Empilage de biens illégaux : que faire ?

Il y a des irrégularités constructives faites exprès parce qu’elles sont sous-évaluées, d’autres découlent de l’oubli, car vous ne remarquez pas que vous les avez commis et d’autres dont vous n’êtes pas vraiment conscient, les avoir accomplies parce qu’elles proviennent peut-être d’un héritage. Est-il possible de procéder à l’empilage de biens illégaux ? Voyons ça ensemble.

Comment empiler une propriété

L’empilage est une procédure nécessaire pour le recensement à des fins fiscales d’une propriété. En fait, l’Agence du revenu calcule certaines taxes précisément sur la base de données cadastrales. Il permet donc d’attribuer une valeur fiscale à un bien immobilier, ainsi que la catégorie de biens immobiliers à laquelle elle appartient.

La procédure de déclaration au cadastre est obligatoire en cas de construction de nouveaux bâtiments, mais également pour les modifications ultérieures apportées à ceux déjà existants qui affectent la classification ou la cohérence de l’unité immobilière (par exemple par fusion ou fractionnement, changement de destination, nouvelle distribution des espaces intérieurs, etc.). Le non-empilement ou la mise à jour des données cadastrales implique l’application de sanctions administratives en cas de défaut dans la déclaration.

Les plaintes concernant l’empilement et la variation concernant des unités immobilières urbaines interrogées ou devant être recensées dans les bureaux du cadastre se font par le biais de DOCFA, un programme informatique créé par l’Agence Revenue et mis à la disposition des techniciens tels que les géomètres, les ingénieurs et les experts.

Pour effectuer l’empilage, il est essentiel de disposer de la documentation suivante :

  • titre d’origine (acte d’achat et de vente, succession, don, etc.), qui peut être acquis dans le cadre d’une évaluation hypothécaire pour les données de note
  • (numéro et date du protocole) de la dernière pratique de construction liée à la propriété (début d’une plainte commerciale, permis de construire, autorisation de construire, pratique de la condamnation, etc.)
  • données d’identification cadastrale du bien (municipalité, feuille, carte et particules anciennes, subordonnées) et utilisation prévue, obtenues en demandant une vue cadastrale pour le bâtiment
  • ,

  • extrait du cadastre terrestre cartographique, nombre d’unités immobilières et leur cohérence en mètres carrés (pour lesquels un un plan cadastral est requis).

Une propriété abusive peut-elle être empilée ?

En plus des documents concernant le bâtiment, les pratiques de construction émises par la municipalité de référence sont donc déposées dans le cadastre.

Un bien est abusif lorsqu’il n’y a pas de titre de qualification, c’est-à-dire qu’il a été construit sans disposition administrative, permis de construire, concession de construction ou permis de construire. Le bien est donc, en l’absence de conformité de l’urbanisme, c’est-à-dire la correspondance entre l’état de fait et la qualification avec laquelle la municipalité a autorisé le et à empiler un bâtiment. Pour cette raison, l’empilage de biens illégaux n’est pas possible.

Si le bâtiment est abusif, une nouvelle condamnation ou un permis de construire dans le sanatorium peuvent, dans certains cas, guérir la situation.

Le cas de l’abus de bâtiments post-empilage

Ce qui peut arriver, c’est que l’abus survient après l’empilement. Cela se produit, par exemple, lorsque le propriétaire effectue des interventions non autorisées qui entraînent une perte de conformité à l’urbanisme, mais que la marchandisabilité de l’actif est toujours garantie.

Pour cette raison, il est essentiel que l’acheteur potentiel dispose d’un technicien qualifié qui vérifie la régularité urbaine de la propriété à vendre et que les données cadastrales correspondent à ce que l’on appelle l’état d’avancement, car le notaire n’est pas responsable de la vérification des défauts de construction.

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page