La Cour de cassation : Hypothèque illicite sans contradiction

La Cour de cassation se prononce sur l’enregistrement de l’hypothèque, précisant qu’elle peut être illégale en l’absence de contradiction.

Dans le récent arrêt no 19667, la Cour de cassation a déclaré que l’hypothèque est considérée comme illégale si l’administration financière n’a pas activé la contradiction. De cette façon, elle a élargi la possibilité de bloquer l’hypothèque.

L’hypothèque illicite : le cas

Le cas sur lequel les hermines ont parlé concerne la nullité de l’hypothèque contractée par Equfrance pour dettes impayées. L’hypothèque illégale en question n’avait pas été précédée de la communication préalable (imposée avec le décret n° 70/2011) avec laquelle le contribuable est informé de l’enregistrement de ses biens immobiliers.

L’obligation de divulgation préalable, imposée après les faits examinés, a en tout cas été jugée valide par la Cour, qui a tenu compte de l’article 21 bis de la loi 241/1990, qui prévoit une obligation générale de communiquer des mesures limitant la sphère juridique des destinataires. En outre, l’article 6 du Statut du contribuable prévoit que la connaissance réelle de la personne concernée doit être assurée des actes qui lui sont destinés.

Lisez aussi -> Visures hypothécaires : ce qu’ils sont et comment faire une demande en ligne

La Sentence

La législation prévoit donc que l’enregistrement d’une hypothèque est communiqué à la partie intéressée et qu’il est pleinement en droit de recevoir de telles communications. En substance, le droit au contradictoire constitue un principe général applicable à toute procédure administrative fiscale et son absence présuppose l’appel de l’acte.

Avec l’arrêt, il est donc déclaré que l’hypothèque est une mesure préjudiciable aux droits du sujet, l’administration financière doit toujours activer la contradiction avec la partie intéressée avant d’enregistrer un prêt hypothécaire à titre de mesure de précaution en cas de non-paiement par un contribuable. En général, il appartient à l’administration fiscale de toujours activer la prévention contradictoire en ce qui concerne l’adoption d’une mesure susceptible d’affecter négativement les droits et les intérêts du contribuable, sanction de la nullité de l’acte. La Cour suprême déclare que l’enregistrement effectué en violation de l’obligation de contradiction reste efficace jusqu’à ce que le juge lui-même ordonne son annulation.

Lisez aussi -> Impôts cadastraux et hypothécaires : bases imposables distinctes

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page