Le soignant des personnes dépendantes : le patient inconnu

Écrit par La Ribera Department of Health

Le chiffre du principal soignant joue un rôle clé dans la prise en charge des personnes âgées et/ou dépendantes. Cela a conduit au début de la discussion selon laquelle le principal soignant est le « patient caché ou inconnu ». À cet égard, le département de santé de l’hôpital de La Ribera a lancé une série de sessions de formation destinées aux soignants des personnes âgées et dépendantes, afin de leur fournir les outils nécessaires pour améliorer leur propre qualité de vie et celle du patients dont ils ont la charge.

Formation des soignants de personnes dépendantes

On estime que dans la région de La Ribera, il y a environ 6 000 personnes dépendantes, dont la plupart sont prises en charge et prises en charge par leur famille. Les conférences organisées par le Département offrent à ces soignants des directives claires sur la mobilisation des patients, les mesures d’hygiène, la nutrition, la prévention des escarres et l’utilisation de supports techniques.

Ces jours-ci, qui font partie du plan de soins palliatifs du ministère de la Santé de La Ribera, ont commencé à se tenir il y a quelques mois dans les centres de santé d’Alginet et Carlet et cette semaine ils se sont déroulés dans les centres de Benifaió et Alzira. Des éditions similaires devraient avoir lieu au cours des prochains mois dans les dix domaines principaux restants du ministère de la Santé.

Le chiffre du principal

soignant Les soignants sont les personnes (parents, enfants, famille, amis, voisins, bénévoles), les institutions ou les associations avec ou sans but lucratif qui s’occupent de personnes dépendantes. Malgré l’assistance fournie par les institutions et les associations de services sociaux et de santé, dans la plupart des cas, c’est la famille qui s’occupe directement du malade.

Pour certains auteurs, le soignant est un patient « caché » ou « inconnu » qui aurait besoin d’un diagnostic précoce de sa maladie et d’une intervention immédiate, avant que la détérioration ne soit difficilement réversible. Ce syndrome se caractérise par l’existence d’un tableau plurisymptomatique, qui touche toutes les sphères de la personne, avec des répercussions médicales, sociales, économiques et autres qui peuvent conduire le « soignant » à un tel degré de frustration qu’il l’amène à abandonner ses tâches de soins.

Symptômes d’alarme

Il est très important de détecter les signes avant-coureurs qui les précèdent, afin que vous puissiez intervenir à temps et ne pas attendre qu’ils soient chroniqués

  • Perte d’énergie, sensation de fatigue continue, sommeil.
  • L’isolement.
  • Consommation accrue de boissons, de tabac et/ou de drogues.
  • Problèmes de mémoire, difficultés de concentration, performances médiocres en général.
  • Moins d’intérêt pour les activités et les personnes qui étaient auparavant considérées comme importantes.
  • Augmentation ou diminution de l’appétit.
  • Colère facile sans raison apparente.
  • Changements d’humeur ou d’humeur fréquents, irritabilité, nervosité
  • Difficulté à surmonter les sentiments de tristesse, de frustration et de culpabilité.
  • Traitez les autres de manière moins réfléchie que d’habitude.
  • Problèmes sur le lieu de travail.
  • Les problèmes économiques.
  • Moins d’affection et d’intérêt envers le membre de la famille.
  • Punition disproportionnée, traitement désobligeant ou vexatoire infligé au parent dont nous avons la charge.
  • Conseils pour le soignant

    Il est donc important pour l’aidant de suivre quelques conseils simples qui peuvent lui apporter non seulement une amélioration de sa qualité de vie, mais également de la qualité de ses soins :

    • Demandez de l’aide si nécessaire : Retrouvez des informations objectives et soyez conseillé par un professionnel après le diagnostic.
    • Entrez en

    • contact avec d’autres personnes qui vivent une situation similaire : leur parler vous permettra d’apprendre des stratégies que d’autres ont utilisées avec succès.
    • Organisez votre temps : Planifiez et planifiez vos activités, en essayant de maintenir vos passe-temps et intérêts,
    • En ce qui concerne le patient, essayez à tout moment de préserver la sérénité : il est essentiel de promouvoir une communication émotionnelle et positive à tout stade de la maladie et créer un environnement agréable et rassurant.
    • Limiter la quantité d’aide fournie : Si des soins plus importants que nécessaires sont fournis, nous limitons la possibilité que le patient se sente utile lorsqu’il collabore à ses propres soins personnels.

    Gaston Alexandre

    En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
    Bouton retour en haut de la page