Forclusion des quotas sociaux – Smart Focus

La saisie des actions sociales est une forme particulière de processus exécutif envisagé dans le Code civil, à comprendre comme un remède que le système juridique francen propose de protéger les créanciers.

Forrecloser les actions sociales

Article 2910 : Quels sont les actifs à exproprier au débiteur ?

À l’article 2910, C.C., il est établi que le créancier a le droit d’exproprier les biens du débiteur, conformément aux règles établies par le Code de procédure civile, pour réaliser ce qui lui est dû. En ce qui concerne les « biens », il convient de préciser que nous nous référons aussi bien aux biens mobiles et immeubles qu’à ceux « immatériels », tels que :

  • valeurs mobilières ;
  • de l’argent ;
  • fruits en général ;
  • les profits provenant de l’exercice d’une entreprise ;
  • actions sociales.

Article 2471 : Comment se fait la saisie ?

La procédure prévue à l’article 2471 est similaire, selon ce qui précède, à celle prévue pour la saisie de biens immobiliers. Le fardeau de l’enregistrement, à faire électroniquement, en l’absence de références réglementaires spécifiques incombe au créancier et à l’huissier de justice. La saisie des actions sociales n’est pas soumise à la discipline de l’exécution par des tiers. D’après ce qui ressort d’une décision récente de la Cour de Rimini (mai 2016), l’audition de la déclaration de la société est superflue étant donné que les informations sur la propriété et la valeur nominale des actions peuvent être extraites directement du registre des sociétés. En fait, la saisie d’actions sociales consiste en une expropriation avec ses propres caractéristiques à prendre en compte lors de l’identification de la discipline applicable à la fois à la vente et à la vente. demande d’affectation.

Articles 2912 et 2478 : Qu’advient-il des profits ?

À l’article 2912, C.C., il est établi que la saisie comprend également les accessoires, les appareils électroménagers et les fruits de la chose saisie. Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que la saisie de l’actionnaire d’une s.r.l. comprend également des profits. En outre, l’article 2478, C.C., indique que la décision des actionnaires approuvant les états financiers décide également de la répartition des bénéfices. Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que c’est grâce à cette distribution qu’il est possible de procéder à l’évaluation des bénéfices qui, si nécessaire, seront distribués aux créanciers à la place de l’exécutif.

Le cas de la saisie des actions sociales

Comme prévu, la part sociale peut également être expropriée, comme prévu. dans une société à responsabilité limitée peut être expropriée. Le fait est cependant que le texte de l’article susmentionné, bien qu’il indique les formalités essentielles de la saisie, ne s’arrête pas explicitement pour identifier la forme de la procédure d’expropriation qui suivra la saisie des actions sociales. En conséquence, ces problèmes se posent : suivre la voie de la saisie par des tiers ou celle de la saisie de logements ? Voulez-vous enregistrer la saisie des actions dans le registre des entreprises ? Ou bien la transcription de la saisie immobilière est-elle proche du Conservatoire des registres immobiliers ? L’article 2471, C.C., premier alinéa, résout partiellement ces questions parce qu’il prévoit — ainsi que lors de la saisie avec des tiers — que la saisie des actions sociales doit être effectuée avec notification au débiteur et à la société investie. Après la notification, elle doit être inscrite au registre des sociétés, ainsi qu’à des fins de saisie immobilière, sans toutefois préciser si la tâche doit être prise en charge. Mais avant de procéder à une analyse plus détaillée de la façon dont elle est saisie, précisons clairement que la nature de la participation sociale est différente selon qu’il s’agit de la participation à deux types d’entreprises différents :

A) s entreprises de personnes : société simple, sous un nom collectif, dans une simple recommandation ;

B) sociétés de capitaux : responsabilité limitée, société à responsabilité limitée, en actions à responsabilité limitée.

Entreprise de personnes

Dans les sociétés de particuliers, chaque action individuelle appartenant à un actionnaire se caractérise, en plus du transfert, en argent ou en autres actifs, également par la « personnalité » de la participation. Cela signifie que l’ensemble de la structure sociale montre un réel intérêt à choisir ses membres, à qui attribuer la confiance ou à l’exercice de l’entreprise. Face à cela, la saisie des actions de ce type de société n’est pas autorisée. Pour quelle raison ? Parce que cela entrerait en conflit avec la nature même de l’organisation, ce qui permettrait la prise en charge coactive de tiers dans l’entreprise, à la place de l’actionnaire exproprié. Et c’est précisément la principale conséquence de la saisie des actions : la vente à des tiers intéressés par l’achat de la participation, sur laquelle le créancier peut obtenir le produit.

Mais quelles sont les actions du créancier ? Il devra agir de manière à ce que ces trois phases puissent être mises en œuvre. >action exécutive, en notifiant un acte de forclusion à son débiteur et à la société à laquelle il appartient en tant qu’actionnaire.

  • Enregistrement dans le rôle de la procédure — au registre des sociétés — auprès du tribunal responsable du territoire, de manière à faire connaître l’acte et l’efficacité également à l’égard des tiers.
  • Évaluation des actions devant le juge d’exécution, qui peut organiser la vente par ordonnance.
  • Sociétés de capitaux

    Il peut arriver que même dans les sociétés de capitaux, comme dans celles de personnes, l’intransférabilité de la participation soit établie dans la loi. Que prévoit la loi (avant-dernier paragraphe de l’article 2471, C.C.) dans ce cas précis ? Si, devant le juge, le créancier, le débiteur et la société ne sont pas d’accord, la vente aura lieu à l’enchantement. Il convient toutefois de noter qu’il sera sans effet si, dans les dix jours suivant l’attribution, la société présentera un autre acheteur qui offre le même prix. Quels sont les avantages de cette norme ? Son application permet à ce type d’entreprise de préserver la possibilité de choisir ses membres, même en cas d’insolvabilité et de faillite d’un membre. Il convient de rappeler que cette dernière peut être remplacée par une nouvelle entité qui, en achetant ses actions, permettra d’utiliser le produit à la satisfaction des créanciers du membre insolvable.

    © Reproduction réservée

    Gaston Alexandre

    En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
    Bouton retour en haut de la page