Études sectorielles 2014 : Voici les corrections révisées Le

ministère de l’Économie passe en revue les études sectorielles suite à la réduction des tarifs professionnels et aux retards de paiement 2014.

Le 15 mai 2015, un décret a été publié au Journal officiel qui passe en revue les études sur le terrain. La raison ? Tenez compte de la crise des dernières années et de la réduction des tarifs des professionnels.

3 corrections pour les études sectorielles 2014

Dans le décret-loi, la révision à court terme des études sectorielles liées à la fabrication, aux services, au commerce et aux activités professionnelles est approuvée, précisément dans le but de tenir compte de la récente crise économique.

Compte tenu des variables possibles et en apportant des précisions appropriées, les corrections à appliquer aux résultats des études sectorielles sont les suivantes :

  1. corrections sectorielles à court terme pour les 204 études en vigueur en 2014 : les réductions de taux par rapport aux 12 études sectorielles concernant les activités professionnelles ont été examinées qui appliquent des fonctions de rémunération en fonction du nombre de missions et de la contraction des marges et de la rentabilité pour les 193 autres études de l’industrie
  2. corrections territoriales à court terme, pour 193 études sectorielles : tenir compte de la réduction des marges et de la rentabilité et du degré inférieur d’utilisation des installations et des machines, lié à la situation de crise économique spécifique du territoire
  3. corrections individuelles à court terme, pour l’ensemble des 204 études sectorielles : réservées aux contribuables qui ont présenté une situation de crise en 2014. Il a été tenu compte de la contraction de l’efficacité de la production (193 études) et de la perception retardée de la compensation de la performance rendue (12 études pour activités professionnelles).

Comment en êtes-vous arrivé à cette décision ? En préparant une étude spéciale sur l’analyse de l’efficacité de la production pour 193 études sectorielles, à l’exclusion de 12 études liées à des activités professionnelles qui appliquent des fonctions de rémunération en fonction du nombre de missions. En particulier, plusieurs données ont été prises en compte, concernant :

  • contractions importantes des marges et de la rentabilité
  • moins d’utilisation des installations et des machines
  • réduction de l’efficacité de la production
  • réduction des tarifs professionnels
  • évolutions économiques négatives, y compris en ce qui concerne le territoire
  • retards de rémunération des exposants et des professionnels.

À ces données, les personnes consultées par d’autres sources d’information doivent être ajoutées : Institut national de la statistique, Banque d’Italie, Prometeia, Ministère du développement économique, Angaisa.

Lisez aussi -> Comment demander le Bulletin Tasi et Imu précompilé ?

Analyse de la normalité économique

À propos de la question , les interventions concernent l’indicateur « Durée des stocks », impliquant les contribuables qui présentent en même temps en 2014 ces conditions :

  • situation de cohérence des existences initiales
  • normalité économique en ce qui concerne les indicateurs de contrôle de la valeur des biens d’équipement
  • réduction de l’efficacité de la production par rapport à celle de référence historique, identifiée comme la plus grande valeur d’efficacité de production des trois années précédentes
  • déclaration, pour les années 2013 et 2014, du même code d’activité en vigueur ou de l’application de la même étude sectorielle, même si elle a évolué en 2014.

Le seuil maximal de normalité économique a été augmenté pour tenir compte des stocks finaux plus importants déterminés par la crise économique, à savoir l’augmentation des biens et des produits invendus suite à la baisse des ventes.

Lisez aussi -> 730 prérempli mal : comment y remédier ?

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page