E-reçu : comment cela fonctionne-t-il ? – Smart Focus

Prêt à dire adieu à l’ancien reçu ? Une révolution numérique est sur le point de débuter et impliquera l’ensemble du monde du commerce. À partir de janvier 2020, le reçu devient électronique.

Le reçu électronique a été introduit par le décret sur la croissance (loi n° 34/2019) et rendu opérationnel par la circulaire n° 15 de l’Agence fiscale et par la fourniture du 4 juillet au directeur de l’Agence.

En particulier, le remplacement progressif des reçus et des reçus par des frais électroniques a débuté en juillet dernier, mais entrera officiellement en vigueur à partir du 1er janvier 2020. À partir de cette date, en fait, les reçus et reçus seront remplacés par un document commercial qui ne peut être émis qu’avec un enregistreur télématique (RT) ou une procédure Web gratuite de la Revenue Agency.

Qui devra le faire ?
délivrer le reçu électronique

Cette nouvelle procédure couvrira ceux qui effectuent des transactions de « commerce de détail et d’actifs similaires » et qui ne sont pas obligés d’émettre la facture, sauf demande du client.

Ceux-ci comprennent, outre les commerçants, les opérateurs économiques qui émettent actuellement des reçus fiscaux (artisans, hôtels, restaurants, etc.). Au lieu de cela, il est déjà soumis aux opérateurs qui, en 2018, ont réalisé un chiffre d’affaires de plus de 400 000 euros.

Quand est-il exclu ?
le reçu électronique ?

Les transactions identifiées par le décret ministériel du 10 mai 2019 sont exemptées de l’obligation du reçu électronique. Il y a :

  • opérations pour lesquelles, même auparavant, le marchand n’était pas obligé de délivrer un reçu ou un reçu (par exemple, des trajets en taxi, des ventes de journaux, etc.)
  • ; les

  • services collectifs de transport public de personnes, de véhicules et de bagages en remorque ;
  • opérations effectuées à bord d’un navire, d’un avion ou d’un train pendant un transport international.

Les conséquences
pour non-respect de l’obligation

L’application des sanctions identifiées par le décret-loi n° 471/1997 (article 6, c. 3 et article 12, c. 2) est envisagée dans les cas suivants :

  • échec du stockage et de la transmission
  • frais

  • de stockage et de transmission des frais avec
    données incomplètes ou mensongères.

Il s’agit d’une pénalité égale à 100 % de la taxe liée au montant incorrectement documenté avec un minimum de 500 euros. En outre, dans les cas les plus graves de récidive, la sanction accessoire pour la suspension de la licence ou de l’autorisation d’exercer l’activité, à savoir l’exercice de l’activité elle-même.

Pour les six premiers mois d’application du reçu électronique, qui dépend du volume Janvier 2020, les pénalités susmentionnées ne s’appliquent pas si la transmission tardive des frais a lieu dans le mois suivant du mois suivant la réalisation de la transaction.

Comment émettre le reçu électronique

Ne

paniquez pas si, pendant les six premiers mois suivant l’introduction de l’obligation de réception électronique, vous n’êtes pas équipé d’un enregistreur télématique.

La soumission en ligne des frais peut se faire par le biais d’une série de services Web mis à disposition par l’Agence du revenu. Ces outils peuvent être utilisés avec votre PC, votre tablette ou votre smartphone.

Dans le portail Factures et frais de la Revenue Agency, il est possible de choisir alternativement entre deux services Web : le premier permet le téléchargement d’un fichier contenant les données du total des frais pour une seule journée ou la transmission d’un fichier compressé avec les fichiers de frais des jours individuels ; au lieu de cela, le second service Web permet de compiler les données des frais quotidiens dans l’ensemble. Dans les deux cas, les données se distinguent par le taux de TVA ou sans distinction entre imposable et impôt.

Enfin, il existe une troisième option qui prévoit l’envoi de données sur les frais quotidiens via le protocole https ou sftp.

Quels sont les changements pour
Le consommateur ?

Le consommateur ne recevra plus de reçu ou de reçu, mais un document commercial, sans valeur fiscale, qui peut toujours être conservé comme garantie du bien ou du service payé, ou pour un changement de biens, etc. change fondamentalement, donc très peu.

Source : Agence du revenu

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page