Facebook suspend Instagram Kids après une controverse sur la santé mentale des jeunes – Applications et logiciels – Tecnoblog

Si vous ne le saviez pas, sachez maintenant : sans faire de bruit, Facebook avait développé Instagram Kids. Comme son nom l’indique, il s’agirait d’une version d’Instagram axée sur les enfants (10 à 12 ans). La société avait déjà été critiquée pour cela, mais, par coïncidence ou non, a décidé de suspendre le projet ce lundi (27) après une autre controverse.

Application Instagram (image : Brett Jordan/Unsplash)

Instagram et la santé mentale des adolescents

Bien qu’indirectement, cette histoire commence le 14 septembre, lorsque le Wall Street Journal a publié un article sur une étude menée par Facebook lui-même qui indique que Instagram peut nuire à la santé mentale des adolescents.

En effet, selon la forme ou la fréquence d’utilisation, tous les réseaux sociaux peuvent être nocifs pour les personnes de tout âge. Mais regarder de plus près la relation des jeunes avec Instagram est nécessaire pour une raison simple : ce public est très présent sur le réseau social.

Le rapport souligne que, rien qu’aux États-Unis, 40 % des utilisateurs d’Instagram ont moins de 22 ans. Comme une grande partie d’entre eux n’accèdent pas à Facebook, il est important pour l’entreprise de Mark Zuckerberg de garder les jeunes actifs sur Instagram.

Pour

ce faire, il est possible d’affiner les algorithmes de recommandation de contenu. Des problèmes prennent forme à ce stade : l’onglet Explorer d’Instagram, par exemple, a un grand potentiel de suggestion de contenu préjudiciable.

Sur la base de consultations avec des adolescentes aux États-Unis et au Royaume-Uni, Facebook a constaté que plus de 40 % des jeunes filles qui se considèrent peu attirantes ont commencé à ressentir ce genre de sentiment sur Instagram.

L’étude montre également que 32% des filles reconnaissent que lorsqu’elles se sentent mal à propos de leur corps, Instagram aggrave ce sentiment. Les garçons sont également touchés : 14 % d’entre eux ont admis que l’utilisation du réseau social aggrave leurs sentiments à leur égard.

D’autres chiffres inquiétants ont été relevés dans l’enquête, par exemple : 13 % des adolescents britanniques et 6 % des utilisateurs américains ayant des pensées suicidaires ont déclaré que ces impulsions étaient liées à Instagram.

La réduction de l’utilisation ou l’abandon du réseau social est le moyen le plus trivial de résoudre le problème. Mais les jeunes, en particulier les adolescents, signalent des difficultés à quitter Instagram. Sans surprise : ce réseau social et d’autres sont conçus pour être « addictifs ».

Instagram (image : Unsplash/Solen Feyissa)

Facebook abandonne Instagram Kids — pour l’instant

Dans un communiqué officiel, Facebook affirme que l’idée de développer une expérience Instagram selon lequel les enfants ont de plus en plus accès aux téléphones cellulaires et, par conséquent, téléchargent des applications destinées aux utilisateurs plus âgés.

Selon Facebook, Instagram Kids sera doté d’un contrôle parental, n’aura aucune publicité et n’affichera que du contenu adapté à l’âge (de 10 à 12 ans), par exemple.

Mais les experts voient la proposition avec méfiance en raison de la crainte que ce public ne soit, entre autres, léqué par la dynamique de rétention des utilisateurs du réseau social. Le rapport du Wall Street Journal a permis d’intensifier cette inquiétude.

Bien que la version pour enfants ait été critiquée pendant des mois, Facebook a décidé d’arrêter le développement d’Instagram Kids deux semaines après le rapport. La société affirme que la décision a été prise afin que son équipe ait plus de temps pour travailler avec les parents, les experts et les autorités à l’élaboration du projet, et non pas pour reconnaître que les critiques ont raison.

Le projet a été reporté et n’a donc pas été annulé. Dans un extrait de la déclaration, Facebook compare l’idée aux options équivalentes d’autres services populaires :

Nous ne sommes pas la seule entreprise à penser ainsi. Nos collègues ont reconnu ces problèmes [accès à des contenus inadaptés à leur âge] et ont développé des expériences pour les enfants. YouTube et TikTok proposent des versions de leurs applications pour les utilisateurs de moins de 13 ans.

Facebook dit qu’Instagram ne fait pas de mal aux adolescents

Dans la même déclaration, Facebook sous-entend que paralyser le développement d’Instagram Kids n’est pas lié au rapport du Wall Street Journal. Le texte renvoie à une autre note récente. Dans ce contexte, l’entreprise affirme que les aspects soulignés par le journal n’ont pas été correctement contextualisés.

La société explique que la recherche a montré que l’utilisation d’Instagram est positive pour les adolescents sur 11 points sur 12 sur le bien-être abordés et que le sujet de la perception corporelle était le seul à avoir un impact négatif.

Malgré cela, Facebook souligne que l’enquête n’a pas mesuré les relations occasionnelles entre Instagram et les problèmes du monde réel, et que le but de la recherche est de découvrir et de minimiser ce qui est mauvais dans le service pour, en même temps, maximiser ce qui est positif.

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page