Equfrance sera remplacé par Equentrate. Quelles sont les nouveautés pour les contribuables ?

Cela a été déclaré par le Premier ministre Matteo Renzi lors de la réunion de l’ANCI à Bari le 13 octobre : « Equfrance sera mis au rebut ! ». Nous nous dirigeons donc vers l’abolition du corps de collection le plus détesté par les Italiens. Mais qu’est-ce qui va changer (si quelque chose change réellement) pour les contribuables ?

Equfrance

Equfrance sera donc supprimé à partir du 31 décembre 2016. Il est prévu dans la loi de stabilité de 2017. Il sera remplacé par un modèle d’agence différent, avec une réorganisation de la relation entre le citoyen et l’État. Il commence par l’introduction d’un service SMS qui, à partir du 7 novembre, informera le contribuable du retard dans le paiement des impôts.

De Equfrance à Equentrate. Quoi de neuf ?

La nouvelle agence s’appellera Equientrate. D’après ce nom, il est clair qu’il sera sous le contrôle direct de l’Agence du revenu. Toutes les taxes, même celles qui ne relèvent pas de la compétence directe de l’Agence (INPS, INAIL, TASI, IMU, TARI…) seront ensuite gérées par Equentrati à partir du 1er janvier 2017.

Bien sûr, l’abolition ne signifie pas automatiquement un sanatorium des pentes vers les autorités fiscales. Si vous décidez de ne pas payer de registre fiscal, les conséquences sont lourdes. Ce que la loi de stabilité 2017 veut introduire, c’est une relation moins vexatoire entre l’État et les contribuables.

À ce jour, la perception des taxes est accaparée, en cas de retard de paiement, par des pénalités, des intérêts et des frais de recouvrement. Tous les éléments qui augmentent le total avec une augmentation des dépenses pour le contribuable. En fait, tous ces éléments supplémentaires ne sont pas établis par l’établissement de recouvrement, mais par des lois fiscales spécifiques que l’établissement applique simplement. Les frais de recouvrement, en particulier, ont été introduits pour recouvrer les coûts de l’établissement de collecte.

La création d’un nouvel organisme, Equentrate, vise à séparer les compétences liées à ces éléments entre l’Agence du revenu et le ministère de l’Économie. De cette façon, on pourrait supposer l’élimination du taux de collecte et le maintien de seuls intérêts légaux. Bien sûr, la condition est obligatoire car ce n’est qu’après approbation et la rédaction définie de la loi de stabilité qu’il sera possible de vérifier si et comment le système de collecte sera modifié.

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page