actuelle prévoit un droit légitime, car le droit à toutes les catégories de biens faisant partie de la succession pour les personnes légitimes, à savoir le conjoint, les enfants et, en leur absence, les ascendants. Selon la réforme, le moment est peut-être venu pour une qualification différente du droit à la légitimité, à condition que le légitime puisse être satisfait dans son droit d’héritage d’un seul bien, y compris l’un des biens non héréditaires. De cette façon, il serait possible, entre autres, de surmonter les difficultés connues dans la négociation de biens d’origine des dons.
  2. dépassant l’interdiction des accords successeurs, du moins de celui de renonciation. Cela permettrait aux futurs héritiers présumés de renoncer à leurs droits (mieux, leurs attentes) au moins sur certains avoirs appartenant à leur ascendant ou à leur conjoint, qui sont censés faire l’objet d’un héritage futur.
  3. extension du champ d’application du pacte familial, désormais limité aux sociétés et aux actions. Ce pacte familial élargi permettrait, sur un plan objectif, de donner de la stabilité aux transferts réalisés en faveur des statuts communs également de biens autres que « productifs » et, sur le plan subjectif, la possibilité de conclure un pacte capable d’impliquer les biens des deux parents.
  4. introduction du certificat de succession au et les procédures d’héritage. Il s’agirait d’un acte notarial dans lequel, à la demande d’une partie, pourrait être contenu :
    — les données relatives à la dévolution des biens héréditaires, les généralités de chaque héritier et/ou légataire et les droits qui lui sont dus, les pouvoirs de la personne désignée pour exécuter les dispositions du testament ou de administrer la succession ;
    — éventuellement acceptation de l’héritage, également au bénéfice de l’inventaire, de la renonciation à l’héritage ou du refus de légation, de la renonciation à l’action de réduction ou des accords pour l’intégration des droits aux blessés légitimes ou confirment toute disposition nulle testamentaire, dans conformément à l’art. 590 cod.civ.
SOURCE : CONSEIL NATIONAL DU NOTARIAT

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page