les nouvelles et les avantages de 2016

Stability Law 2016 : voici les clarifications et les nouvelles sur les matchs de TVA à taux forfaitaire de la Revenue Agency.

Le site Web de la Revenue Agency a publié les clarifications adressées aux entrepreneurs et aux professionnels qui souhaitent accéder au régime forfaitaire des régimes de TVA 2016 comme prévu dans la nouvelle loi sur la stabilité. Voici les nouvelles et les avantages pour ceux qui souhaitent ouvrir le numéro de TVA cette année.

L’actualité du numéro de TVA sous un taux forfaitaire du minimum

Comme prévu, avec la dernière circulaire 10 de 2016, l’Agence du revenu a fourni quelques éclaircissements sur la façon d’utiliser, d’accéder et de gérer le nouveau régime fiscal subventionné pour les contribuables modestes.

En ce qui concerne les simplifications, il convient de noter que, comme c’était déjà le cas pour le régime des contribuables minimaux et pour le régime d’impôt sur les prestations, les contribuables soumis à un taux forfaitaire, ils facturent la TVA en retard ni exercent le droit de déduire l’impôt payé, payable ou facturé sur le pays, Achats et importations communautaires. Les factures émises ne doivent donc pas supporter la taxe.

Les sujets qui appliquent le régime forfaitaire sont exonérés de l’obligation de liquider et de payer l’impôt ainsi que de toutes les obligations comptables et de déclaration prévues par D.P.R. n. 633 de 1972, c’est-à-dire de :

  • enregistrement des factures émises
  • enregistrement des frais
  • enregistrement des achats
  • conserver et conserver des registres et des documents, à l’exception des factures et des documents d’achat et des factures de douane d’importation ;
  • déclaration annuelle de TVA et communication.

Compte tenu de ce qui est précisé dans le rapport explicatif, il est considéré que les mêmes contribuables peuvent être considérés comme exonérés :

  • de l’obligation d’exécuter la communication visée à l’article 21, paragraphe 1, du décret-loi n° 78 du 31 mai 2010, converti par la loi n° 122 du 30 juillet 2010 (communication électronique à l’Agence delle delle recettes des transactions pertinentes aux fins de la taxe sur la valeur ajoutée — dite jauge d’épaisseur) ;
  • l’obligation de communiquer visée à l’article 1er, paragraphe 1, du décret-loi no 40 du 25 mars 2010, converti par la loi no 73 du 22 mai 2010 (communication électronique à l’Agence du revenu du 25 mars 2010 opérations effectuées contre des opérateurs économiques ayant un siège social, résidence ou domicile dans les pays dits de la liste noire).

Que se passe-t-il plutôt avec les obligations des contribuables ayant un numéro de TVA qui appliquent le régime forfaitaire ? Tout comme les contribuables qui ont appliqué le régime des bas et des avantages, ils restent également soumis à :

  • numérotation et stockage des factures d’achat et des factures , à l’exception des activités exemptées en vertu de l’article 2 du décret législatif n° 696 du 21 décembre 1996 (à condition qu’elles respectent en tout état de cause l’obligation de certifier les taxes par l’annotation dans un registre chronologique spécial, effectuée en la manière prévue par l’art. 24 du D.P.R. n. 633 de 1972 (voir la résolution n° 108/E du 23 avril 2009).
  • intégration des factures pour les transactions auxquelles sont payables la taxe avec indication du taux et de la taxe correspondante, à payer avant le 16e jour du mois suivant celui de la réalisation des transactions, sans droit de déduire l’impôt relatif.

Opérations avec des non-contribuables

Contrairement à ce qui s’est passé dans le passé, les dispositions qui doivent être appliquées ont été clarifiées si des transactions actives et passives sont effectuées avec des opérateurs non-résidents.

En particulier, les contribuables qui appliquent le régime forfaitaire sont tenus de remplir les obligations suivantes :

  • fournitures de biens intracommunautaires : les livraisons de marchandises effectuées à des sujets appartenant à un autre État membre de l’Union européenne continuent, comme dans le régime fiscal précédent. Avantage, ne pas être considéré comme des fournitures intracommunautaires au sens technique, étant assimilées à des produits internes transactions pour lesquelles la TVA n’est pas mise en évidence sur la facture. Le cédant doit indiquer dans la facture émise à l’opérateur communautaire que l’opération, sous réserve du régime considéré, « ne constitue pas une fourniture intracommunautaire au sens de l’article 41, paragraphe 2 bis, du décret législatif no 331 du 30 août 1993 ». considérés comme des fournitures intracommunautaires, les mêmes contribuables ne sont pas tenus de s’inscrire dans la base de données VIES, ni de compiler les listes récapitulatives Intrastat
  • achats de biens intracommunautaires : contrairement au passé, les achats de biens intracommunautaires sont maintenant, par une disposition expresse de la loi, soumis aux dispositions de l’article 38, paragraphe 5, lettre c) du décret législatif n° 331 de 1993, selon lequel « les achats de biens autres que les nouveaux moyens de transport et ceux soumis à accise ne constituent pas des achats intracommunautaires effectués par des sujets indiqués au paragraphe 3, lettre c), par des assujettis pour lesquels la taxe est totalement déductible conformément à l’article 19, deuxième alinéa, du décret du Président de la République 26 Octobre 1972, n. 633, et par les producteurs agricoles visés à l’article 34 du même décret qui n’ont pas opté pour l’application de la taxe de manière ordinaire si le montant total des achats intracommunautaires et des achats visés à l’article 40, paragraphe 3, du présent décret, effectués dans le précédent année civile, n’a pas dépassé 10 000 euros et jusqu’à ce que, au cours de l’année en cours, cette limite ne soit pas ou nets de la taxe sur la valeur ajoutée et net des achats de nouveaux moyens de transport visés au paragraphe 4 du présent article et des achats de produits soumis à accise ; ».

Par conséquent, lorsque les achats effectués dans les pays de la Communauté sont inférieurs à 10 000 euros, la TVA est payée par le cédant dans le pays d’origine des marchandises et, par conséquent, le cessionnaire qui applique le régime forfaitaire n’a pas l’obligation de s’inscrire à VIES, ni de compiler l’Intrastat. listes récapitulatives, à l’exception de la possibilité pour les mêmes personnes d’opter pour l’application de la taxe en Italie avant que le seuil ne soit atteint.

Par contre, lorsque les achats intracommunautaires dépassent la limite de 10 000 euros, l’achat prend de l’importance en Italie, conformément aux règles ordinaires des achats de l’UE. Par conséquent, le cessionnaire qui applique le régime forfaitaire doit remplir les obligations suivantes :

  • enregistrement dans VIES (voir article 35, paragraphe 2, lettre e-bis) du décret n° 633 du 26 octobre 1972) ;
  • l’intégration de la facture émise par le fournisseur intracommunautaire — sur la base du mécanisme visé à l’article 46, paragraphe 1, du décret législatif 331 de 1993 — indiquant le taux dû et la taxe correspondante, à payer avant le 16e jour du mois suivant celui de la réalisation de la transaction, sans droit de déduire la TVA relative ;
  • compilation de la liste récapitulative des achats intracommunautaires conformément à l’article 50, paragraphe 6, du décret législatif 331 de 1993.

Que se passe-t-il dans le cas des services reçus de personnes non-résidentes ou qui leur sont rendus ? Dans le cas des achats de services intracommunautaires, la TVA est toujours payée en Italie, sans que le législateur ait fixé un seuil minimum à cet effet. Le cessionnaire qui applique le régime forfaitaire est soumis aux mêmes obligations que celles prévues en ce qui concerne les achats intracommunautaires de biens d’un montant supérieur à 10 000 euros.

Dans le cas de services fournis à un client, un assujetti, établi dans un autre pays de l’UE, une facture doit être émise sans frais fiscaux (article 7-ter du D.P.R. n. 633 de 1972) et établir la liste Intrastat des services fournis.

En ce qui concerne les importations, les exportations et les transactions similaires, comme prévu, faire des exportations ne constitue plus une raison de forclusion d’accès et/ou de séjour au taux forfaitaire.

Retenue à la source sur facture

Enfin, il convient de noter que les revenus ou les rémunérations perçus par ceux qui appliquent le régime forfaitaire, en raison du faible montant de la mesure fiscale de remplacement, ne sont pas soumis à la retenue à la source. À cette fin, comme c’était déjà le cas pour les contribuables avantagés, il est nécessaire que le contribuable émette une déclaration au remplaçant. sont soumis à la taxe de remplacement en question.

Dans le cas où le contribuable a subi par erreur une retenue à la source et qu’il n’est plus possible de corriger l’erreur, il peut en être demandé de remboursement ou d’actualisation dans la déclaration, à condition qu’ils aient été régulièrement certifiés par le substitut fiscal.
Dans ce cas, le montant total de la retenue à la source encourue sur les recettes et les rémunérations liées au régime forfaitaire sera indiqué pour la période fiscale 2015, dans le personnel RS 40 de « Unico 2016-PF », appelé « régime de prestations spéciales », et déclaré, aux fins du démantèlement, dans le personnel RN33, colonne 4 et/ou dans le personnel du LM41 « Consortium Reholding Staff ».

Les

contribuables qui appliquent le régime forfaitaire sont tenus de conserver les documents délivrés et reçus, conformément aux dispositions de l’article 22 du décret-loi n° 600 du 29 septembre 1973, ainsi que de soumettre la déclaration de revenus dans les conditions et les modalités prévues par D.P.R. n. 322 de 1998.

Comment obtenir un certificat de TVA en ligne

Afin de ne pas perdre de temps dans des dossiers inutiles dans les bureaux publics, il est possible d’obtenir en ligne un certificat d’attribution du numéro de TVA sur Visure Italia. Le certificat d’attribution du numéro de TVA n’est pas émis pour l’utilisation de timbres par l’agence fiscale et contient les données suivantes de la société :

  • code fiscal de la société
  • cuve
  • dénomination d’entreprise
  • nature juridique (société, société de personnes, sociétés de capitaux, etc.)
  • adresse du siège social
  • Code NACE
  • données du titulaire ou du représentant légal (nom et prénom, code fiscal)

Lire aussi -> Numéro de TVA : les 5 exécutions après ouverture

Gaston Alexandre

En tant que travailleur indépendant, j’ai décidé de me lancer dans la rédaction d’articles basée sur le buzz international. Je traite ainsi différents sujets, et particulièrement ceux qui ont suscité un énorme engouement dans la société mondiale. J’écris ainsi des articles concernant les thématiques à fort caractère, c’est-à-dire qui créent un véritable impact émotionnel chez le lecteur. Le nombre d’articles que j’écris est variable au quotidien. L’objectif étant de fournir le maximum d’informations pertinentes du jour, vous pouvez alors découvrir de nombreuses publications d’une douzaine de lignes par article.
Bouton retour en haut de la page